Catégories
Son du jour

Vidéo : Beirut – Gibraltar

Beirut - Gibraltar

Zach chaloupe à Gibraltar avec ce deuxième extrait de No, no, no à paraître le 11/09.

Fini les cuivres et les cordes pour Beirut, bienvenu au djembé (hein ??), au piano et aux mélodies pop gorgées de soleil, chantées avec un fichu fichu sur la tête.

Mais tout va bien, la dépression des Açores est passée, « Everything should be fine, You’ll find things tend to stand in line, It’s but a link in time, But I’m sure you’ll let me try. » Un bel optimisme pour celui qui a connu les affres de la séparation et un succès épuisant jusqu’à l’hospitalisation avec The Rip tide.

« Des personnes importantes ont quitté ma vie, je voulais simplement retrouver le plaisir de jouer des instruments comme au tout début, quand je m’enfermais de longues heures dans ma chambre à Santa Fe, seul ou avec mon frère » confie Zach Condon, « par le passé, j’ai beaucoup composé dans la détresse, dans la douleur, mais, cette fois, c’était différent. J’ai créé dans une période plutôt positive, et je me suis moins pris au sérieux. J’ai aussi rencontré cette femme turque. Ç’a été un tournant. »

Et cela donne au final un album plutôt enjoué, une musicothérapie intime et généreuse qui ne manquera pas de toucher un public déjà large.

Beirut – Gibraltar

Beirut en tournée européenne et passera par le Zénith de Paris le 22/09

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Beirut - No No No

Beirut – No No No

Il aura donc fallu quatre ans à Zach Condon, le maître à déprimer de Beirut pour donner une suite à l’album de la renaissance qu’est The Rip Tide. Attention, avec Beirut, on ne triche pas. Soit on touche le firmament (le divin Gulag Orkestar et l’excellent The Rip Tide) soit on se vautre comme ce…
Beirut - The Rip Tide

clip : Beirut – The Rip Tide

Beirut – The Rip Tide C’est pas l’homme qui prend la mer, c’est la mer qui prend l’homme, tatatin… C’est enfin l’été, on peut goûter aux joies du nautisme avec Beirut et son Rip tide et ce clip qui irradie comme un tableau de Turner et qui va faire couler beaucoup d’encre…
clip : Beirut – Vagabond

clip : Beirut – Vagabond

Un clip fumeux pour le Vagabond Zach Condon de Beirut, un hommage à Milos Forman et à son film Les Amours d’une blonde.

clip : Beirut – Santa Fé

Les vacances sont finies mais l’on voyage encore et toujours le coeur léger avec Zach et son orchestre. Vous rencontrerez un yorkshire sur une plage et peut être la foi pour une rédemption surannée : « And what ever comes through the door, I’ll see it face to face, all by your place »… Beirut

En voyage avec Beirut

Beirut @ Nuits de Fourvière 2011 | 18 juillet 2011 Soirée rare et de prestige aux nuits de Fourvière avec un plateau de qualité, Villagers, Moriarty et Beirut, des artistes très loin des cachetonneurs qui écument les festivals d’été.

Plus dans Son du jour

STRUCTURES - Robbery

Vidéo : Structures – Robbery

I know we’re all infected. Pendant que la horde ne jure que par Idles, Fontaines D.C, Protomartyr ou Shame, quatre amiénois font le casse du moment avec Robbery et ses guitares perforant nos coffres-forts.
Matt Berninger - One More Second

Vidéo : Matt Berninger – One More Second

Il est libre Matt. En solo, on quitte la nationale pour le suivre sur les chemins de traverse à émotions et à désillusions. One More Second sonne l’heure des adieux à jamais, des regrets mâtinés d’espoir.
Neptune - Stella

Vidéo : Neptune – Stella

On a tous rencontré une Stella, une pour qui le dernier verre est de trop, celui qui au choix fait perdre un peu de dignité ou gagner un peu d’humanité.
Rosemarie - Nuit d'été

Vidéo : Rosemarie – Nuit d’été

Hier c’était notre dernière Nuit d’été, et c’est un renouveau pour Rosemarie qui a rangé les Paillette et l’anglais pour chanter enfin en français.