The Replacements – Dead Man’s Pop

the-replacements-dead-mans-pop
Louis - 21/11/2019

Pour ceux qui n’ont pas les finances nécessaires pour s’offrir le coffret G Stands For Go-Betweens : Volume 2 – 1985 -1989 des Got-Betweens, une seule solution : acheter Dead Man’s Pop de The Replacements. La douloureuse est divisée par cinq (on passe grosso modo de 270 à 50 euros) et le bonheur est totalement préservé. Se priver de découvrir une version alternative de Don’t Tell a Soul serait donc totalement idiot.

En 1989, Paul Westerberg et ses Replacements sont aux portes du succès. Mieux habillés que les Pixies (ce qui n’était pas difficile) et moins givrés que les Hüsker Dü (ce qui était encore moins difficile), The Replacements bénéficie de toute l’attention de leur label Sire. Pour leur sixième album, on convoque Tony Berg (responsable du disque du The Rocky Horror Picture Show et des disques du… Muppet Show) puis Matt Wallace et enfin Chris Lord-Age pour avoir un mix capable de faire passer les merveilles de Westerberg à la radio. Evidemment le travail policé de Chris Lord-Age aka la grande lessiveuse (il réussira l’exploit de rendre transparents les Black Crowes sur Lions et de faire passer les Green Day pour Oasis…) crispa les fans historiques et fit un four à la radio. L’album échoua aux portes du TOP 50 US. Tout ça pour ça…

The Replacements – Portland (Alternate Mix) (Bearsville Version)

Comme pour Primal Scream qui a récemment publié la version originale de Give Out But Don’t Give Up (The Original Memphis Recordings) avec les mixs de Tom Dowd, on découvre ici la première version du disque signée Matt Wallace. Concocté par Bob Mehr, le biographe du groupe et par Jason Jones, pilier de Rhino, Dead Man’s Pop montre, comme à chaque disque, le talent d’écriture hallucinant de Paul Westerberg qui arrive à avoir 5 bonnes idées par chanson. Et encore c’était le minimum requis.

The Replacements – I’ll Be You (Bearsville Version)

Il faut aussi se précipiter sur We Know the Night: Rare & Unreleased qui contient les mixs enregistrés à New York par Tony Berg (les fameux Bearsville mixes). Les versions de I’ll Be You ou de Darlin’ One donneront de l’urticaire aux fans hardcore de Tim mais seront chéries par les gens de bon goût.

The Replacements - Dead Man's Pop

Dead Man’s Pop de The Replacements est disponiblechez Rhino Records.

the-replacements-dead-mans-pop

Tracklist : The Replacements - Dead Man's Pop
  1. Talent Show
  2. I'll Be You
  3. We'll Inherit The Earth
  4. Achin' To Be
  5. Darlin' One
  6. Back To Back
  7. I Won't
  8. Asking Me Lies
  9. They're Blind
  10. Anywhere's Better Than Here
  11. Rock 'N' Roll Ghost
  12. Talent Show
  13. I'll Be You
  14. We'll Inherit The Earth
  15. Achin' To Be
  16. Darlin' One
  17. Back To Back
  18. I Won't
  19. Asking Me Lies
  20. They're Blind
  21. Anywhere's Better Than Here
  22. Rock 'N' Roll Ghost
  23. Portland
  24. Achin' To Be
  25. I'll Be You
  26. Wake Up
  27. We'll Inherit The Earth
  28. Last Thing In The World
  29. They're Blind
  30. Rock 'N' Roll Ghost
  31. Darlin' One
  32. Talent Show
  33. Dance On My Planet
  34. We Know The Night
  35. Ought To Get Love
  36. Gudbuy T'Jane
  37. Lowdown Monkey Blues
  38. If Only You Were Lonely
  39. We Know The Night
  40. We Know The Night
  41. I Can Help
  42. Date To Church
  43. Alex Chilton
  44. Talent Show
  45. Back To Back
  46. I Don't Know
  47. The Ledge
  48. Waitress In The Sky
  49. Anywhere's Better Than Here
  50. Nightclub Jitters
  51. Cruella De Ville
  52. Achin' To Be
  53. Asking Me Lies
  54. Bastards Of Young
  55. Answering Machine
  56. Little Mascara
  57. I'll Be You
  58. Darlin' One
  59. I Will Dare
  60. Another Girl
  61. Another Planet
  62. I Won't
  63. Unsatisfied
  64. We'll Inherit The Earth
  65. Can't Hardly Wait
  66. Color Me Impressed
  67. Born To Lose
  68. Never Mind
  69. Here Comes A Regular
  70. Valentine
  71. Left Of The Dial
  72. Black Diamond

The Replacements – Dead Man’s Pop
5.0
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead…

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.

Josh Homme - Desert Session 11

Josh Homme – Desert Sessions Vol 11 & 12

En attendant un nouveau disque des Queens Of The Stone Age, Josh Homme a décidé de rempiler pour deux Desert Sessions qui, en plus d’être d’excellente facture, ont le chic de nous envoyer un shoot de nostalgie.

Bill Pritchard - Three Months

Bill Pritchard – Three Months, Three Weeks and Two Days

Il faut écouter une heure pour écouter l’impeccable réédition de Three Months, Three Weeks and Two Days de Bill Pritchard. Et il faut, comme pour Pacific Street ou Pop Satori, une vie pour s’en remettre.

Vincent Delerm - Panorama

Vincent Delerm – Panorama

Sur Panorama, l’auteur de Kensington Square ou des Amants Parallèles fait encore mieux que d’habitude et nous emporte avec son art de la photographie du quotidien.

Marie-Flore - Braquage

Marie-Flore – Braquage

Marie-Flore raconte. Et son Braquage est une histoire. Celle d’un court-circuit. D’une sortie de route. Sans trace de freinage. Ou alors si peu. Braquage, c’est l’histoire d’un tir dans le noir. D’un amour. C’était un jour, un peu d’espoir. Une histoire brutale. L’amour qui frappe et qui fait mal. Celui en qui, cette fois, on…

Mark Lanegan Band - Somebody's Knocking

Mark Lanegan Band – Somebody’s Knocking

Toc toc toc, revoilà l’ex Screaming-Trees Mark Lanegan. Composé en onze jours à Los Angeles (ville adoptive de l’artiste depuis 22 ans), Somebody’s Knocking a le mérite de remettre les pendules à l’heure et séduira les fans historiques tout comme les fantatiques de Depeche Mode.

Big Thief - Two Hands

Big Thief – Two Hands

Le robinet est ouvert… Il faut donc savoir en profiter. En quatre ans, les Big Thief ont publié quatre albums qui ont le chic d’être différents les uns des autres et de fascinants. Cinq albums si on compte le disque solo d’Adrianne Lenker, chanteuse et plume du groupe.

Chevalrex - Amiral Pop

Chevalrex – Amiral Pop

Avant de clôturer l’année 2019 de fort belle manière le temps d’un concert au 104, Chevalrex revient avec un EP, Amiral Pop et continue de flotter au dessus des flots.

Jonathan FireEater’s -Tremble Under Boom Lights

Jonathan Fire*Eater ‎– Tremble Under Boom Lights

Third Man Records fait oeuvre d’utilité publique en rééditant Tremble Under Boom Lights des feux Jonathan Fire*Eater. Sans ces derniers, Paul Banks (Interpol) serait resté seul avec ses boutons d’acné et les Yeah Yeah Yeahs ne seraient pas sortis de leur local de répétition. Vénérés (et pillés) par les Strokes, les Jonathan Fire*Eater furent le…

Mark Koelek and Petra Haden - Joey Always Smiled

Mark Kozelek with Petra Haden – Joey Always Smiled

Cinq mois après la sortie du mitigé I Also Want To Die In New Orleans de Sun Kil Moon et cinq mois avant la sortie du très attendue Mark Kozelek with Ben Boye and Jim White 2, Mark Kozelek, on se voit dans l’obligation de coller cinq sur cinq à la nouvelle collaboration de l’ex…

Champs

Champs – The Hard Interchange

Comme la fratrie White des Electric Soft Parade, la fratrie Champion ne nous a jamais déçus. Depuis 2013, Michael et David Champion, écrivent des petits merveilles pop qui font de Champs une machine à tubes.

Ilgen-Nur - Power Nap

Ilgen-Nur – Power Nap

Originaire d’Hambourg, Ilgen-Nur a 21 ans et vient d’écrire 10 belles chansons qui devraient faire plaisir à tous nostalgiques des 90’s et les fervents défenseurs d’une idée du rock.

Liam Gallagher - Why Me Why Not

Liam Gallagher – Why Me ? Why Not

Après le succès (inattendu) de son premier disque solo (As You Were – 2017), Liam Gallagher remet le couvert, gonflé à bloc, avec Why Me ? Why Not.

Metronomy – Metronomy Forever

Joseph Mount a quitté Montmartre avec femme et enfants pour retourner s’installer en Angleterre, son pays natal, mais n’a pas changé de quête : écrire la chanson pop ultime.

L'épée -Diabolique

L’Épée – Diabolique

The Limiñanas font des disques formidables. Emmanuelle Seigner fait des disques formidables. Anton Newcombe fait des disques formidables. Diabolique de L’Épée est donc un disque formidable.

Blueboy – If Wishes Were Horses

Publié en 1992, If Wishes Were Horses des Blueboy était devenu un disque qui coûtait une blinde sur le marché de l’occasion. Il ressort aujourd’hui à un prix tout à fait abordable grâce au label australien A Colourful Storm.