Il aura donc fallu quatre ans à Zach Condon, le maître à déprimer de Beirut pour donner une suite à l’album de la renaissance qu’est The Rip Tide.
Attention, avec Beirut, on ne triche pas. Soit on touche le firmament (le divin Gulag Orkestar et l’excellent The Rip Tide) soit on se vautre comme ce n’est pas permis (l’atroce March Of The Zapotec + Real People Holland). C’est donc toujours avec méfiance qu’on découvre un disque de Beirut.

Avec No No No, Zach Condon s’assagit et se professionnalise doucement. Désormais Beirut joue au Zénith et produit des disques où tout est sous contrôle. Un peu trop même…

Enregistré en deux semaines à Brooklyn après un nouveau passage à vide de Condon, No No No montre que ce dernier a gardé sa capacité à faire chavirer nos mornes journées dans un océan de nostalgie et de mélancolie. Même si No No No est sec comme un coup de trique par rapport à The Rip Tide et fait dans l’économie de moyens, il faut s’attendre à être saisi au vif par quelques chansons. Ainsi At Once ou August Holland possèdent ce petit truc à la Prenzlauerberg (toutes proportions gardées, entendons-nous bien) ou de Port of Call. Ce petit truc qui fait qu’on s’allume une cigarette, qu’on s’ouvre une bouteille de Bordeaux et qu’on oublie tout !

Beirut – No No No

Enfermé dans son studio new-yorkais pour cause de blizzard et accompagné d’un groupe réduit à sa portion congrue, Condon a écrit les chansons au fur et à mesure des heures d’enregistrement. Tout l’inverse des précédents au final et c’est peut-être cette manière d’approcher les choses qui dérange. Quelque chose cloche mon colonel!

A noter que No No No se compose de deux parties bien distinctes. La seconde partie du disque, qui débute à partir de Pacheco, montre un Condon sous influence de Randy Newman. Fender et So Allowed font le boulot correctement. Pour espérer mieux, il faut ne pas lâcher les premières pistes du disque.

Court, No No No est un disque qui ne lâche pas la bride. Et c’est bien là son principal défaut.

No No No de Beirut sera publié le 11 septembre 2015 via 4AD/Beggars.
Beirut sera en concert le 22 septembre au Zénith de Paris.

Tracklist : Beirut - No No No
  1. Gibralter
  2. No No No
  3. At Once
  4. August Holland
  5. As Needed
  6. Perth
  7. Pacheco
  8. Fener
  9. So Allowed
Beirut – No No No3.5
7/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Beirut - The Rip Tide

clip : Beirut – The Rip Tide

Beirut – The Rip Tide C’est pas l’homme qui prend la mer, c’est la mer qui prend l’homme, tatatin… C’est enfin l’été, on peut goûter aux joies du nautisme avec Beirut et son Rip tide et ce clip qui irradie comme un tableau de Turner et qui va faire couler beaucoup d’encre…
clip : Beirut – Vagabond

clip : Beirut – Vagabond

Un clip fumeux pour le Vagabond Zach Condon de Beirut, un hommage à Milos Forman et à son film Les Amours d’une blonde.

clip : Beirut – Santa Fé

Les vacances sont finies mais l’on voyage encore et toujours le coeur léger avec Zach et son orchestre. Vous rencontrerez un yorkshire sur une plage et peut être la foi pour une rédemption surannée : « And what ever comes through the door, I’ll see it face to face, all by your place »… Beirut

En voyage avec Beirut

Beirut @ Nuits de Fourvière 2011 | 18 juillet 2011 Soirée rare et de prestige aux nuits de Fourvière avec un plateau de qualité, Villagers, Moriarty et Beirut, des artistes très loin des cachetonneurs qui écument les festivals d’été.

Plus dans Chroniques d'albums

The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.
Andy Bell

Andy Bell – The View From Halfway Down

Andy Bell s’offre son premier album solo pour ses 50 ans et nous fait un joli cadeau. The View From Halfway Down, enregistré avec Gem Archer (Oasis), est un disque aux allures modestes mais qui fait le travail comme les grands.
StrawberrySeas_LP_Cover

Strawberry Seas – Strawberry Seas

2020 est une l’année horrible par excellence. La Covid, les élections américaines, les inondations… Le meilleur moyen pour quitter la tête haute cette année infernale est le disque des Strawberry Seas.
idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…