Gontard rime pourtant avec homard. Et pourtant c’est à une radioscopie de la plèbe provinciale qu’il nous convie, un micro trottoir prolétaire, un miroir promené le long de nos chemins qu’il nous réfléchit en pleine face.

Gontard
La vie. Celle des gens d’en bas. Celle des gens qui n’ont pas de dressing ou peut être pas de sèche cheveux mais qui se dresseront espérons le, le 15 mars à Gontard-Sur-Misère et ailleurs contre les politicailleurs car 2029 c’est demain ou plutôt aujourd’hui. « L’avenir est la grande cause des petites gens » écrivait Hervé Bazin. Et dans son disque dystopique, cet avenir n’est guère riant. Mais comment pourrait-il l’être dans une macr-honnie qui dérembourse, sonne au poing la retraite inégalitaire à 64 ans, méprise ses hussards et gaze les affreux contestataires de notre République bananière. Prolétaires, on l’est un peu tous ou en voie de. On connaît tous cette mère divorcée d’une petite fille qui obtiendra son CAP petite enfance, mais plus avec l’éducation nationale vu le démantèlement planifié du lycée professionnel en France, sa lente et sûre privatisation avec les publicités CEF qui fleurissent cet été à la télévision où l’on obtient son diplôme sans avoir vu un enfant à part en visio-conférence. Gontard lucide fait le constat amer que tout fout le camp, et qu’il faudrait un Chernobyl social, des Actions Directes pour que nos politiques s’intéressent au peuple, aux prolos. « Mais on ne l’aura pas notre révolution prolétaire », la mondialisation l’a anesthesiée, la consommation maraboutée. Alors on revient à l’essentiel, les premiers amours, forcément idéalisés. Emprunter la marche de l’escalier que l’on a sauté. Prendre l’hostie à la chapelle, coller les timbres à la cave ou aller caresser le gardon. Gontard est d’utilité public, même si bien sûr beaucoup trop préfèrent la facilité, les fraiches chanteuses de « la ligne directe France Inter Télérama ». Pas besoin de FaceApp avec Gontard, il fait tomber les masques, le lapin est pris dans les phares et nous avec.

Gontard sera en concert le vendredi 13 septembre (sic !) à La Maroquinerie (Paris) avec Blackmail, Bruit Noir et Bay pour une GONZAï Night.

Gontard - 2029

Gontard - 2029

Tracklist : Gontard - 2029
  1. Dans ma ville
  2. Aigle Royal
  3. Prolétaires
  4. Chanteur de variétés
  5. Kevin Malez
  6. Hôpital Tue
  7. La fille de la mairie
  8. 2029
  9. Okay
  10. Il n’y a pas de Michel-Ange à Gontard-sur-Misère

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2009 - 2021 : 31 M de vues sur note chaine YouTube !

Merci aux artistes et labels qui nous ont fait confiance !

Avec : Mariama, Sayem, St Augustine, Ornette, The Dodoz, Dominique A, Lisa Hannigan, Nadeah, Hocus Pocus, BabX, Absynth Minded, Diane Birch, 3 Minutes Sur Mer, Applause, Jon And Jen, Anita Drake, Mademoiselle K, Richard Walters, Brune, Chew Lips, Emily Loizeau, Julia Stone, Sarah Blasko, Marie-Flore, MLCD (My Little Cheap Dictaphone), Hey Hey My My, AaRON, Foreign Beggars, Skip The Use, Hyphen Hyphen, Curry And Coco, Lilly Wood And The Prick, Rivkah, Kid Bombardos, You, Sharleen Spiteri , Thos Henley, Élodie Frégé, Caro Emerald, Viva And The Diva, Sly Johnson, Belleruche, Skip The Use, Ben Mazue, The Dø, Twin Twin, Marie-Pierre Arthur, Chris Garneau, Angus And Julia Stone

↪ Toutes les SK Sessions

↪ Abonnez-vous à notre chaine YouTube!

Cela pourrait vous intéresser

Gontard! – La saison des grands froids

Ils gobent. Ils sentent le paniqué, le caché, le confiné. Ils gobent, ils gobent ce qu’on leur donne à gober. A genoux, toujours, comme ils attendent leur giclée.
Gontard - Il Fiasco

Vidéo : Gontard – Il Fiasco

Nous vivons tous un fiasco depuis un mois. L’illusion démocratique qui fait croire au vulgum pecus qu’il délègue la gestion d’un pays et du bien commun à des gens qui en auront la charge et n’en feront pas un métier. Quel fiasco. Il nous reste la colère et la rage ou les constats cliniques et…
GONTARD - Hôpital Tue

Vidéo : Gontard – Hôpital Tue

Il faut encore et toujours écouter le dystopique Gontard avec son 2029 qui est le 1984 de la chanson lagomorphe. Orwell avait prédit le totalitarisme des écrans, Gontard évoque l’effondrement de sa bonne ville de Gontard-sur-misère.
Gontard - Real Doll

Vidéo : Gontard – Real Doll

A l’heure du tout virtuel, de Black Mirror à Ready Player One, Gontard crée sa real human, sa real doll, une jolie poupée qui le fait chanter sur son doigt coupé.
Quirky Festival 2017

Vite, le Quirky festival !

Date : La troisième édition du Quirky festival aura lieu du 4 au 21 mai au Bal des Fringants et à l’Amphithéâtre des Trois Gaules à Lyon.

Plus dans Son du jour

The Limiñanas

Vidéo : Limiñanas / Garnier – Saul

On se rappelle de ce concert fou des Limiñanas au Yeah! festival (n’est-ce pas Denis Q du Pop-In), dans l’écrin du parvis du château de Lourmarin, l’antre de Laurent Garnier.
Dragon Rapide - Full Moon

Vidéo : Dragon Rapide – Full Moon

Ils avaient vu grand dès leur premier album, See The Big Picture. Dragon Rapide dégaine une bombinette pop de 2 minutes 10 et nous font voir la pleine lune en plein jour.
BRNS - Familiar2

Vidéo : BRNS – Familiar

Premier extrait de Celluloid Swamp, le quatrième album de BRNS à paraitre cette année. Familiar est une virée hip hop pour le plus sympathique et novateur des groupes belges.
Aldebert - Le grand voyage

Vidéo : Aldebert – Le grand voyage

Une mélodie simple et douce, des questionnements d’enfants poétiques et censés, Aldebert chante pour eux mais aussi les adultes et nous aide à rendre ce monde intelligible et acceptable.
Jean Louis Bergère - Ce qui demeure

Vidéo : Jean Louis Bergère – Ce qui demeure

Que sommes nous ? Pas grand chose en ne faisant attention aux grands artistes qu’une fois disparus. Le quatrième album de Jean Louis Bergère, Ce qui demeure s’ouvre sur ces mots : « dansons sur les cendres chaudes » et se clôt « dans la nuit blanche ». Il vient de nous quitter.