Il aura donc fallu quatre ans à Zach Condon, le maître à déprimer de Beirut pour donner une suite à l'album de la renaissance qu'est The Rip Tide. Attention, avec Beirut, on ne triche pas. Soit on touche le firmament (le divin Gulag Orkestar et l'excellent The Rip Tide) soit on se vautre comme ce n'est pas permis (l'atroce March Of The Zapotec + Real People Holland). C'est donc toujours avec méfiance qu'on découvre un disque de Beirut.


Avec No No No, Zach Condon s’assagit et se professionnalise doucement. Désormais Beirut joue au Zénith et produit des disques où tout est sous contrôle. Un peu trop même…

Enregistré en deux semaines à Brooklyn après un nouveau passage à vide de Condon, No No No montre que ce dernier a gardé sa capacité à faire chavirer nos mornes journées dans un océan de nostalgie et de mélancolie. Même si No No No est sec comme un coup de trique par rapport à The Rip Tide et fait dans l’économie de moyens, il faut s’attendre à être saisi au vif par quelques chansons. Ainsi At Once ou August Holland possèdent ce petit truc à la Prenzlauerberg (toutes proportions gardées, entendons-nous bien) ou de Port of Call. Ce petit truc qui fait qu’on s’allume une cigarette, qu’on s’ouvre une bouteille de Bordeaux et qu’on oublie tout !

Beirut – No No No

Discographie

Enfermé dans son studio new-yorkais pour cause de blizzard et accompagné d’un groupe réduit à sa portion congrue, Condon a écrit les chansons au fur et à mesure des heures d’enregistrement. Tout l’inverse des précédents au final et c’est peut-être cette manière d’approcher les choses qui dérange. Quelque chose cloche mon colonel!

A noter que No No No se compose de deux parties bien distinctes. La seconde partie du disque, qui débute à partir de Pacheco, montre un Condon sous influence de Randy Newman. Fender et So Allowed font le boulot correctement. Pour espérer mieux, il faut ne pas lâcher les premières pistes du disque.

Court, No No No est un disque qui ne lâche pas la bride. Et c’est bien là son principal défaut.

No No No de Beirut sera publié le 11 septembre 2015 via 4AD/Beggars.
Beirut sera en concert le 22 septembre au Zénith de Paris.

Tracklist : Beirut - No No No
  1. Gibralter
  2. No No No
  3. At Once
  4. August Holland
  5. As Needed
  6. Perth
  7. Pacheco
  8. Fener
  9. So Allowed

Beirut – No No No
7/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Beirut - The Rip Tide

clip : Beirut – The Rip Tide

C’est pas l’homme qui prend la mer, c’est la mer qui prend l’homme, tatatin… C’est enfin l’été, on peut goûter aux joies du nautisme avec Beirut et son Rip tide et ce clip qui irradie comme un tableau de Turner et qui va faire couler beaucoup d’encre…

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.