Leïla Huissoud – Auguste et Popeye

Leïla Huissoud - Auguste
Julien Tixier 01/10/2018

Leïla, ne t’inquiète pas, cette histoire finit bien.
Jeudi dans la nuit, j’avais écrit les premières lignes de ma chronique consacrée à ton album. Auguste. Ça attaquait méchant. Tout avait commencé la veille…

Car la veille, sur les berges du Rhône, je proposais :
— Si tu veux, je chronique l’album de Leïla Huissoud.
Et lui, il souriait. Il aurait même pu se marrer, car il savait, ou au moins, s’en doutait. Cette « chanson française » n’a rien pour m’attirer. Attention, pas les chansons d’artistes français, pas les chansons qui viennent de France, non, juste cette chanson qui se fait appeler française. Cette chanson ou cette scène, là, qui se reconnaissent de loin. Au même immuable accord de guitare sèche. Au premier phrasé. Cette chanson qui manque de tout, sauf d’ennui. Cette scène qui se justifie, qui se proclame alors chanson à textes. Comme si les autres chansons de France, elles, n’en avaient pas. Elles en ont. Et jeudi, je commençais donc à écrire.

Chansons à textes. L’excuse et un aveu. On détourne l’attention. Des ritournelles, que l’on habille de textes un peu fins, un peu drôles. Un peu cons aussi. Et invariablement on se revendique de Brel. Sauf que Brel avait du talent. Brel transpirait le désespoir et la souffrance, les rires et la vie. Brel ne chantait pas pour transformer en guinguette les barbecues des copains. Et puis au fond, il faudrait juste arrêter de prendre les gens pour des cons. Brel donc ? Et bien allons-y. Marieke ? Les Bonbons ? Amsterdam ? La Valse à mille temps ?… On continue ? Le ridicule ne tue pas. L’humilité, le recul non plus.

Jeudi dans la nuit, je lançais donc ces lignes sur format Word, que derrière, comme pour me conforter, passaient en bande-son Youtube aléatoire, Fuzzy de Grant Lee Buffalo. Puis Comme d’habitude, Claude François. Starsailor, formidablement éraillé. Et puis, et puis… Et puis on ne peut comparer, comme ils disent… Mais si, justement, il faudrait comparer. Il faudrait écouter. Comme Brel, il y a une rage. Comme Brel, il y a une souffrance. Comme Brel, il y a un besoin. Sans posture, obligatoirement hautaine. Sans chapeau ou béret sur le crâne, vissés décalés. Pour sonner français, pour faire genre. De celui qui cache le vide.
La veille, sur les berges du Rhône, mon interlocuteur aurait pu se marrer car il sait que Leïla Huissoud est différente. Je le pense aussi.

Leïla Huissoud – La Niaise

Ce jeudi, j’écrivais aussi que Leïla Huissoud n’est pas comme la plupart des autres. Qu’elle nous épargne les accords manouches, guitare sèche roulez jeunesse, et les naufrages contemplatifs. Les études ethnologiques des bas d’immeuble, de quelques Zola de supermarché. J’écrivais que sa musique est plus ambitieuse, maligne, avec une vraie volonté d’orchestration soignée. Mais au fond, Leïla, ce jeudi, j’écrivais que tu étais bien plus. Et que s’il fallait une preuve, il y en avait au moins une. Elle se trouve dans ton album précédent. Elle s’appelle La Niaise. La Niaise… Je n’avais pas été follement convaincu par l’évitable On se connait trop, aux traits d’esprit trop faciles, mais tu avais immédiatement corrigé le tir, et tu avais balancé La Niaise. Quand tu balances, tu le fais si bien. Ils ne sont pas nombreux à ne craindre personne, même si c’est le temps d’une chanson. Ils ne sont pas nombreux et tu en fais partie. Ce titre est une promesse.

Et si j’avoue ne pas retrouver cette magnifique violence dans chaque petit recoin de ton Auguste, ce n’est pas très grave. J’y ai retrouvé la même intelligence. Et puis Auguste n’est pas un tour de chant, mais la suite d’un tour de vie. La tienne, sans démagogie, sans vouloir parler à tout le monde. Tu parles de toi et c’est tant mieux. En fait Auguste n’a pas beaucoup d’importance. Écrire directement sur lui serait se tromper, et passer à côté d’une sensibilité. Une sensibilité qui sent le désir, un désir vaste, celui d’une certitude, vivre. On le devine, dans tes montées écorchées, où ta voix et tes mots se font féroces. Sur Auguste peut-être, ou sur La Niaise. Qu’importe, c’est cette sensibilité qu’il faut défendre. Des montées, des descentes, tu mets du chagrin pour cacher le désespoir. Ça fait moins peur, tu te voudrais même jubilatoire. Mais ça ne trompe pas. Tu es de ces rares gens qui se battent encore pour leur cœur d’enfant. Comme eux, tu titubes, alors que tu donnes l’impression de courir.

2018_10_01_leïla_huissoud
2018_10_01_leïla_huissoud

© David Farge.

J’écrivais ça. Mais c’était avant d’aller chez l’ophtalmo. Car à 11h20, ce jeudi matin, j’ai croisé Popeye. Il faisait du patin à roulettes. Et sur un écran de la salle d’attente mis là pour divertir les enfants, il essayait de rattraper Olive. Son Olive. Peu après, une fille, une mademoiselle H., fut appelée. Elle s’est levée et je l’ai suivie du regard, un peu, jusqu’à ce qu’on la fasse rentrer dans une pièce. Et puis ce fut mon tour, dans une autre pièce. F. G. U. Z. B…, les lettres, noires et blanches, un peu floues, presque nettes… Et le diagnostique… Alors on m’amène. Dans une autre salle d’attente, j’attends. Elle aussi, assise sur le canapé en plastique d’en face. Tu vois, Leïla, à ce moment-là, je réfléchissais à la conclusion de ma chronique. Face à moi, je ne pouvais que la voir. Elle écrivait des messages. Il y avait un truc chez elle. Le plus beau : celui de l’ignorer. « On en a bien parlé de l’époque, et de ces enfants qui ne savent plus aimer. Mais comme faut bien vider les stocks, la logistique fait des bébés ». Je cherchais ma conclusion, et je pensais à tes mots. Tes mots qui m’amusaient car ils rappelaient les miens dans une chronique passée. L’époque est à la fuite. Désormais on s’adopte, et on se super like. Les filles mettent leurs gueules en vitrines, et les mecs payent pour les lécher. Tout le monde est heureux, ça fera des souvenirs. Mais il faut se méfier. « Il parait qu’à trop croire en l’homme, y’en a quelques-unes qui se font baiser ».

Dans cette salle d’attente, je cherchais la bonne manière de conclure, de défendre le mieux possible ton Auguste, mais surtout ton désir de vie. Je l’ai trouvée. Je me suis levé, et me suis assis sur le canapé d’en face. Quelques secondes, trois phrases pas plus. Je crois que je lui ai parlé de la vie toujours trop courte, et de son charme, qui était fou. Puis aussitôt je me suis relevé, et rassis à ma place. Et l’ophtalmo l’a appelée. Mais pendant ces quelques secondes, elle m’a souri. Elle l’a fait de nouveau, en se retournant quand elle est ressortie. J’ai pensé à Popeye, qui lui, rattrapait Olive. Je l’ai fait. Au secrétariat. Mais elle ne s’est plus retournée. Elle a fait tomber son ordonnance. Peut-être son sac. Elle a tout ramassé, et elle a filé.

Tu vois Leïla, ma première chronique d’Auguste finissait par une demande, allons prendre un verre, pour voir si tout ce que j’ai entrevu chez toi est vrai. On aurait pu rajouter une chaise. Pour cette fille de l’ophtalmo, si en plus de l’avoir rattrapée, j’avais réussi à la retenir. Mais l’ai-je vraiment tenté ? Au fond la liberté est toujours plus belle lorsqu’elle file. Alors promets-moi, Leïla, que de ton côté tout ça est vrai. Car dans cette salle d’attente sur mon canapé en plastique, j’ai pensé à ce besoin de vie, cette rage. Sur mon canapé, j’ai pensé à Olive, j’ai pensé à Popeye. J’ai pensé à ce cœur d’enfant. Et j’ai pensé à me lever.

Leïla Huissoud - Auguste

Tracklist : Leïla Huissoud - Auguste
  1. La farce
  2. Caracole
  3. Auguste
  4. Chianteuse
  5. Un enfant communiste (avec Mathias Malzieu)
  6. Lettre à la Suisse
  7. Le vendeur de paratonnerres
  8. Jolies frangines
  9. Ecrit d'invention
  10. En fermant les yeux
  11. Les tours de rond-point
  12. La mineure

Les prochains concerts de Leïla Huissoud en France

DateSalleVilleTickets
21 Sep 2019Eglise Jeanne d'ArcVerdun 
28 Sep 2019festival 100 détoursSaint-jean-de-bournayAcheter un Ticket
10 Oct 2019cultural space RonnyCoutteureGrenay 
16 Oct 2019Festi'Val de MarneIvry Sur SeineAcheter un Ticket
14 Nov 2019LE NINKASI KAOLyonAcheter un Ticket
15 Nov 2019Festival Chants d'ellesTourville-la-riviere 
23 Nov 2019Festival Les Nuits Du ChatMontpellier 
12 Dec 2019Chateau RougeAnnemasse 
Dates de concerts fournies par Bandsintown
Leïla Huissoud – Auguste et Popeye
5.0

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Metronomy – Metronomy Forever

Joseph Mount a quitté Montmartre avec femme et enfants pour retourner s’installer en Angleterre, son pays natal, mais n’a pas changé de quête : écrire la chanson pop ultime.

L'épée -Diabolique

L’Épée – Diabolique

The Limiñanas font des disques formidables. Emmanuelle Seigner fait des disques formidables. Anton Newcombe fait des disques formidables. Diabolique de L’Épée est donc un disque formidable.

Blueboy – If Wishes Were Horses

Publié en 1992, If Wishes Were Horses des Blueboy était devenu un disque qui coûtait une blinde sur le marché de l’occasion. Il ressort aujourd’hui à un prix tout à fait abordable grâce au label australien A Colourful Storm.

The Slow Show - Lust and Learn

The Slow Show – Lust and Learn

Avec ce troisième album, les Mancuniens The Slow Show réalisent un joli coup voire un coup de maître. Lust and Learn est peut-être le meilleur disque de cette rentrée. Et ce n’était pas gagné…

LIFE - A Picture of Good Health

LIFE – A Picture Of Good Health

Passés inaperçus avec un premier album (Popular Music – 2017), LIFE remet le couvert cette année et devrait se faire une place au soleil avec leur nouveau bébé. A Picture Of Good Health gueule, braille et est tout sauf sage. Et on ne peut s’empêcher de l’aimer.

Ride - This Is Not A Safe Place

Ride – This Is Not A Safe Place

On reprend les mêmes et on recommence. Ride a décidé de refaire équipe avec Erol Alkan, le producteur de Weather Diaries (2017). On reprend les mêmes et surtout on recommence avec un très bon disque. This Is Not A Safe Place réussit là où son prédécesseur échouait et surtout nous fait diablement plaisir.

Clairo - Immunity

Clairo – Immunity

Âgée de 20 ans, Clairo s’apprête à sortir son premier album, Immunity. Et comme dans Koh-Lanta, elle devrait être intouchable avec ce totem de l’immunité.

Mark Mulcahy - The Gus

Mark Mulcahy – The Gus

Mark Mulcahy est de retour cet été avec The Gus son sixième album solo. Mulcahy quitte les paysages de l’Amérique des ombres qu’il côtoyait sur son précédent disque, The Possum in the Driveway et débarque dans une librairie pour écrire des chansons inspirées par George Saunders. Le résultat est flamboyant.

Silver Jews - Purple Mountains

Purple Mountains – Purple Mountains

Il y a des disques auxquels on ne croyait plus. Celui des Purple Mountains est de cette trempe. David Berman, qui avait tiré le rideau des Silver Jews en 2008 revient avec un nouveau nom, des nouveaux musiciens et toujours les mêmes états d’âme. Et c’est foutrement jouissif.

Nev Cottee - River's Edge

Nev Cottee – River’s Edge

Révélé au « grand public » et surtout à la critique en 2017 grâce à Broken Flowers, son deuxième album, Nev Cottee revient avec River’s Edge. Les dix chansons de ce nouvel album reprennent plus ou moins la même formule magique que son prédécesseur et nous envoie dans les confins de la discographie de Scott Walker.

Noel Gallagher's High Flying Birds - Black Star Dancing

Noel Gallagher’s High Flying Birds – Black Star Dancing EP

Dans la vie, il faut aimer autant son Papa que sa Maman. Dans la vie d’un fan d’Oasis, il en va de même avec les frères Gallagher : il faut aimer autant Liam que Noel. Depuis le divorce de 2009, les rôles ont été rapidement redéfinis : Liam sera le gardien du temple, quant à…

J.E. Sunde - J.E. Sunde

J.E. Sunde – J.E. Sunde

J.E. Sunde publie sur le label Vietnam un disque qui devrait faire pleurer de joie les fans de Sufjan Stevens et ravir les amoureux de Still Crazy After All These Years.

Ian Broudie – Tales Told

En 2004, Ian Broudie laisse The Lightning Seeds au repos et décide d’enregistrer un disque solo avec la jeune garde de Liverpool. L’idée fut évidemment géniale car Tales Told est son plus beau disque.

Primal Scream - Maximum RockNRoll

Primal Scream – Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles

Après avoir publié le passionnant Give Out But Don’t Give Up (The Original Memphis Recordings) en 2018, Primal Scream (ou plutôt Sony) sort un double best-of dénué de tout intérêt. Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles, maximale arnaque.

Sebadoh - Act Surprised

Sebadoh – Act Surprised

Fire Records (pour le continent européen) continue de faire rêver les amoureux des années 90 en publiant le neuvième disque des Sebadoh. Après les Lemonheads et The Chills, Lou Barlow et son groupe enchantent tout le monde avec un disque impeccable.

DYGL – Songs of Innocence & Experience

Les Japonais de DYGL nous avaient impressionné en 2017 avec un premier album très efficace, Say Goodbye to Memory Den et avait calmé la concurrence avec leur prestation scénique au TINALS 2018. Et en 2019 ? Ils décident de confirmer tout le bien que l’on pense d’eux avec Songs of Innocence & Experience, un deuxième…

Clinic - Wheeltappers and Shunters !

Clinic – Wheeltappers And Shunters

Après sept ans d’absence, les très cintrés Clinic reviennent avec un album dont le titre est une référence à l’émission The Wheeltappers and Shunters Social Club, diffusée sur la chaîne ITV dans les années 1970 et animée par l’excellent Bernard Manning. Ce dernier et son émission sont aussi présents dans le dernier clip de Noel…

Death & Vanilla - Are You A Dreamer

Death & Vanilla – Are You A Dreamer ?

Les Death and Vanilla détestent l’inactivité. Après avoir étonné tout le monde avec To Where The Wild Things Are… en 2015, ils ont publié la très étonnante bande originale du film A Score For Roman Polanski’s The Tenant l’année dernière. Et ils reviennent aujourd’hui avec Are You A Dreamer ?, un nouvel album.