Vidéo : Beirut – Landslide

Ecouter Zach Condon, c'est retrouver un ami, un son, une voix, mais surtout une humanité musicale.

Le son de Beirut est reconnaissable entre mille. Cuivres, harmonies célestes et cet orgue Farfisa sur lequel il a écrit Gulag Orkestar et une partie de The Flying Club Cup. Pourtant Gallipoli semble différent sans doute parce qu’il a été enregistré entre New York, Berlin et Lecce dans les Pouilles. Mais c’est Gallipoli et sa vieille ville insulaire qui séduit Zach et son brass band qui assistent à une procession comme on en trouve qu’en Italie. On retrouve dans la chanson qui donne le titre au disque ces trompettes rieuses, ce chant souriant qui nous emporte dans une valse a six temps, une transe extatique qui fait le pont entre le passé et le présent. On ne s’envoie plus comme en 2009 de cartes postales d’Italie et c’est bien dommage mais les couleurs de Gallipoli donnent envie de serrer fort Zach Condon ou de réécouter Nantes ou The penalty en liberté pour la blogothèque qui a changé bien des vies, un temps où tout n’était pas calibré. La liberté c’est peut être ce que recherche le personnage de Landslide engoncé dans son armure où ce Sancho pensa dompter la bête, où la belle se fit la malle dans les paysages majestueux du Kazakhstan pour une quête du Graal intérieur. Une aventure sensible comme Zachary que l’on est bien heureux de retrouver en forme, en concert au Grand Rex le 5 avril, au Printemps de Bourges le 17 avril et on l’espère, dans quelques festival cet été !

Beirut - Galipolli

Tracklist : Beirut - Gallipoli
  1. When I Die
  2. Gallipoli
  3. Varieties of Exile
  4. On Mainau Island
  5. I Giardini
  6. Gauze fur Zah
  7. Corfu
  8. Landslide
  9. Family Curse
  10. Light in the Atoll
  11. We Never Lived Here
  12. Fin

Discographie

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Beirut - No No No

Beirut – No No No

Il aura donc fallu quatre ans à Zach Condon, le maître à déprimer de Beirut pour donner une suite à l’album de la renaissance qu’est The Rip Tide. Attention, avec Beirut, on ne triche pas. Soit on touche le firmament (le divin Gulag Orkestar et l’excellent The Rip Tide) soit on se vautre comme ce […]
Beirut - The Rip Tide

clip : Beirut – The Rip Tide

C’est pas l’homme qui prend la mer, c’est la mer qui prend l’homme, tatatin… C’est enfin l’été, on peut goûter aux joies du nautisme avec Beirut et son Rip tide et ce clip qui irradie comme un tableau de Turner et qui va faire couler beaucoup d’encre…

Plus dans Son du jour

Chassol-ludi

Vidéo : Chassol – Ludi

Il y a peu de concert où l’on ressort différent. Ceux de Chassol en font partie. C’est une expérience musicale et humaine qui change notre regard sur le monde. Avec Ludi, Chassol est au sommet de son art de l’Ultrascore, les mélodies se nourrissent des images, des voix, des dialogues, des bruits, au final de […]
Jadepappagallo-rienfoutreici

Vidéo : Jade Pappagallo – Rien à foutre ici

Alors que vient de sortir l’excellent film de Blandine Lenoir, Annie Colère, formidable piqûre de rappel dans une France qui serre plus les cuisses qu’elle ne les écarte, Jade Pappagallo balance un bon jab qui reveille les consciences.
Grandblanc-pilulebleue

Vidéo : Grand Blanc – Pilule Bleue

On ignore ce que contient cette pilule bleue, mais elle provoque des hallucinations. Mad – Camille – Max joue de la harpe et un robot bringuebalant l’accompagne à la recherche d’un lieu secret.