Après la mandale Brutalism de l’an dernier et des concerts telluriques notamment au dernier TINALS dans une Paloma déchaînée jusqu’au balcon, les cinq de Bristol reviennent avec un album sismique au titre manifeste, Joy As An Act Of Resistance.

Rien de révolutionnaire dans la musique d’Idles même si Marat affirmait que “c’est par la violence que l’on doit établir la liberté.” Mais que c’est bon et libérateur de remuer en écoutant éructer Joe Talbot qui crache sur le Brexit ou la politique migratoire de May, comme avec ce lucide Danny Nedelko et ce refrain évident : « fear leads to panic, panic leads to pain, pain leads to anger, anger leads to hate ». Un résumé de ce que devient l’Europe en 2018.
La perfide Albion sait enfanter des troublions, des maousses costauds qui n’hésitent pas à se déculotter et à montrer leur humanité, leur sensibilité comme sur le très bon Samaritans : « the mask of masculinity is a mask, a mask that’s wearing me, I’m a real boy and I cry ! » ou encore sur Cry to Me : « when someone leaves you all alone and nobody calls you on the phone, don’t you feel like crying ? Well here I am, boy Cry to me ». Cette mise à nue aurait pu virer au ridicule mais la morgue, la rage vitale teintée d’humour de ces grands gaillards est bien un acte de résistance. Après une Love Song dédié à sa compagne, on est transpercé quand Talbot évoque sur June sa fille mort-née l’été dernier. Point d’indécence, juste une urgence déflagratoire, « les gens sont souvent embarrassés de souffrir » explique-t-il sobrement. « Je voulais mettre en lumière l’importance pour ces parents de se considérer comme mère et père, pas sûr que je puisse la chante sur scène… »
“La violence se donne toujours pour une contre-violence, c’est-à-dire pour une riposte à la violence de l’autre” écrivait Sartre. Idles fait du bien dans une société atone, anesthésiée, qui se révolte en tweetant ou pétitionnant. Et l’on se demande bien aujourd’hui quels sont les groupes français avec une telle portée politique qui peuvent rivaliser. En attendant, ne ratez pas le séisme Idles à l’Epicerie Moderne le 23 novembre car « loneliness, it just a waste of time » !

Idles – Great

Idles – Joy as an Act of Resistance (London Exhibition)

Idles - Joy As An Act Of Resistance

Joy As An Act Of Resistance d’Idles est sorti le 31 août 2018 chez Partisan Records.
Idles sera en concert les :

Joy As An Act Of Resistance

Tracklist : Idles - Joy As An Act Of Resistance
  1. Colossus
  2. Never Fight a Man With a Perm
  3. I'm Scum
  4. Danny Nedelko
  5. Love Song
  6. June
  7. Samaritans
  8. Television
  9. Great
  10. Gram Rock
  11. Cry To Me
  12. Rottweiler

Idles – Joy As An Act Of Resistance4.5
9/10
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Idles - Grounds

Vidéo : Idles – Grounds

On est toujours aussi motivé pour ce troisième album après Brutalism et Joy as an Act of Resistance. Ultra Mono sortira le 25 septembre chez Partisan Records.
Idles - Mr. Motivator

Vidéo : Idles – Mr. Motivator

Vous manquez de motivation le matin pour mettre votre masque et rejoindre les premiers de cordées ? Vous regrettez la Gym Tonic de Véronique et Davina ? Mr. Motivator d’Idles sera votre ami Ricoré.
Interpol @ Nuits de Fourvière 2019, 01.07.2019

photos : Interpol et Idles @ Nuits de Fourvière 2019, 01.07.2019

L’orage sur Fourvière a galvanisé les déjà très remuants Idles jusqu’à improviser Thunderstruck d’AC/DC. Mais une fois les grondements du tonnerre et les vociférations brutalisantes de Joe Talbot passés, ce sont les classieux Interpol en maraude qui ont interpellé le public des nuits de Fourvière enfin apaisées.

Bilbao festival 2019 : une année grandiose

Le Bilbao Festival (Espagne) qui se tiendra du 4 au 13 juillet prochain présente cette année dans sa programmation toutes les meilleures têtes d’affiches de la musique Pop Rock électro anglo-saxone actuelle. Un escale indispensable pendant vos vacances (si vous passez par là !)

Plus dans Chroniques d'albums

Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.
Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…
Régina Demina - Hystérie

Régina Demina – Hystérie

On voudrait voir la dame blanche, en short serré, talons aiguilles et joli décolleté, on se trouverait probablement au bon endroit. On souhaiterait voir la Belle et la Bête monter une barre de pole dance, ou Atchoum se maquiller en princesse, on le serait probablement encore aussi. Car Régina Demina est un enchevêtrement de peut-être,…