g0lJV-qIP-A

Gontard rime pourtant avec homard. Et pourtant c’est à une radioscopie de la plèbe provinciale qu’il nous convie, un micro trottoir prolétaire, un miroir promené le long de nos chemins qu’il nous réfléchit en pleine face.


La vie. Celle des gens d’en bas. Celle des gens qui n’ont pas de dressing ou peut être pas de sèche cheveux mais qui se dresseront espérons le, le 15 mars à Gontard-Sur-Misère et ailleurs contre les politicailleurs car 2029 c’est demain ou plutôt aujourd’hui. « L’avenir est la grande cause des petites gens » écrivait Hervé Bazin. Et dans son disque dystopique, cet avenir n’est guère riant. Mais comment pourrait-il l’être dans une macr-honnie qui dérembourse, sonne au poing la retraite inégalitaire à 64 ans, méprise ses hussards et gaze les affreux contestataires de notre République bananière. Prolétaires, on l’est un peu tous ou en voie de. On connaît tous cette mère divorcée d’une petite fille qui obtiendra son CAP petite enfance, mais plus avec l’éducation nationale vu le démantèlement planifié du lycée professionnel en France, sa lente et sûre privatisation avec les publicités CEF qui fleurissent cet été à la télévision où l’on obtient son diplôme sans avoir vu un enfant à part en visio-conférence. Gontard lucide fait le constat amer que tout fout le camp, et qu’il faudrait un Chernobyl social, des Actions Directes pour que nos politiques s’intéressent au peuple, aux prolos. « Mais on ne l’aura pas notre révolution prolétaire », la mondialisation l’a anesthesiée, la consommation maraboutée. Alors on revient à l’essentiel, les premiers amours, forcément idéalisés. Emprunter la marche de l’escalier que l’on a sauté. Prendre l’hostie à la chapelle, coller les timbres à la cave ou aller caresser le gardon. Gontard est d’utilité public, même si bien sûr beaucoup trop préfèrent la facilité, les fraiches chanteuses de « la ligne directe France Inter Télérama ». Pas besoin de FaceApp avec Gontard, il fait tomber les masques, le lapin est pris dans les phares et nous avec.

Gontard sera en concert le vendredi 13 septembre (sic !) à La Maroquinerie (Paris) avec Blackmail, Bruit Noir et Bay pour une GONZAï Night.

Gontard - 2029

Gontard - 2029

Tracklist : Gontard - 2029
  1. Dans ma ville
  2. Aigle Royal
  3. Prolétaires
  4. Chanteur de variétés
  5. Kevin Malez
  6. Hôpital Tue
  7. La fille de la mairie
  8. 2029
  9. Okay
  10. Il n’y a pas de Michel-Ange à Gontard-sur-Misère