Cosmic Egg de Wolfmother

Cosmic Egg de Wolfmother
Rod . H - 02/12/2009

Cosmic Egg de Wolfmother
Cosmic Egg de Wolfmother

Après le succès international de leur premier album (1,4 millions de galettes vendues) et une tournée triomphale aux quatre coins du globe en 2006. Le nouvel album des rockeurs australiens était très attendu.

Wolfmother

Depuis 2006, le phénomène Wolfmother a donné naissance à une tripotée de groupes emboitant le pas des fers de lance du renouveau du rock 70’s (Parlor Mob pour cité le meilleur de leurs suiveurs) et à même inspiré un des meilleurs remixeurs en activité en la personne de MSTRKFT (ancien membre de DFA). On se rappelle en effet de son remix ultra dansant de « Woman ». Trois ans plus tard, il ne reste plus qu’un membre originel du groupe. En effet, le bassiste/claviériste et le batteur s ‘étant fait la malle, Andrew Stockdale, le chanteur à la voix suraigüe, a réuni une nouvelle horde de chevelus en mal de distorsion pour continuer l’aventure et écrire le nouvel album de Wolfmother.

Passons maintenant aux choses sérieuses, qu’en est il de ce nouvel album ? Et bien, l’album commence sur les chapeaux de roue avec un « California Queen » tonitruant. Les fondamentaux de Wolfmother sont toujours présents : la voix unique d’Andrew Stockdale, les riffs et solos ultra typés 70’s. L’impression se confirme avec le second titre et le single « New Moon Rising ». « White Feather », le troisième titre sonne plus pop, agréable surprise que d’entendre Wolfmother dans ce registre. Ensuite, ça se gâte un peu.Le son s’est gonflé depuis l’album précédent, il est plus gras. Mais, on perd les couleurs intéressantes et originales apportées par le clavier dans les anciennes compositions. Du coup, par moment, le groupe se mue en une machine à riffs certe efficace mais sans réelle saveur et sans surprise comme dans le très Sabathien mais insupportable « 10,000 Feet ». Le disque est ponctué de ballades assez (voir très) semblables à celles du premier album, toutefois de bonnes factures. On retrouve heureusement plus tard dans l’album de véritables réussites comme le monumental « Black Round », que l’on imagine démentiel en live.

Finalement, dans son nouvel album, Wolfmother s’en tient à ce qu’il sait faire de mieux : un rock 70’s terriblement efficace. Malheureusement, on ne retrouve pas vraiment ce qui démarquait Wolfmother des autres groupes du genre dans le premier album. Malgré la véritable signature vocale du frontman, le reste est assez commun, dans la composition comme dans le son. On attendait un peu plus du groupe qui avait réveillé notre nostalgie des années d’or de Jimmy Page, et qui aurait peut-être pu sortir le cerveau d’ Ozzy Osbourne de son coma.

Réponses
  1. J’ai découvert WolfMother il y a peu avec leur premier album, et c’est vrai que j’ai été conquis par ce rock qui sonne plutôt oldies, contrairement à cette grosse tendance de faire du rock « jeune ».

    De la à dire que le chanteur a une voix unique… peut être pour Cosmic Egg que je n’ai point écouté, mais en tout cas sur Wolfmother, des fois elle fait pense à Jack White…

    Enfin, si je mets la main sur Cosmic Egg, j’y jetterais certainement une oreille : merci donc de l’info !

  2. Juste : ce Cosmic Egg n’est pas si cosmique que ça. Mais la barre était placée bien haut avec le premier album. J’en retiens deux choses :

    1) « California Queen » est tout de même une tuerie absolue. Rien que pour ça, l’oeuf cosmique vaut un détour.
    2) L’ajout d’une deuxième guitare vient renforcer le son, et on en vient à regretter qu’elle ne fût pas présente sur des titres comme « Dimension » ou « Woman », à l’époque… (Bigre, vu la puissance de feu à une guitare… j’ose à peine imaginer la chose)
    Et du coup, cette deuxième guitare donne envie d’entendre les anciens morceaux en live, ce qui peut arracher…

  3. Ha oui j’oubliais : Dieu que les pochettes de Wolfmother sont laides. Ne faites pas attention.

  4. Ca c’est bien vrai !
    Encore une chance que la musique n’est pas au niveau de la pochette pour bien des albums, pas que ceux de WolfMother (y’a quand même un mieux depuis le précédent…).

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Pictish Trail – Thumb World

L’Écossais Johnny Lynch aka Pictish Trail est tellement fou qu’il ferait passer son compatriote Steve Mason (The Beta Band) pour quelqu’un de totalement ennuyeux. La preuve avec Thumb World, son nouvel album.

The Lost Brothers - After The Fire After The Rain

The Lost Brothers – After The Fire After The Rain

Encensés par Richard Hawley, produits par Brendan Benson (The Raconteurs) et amis de M. Ward, les Lost Brothers ont tout pour réussir. Si c’est le cas au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis (où ils vont assurer la première partie de M. Ward lors de sa prochaine tournée), fort est de constater que la greffe ne prend…

Humanist – Humanist

Il y a Rob Marshall et les autres. Pour son premier disque solo, l’ex Exit Calm réussit l’exploit de réunir une douzaine de chansons belles à tomber à la renverse avec un casting qui donne le tournis. Humanist est un coup de foudre. Et comme pour Lucien Leuwen de Stendhal, Humanist est un coup de…

Destroyer - Have We Met

Destroyer – Have We Met

Il y a neuf ans, l’ex The New Pornographers Dan Bejar publiait Kaputt un disque somptueux qui avait le mérite d’unir les fans irréconciliables de New Order et de Prefab Sprout. Au lieu de capitaliser sur ce succès, Bejar nous a plongé dans une pop magnifique mais dépressive pendant deux albums. Have We Met sonne…

Andy Shauf - Neon Sklyline

Andy Shauf – The Neon Skyline

En mai 2016, Andy Shauf avait tué toute la concurrence en publiant The Party. Il recommence en janvier 2020 avec The Neon Skyline.

Isobel Campbell- There Is No Other

Isobel Campbell – There Is No Other

Pour un retour inespéré, c’est un retour inespéré. L’ex Belle and Sebastian n’avait pas donné de nouvelles depuis dix ans. Elle est de retour avec There Is No Other, un disque impeccable.

East Village - Hotrod Hotel (2)

East Village – Hotrod Hotel

Michael Schulman, le patron de Slumberland Records (Tony Molina, Pete Astor, Veronica Falls pour ne citer qu’eux) se fait plaisir en rééditant Hotrod Hotel.

Bill Fay - Countless Branches

Bill Fay ‎– Countless Branches

Adulé par les membres de Wilco et de War On Drugs, vénéré par Jim O’Rourke et Ed Harcourt, Bill Fay est définitivement sorti de sa retraite à l’âge de 76 ans avec la sortie de Countless Branches.

Alma Forrer - L'année du loup

Alma Forrer – L’année du loup

« J’ai envie de toi » chante Alma Forrer dans N’être que l’hiver qui ouvre son premier album L’année du loup et à son écoute nous avons aussi terriblement envie d’elle, de ses chansons entre folk américain et variété française au sens le plus noble.

Field Music - Making A New World

Field Music – Making A New World

Si Oasis et Radiohead n’avaient pas existé…. Si les Foals et les Coral n’avaient pas existé… Les Field Music seraient sûrement le groupe anglais le plus influent et le plus médiatisé de ces quinze dernières années.

The Electric Soft Parade - Stages

The Electric Soft Parade – Stages

Retour inattendu (et inespéré) des frères White ! Les Electric Soft Parade ouvrent le bal des sorties de 2020 et mettent d’emblée la barre très haute.

Jim Sullivan - If The Evening Were Dawn

Jim Sullivan – If The Evening Were Dawn

Le label Light In The Attic Records fait oeuvre de salubrité publique en rééditant de fort belle manière les deux disques de feu Jim Sullivan et en publiant If The Evening Were Dawn, un disque qui 10 chansons acoustiques jamais sorties.

Les Wampas - Sauvre Le Monde

Les Wampas – Sauvre Le Monde

Bonne nouvelle ! Les Wampas ne font plus la gueule et sont toujours chauds, sales et humides. Avec ce treizième album, Didier Wampas signe un excellent cru.

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead…

the-replacements-dead-mans-pop

The Replacements – Dead Man’s Pop

Pour ceux qui n’ont pas les finances nécessaires pour s’offrir le coffret G Stands For Go-Betweens : Volume 2 – 1985 -1989 des Got-Betweens, une seule solution : acheter Dead Man’s Pop de The Replacements. La douloureuse est divisée par cinq (on passe grosso modo de 270 à 50 euros) et le bonheur est totalement…

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.

Josh Homme - Desert Session 11

Josh Homme – Desert Sessions Vol 11 & 12

En attendant un nouveau disque des Queens Of The Stone Age, Josh Homme a décidé de rempiler pour deux Desert Sessions qui, en plus d’être d’excellente facture, ont le chic de nous envoyer un shoot de nostalgie.