Catégories
Chroniques d'albums

Primal Scream – Give out but don’t give up: the original Memphis recordings

Après avoir fricoté avec les Byrds et publié un premier chef-d’oeuvre (Screamadelica), les Primal Scream prirent tout le monde de cours en 1994 en voulant jouer dans la même catégorie que les Stones. Coup de bol (enfin pas que…), le groupe de Glasgow enregistra un grand disque, totalement incompris à son époque, qui ressort aujourd’hui dans une version inédite.

Dans les années 90, on suivait la santé financière de Creation Records comme on suivait les engueulades des frères Reid dans les années 80… Le label d’Alan McGee a en effet évité plusieurs fois la faillite grâce au succès de certains albums. Mais le futur mentor d’Oasis s’endetta plus d’une fois pour sortir un disque dont le retour sur investissement fut proche du néant. Avec Creation, les exemples sont légion.
Ainsi en 1997, McGee, alors les poches pleines grâce aux trois premiers albums d’Oasis, publia le premier album d’Arnold avec un budget promo plus que conséquent alors que le disque en question avait été enregistré sur un une piste… Oui, vous avez bien lu, En 1997, on pouvait recruter des attachés de presse, des photographes de renom pour un disque enregistré sur une seule pauvre petite piste.

Quatre ans plus tôt, le même type ne pouvait pas tout se permettre mais faisait comme ci. Et agissait ! Il y a vingt-cinq ans, Bobby Gillepsie était le roi du pétrole. Deux ans plus tôt, lui et son groupe avaient mis tout le monde dans le vent dont les Charlatans avec l’album Screamadelica. Trois millions de disques vendus, une presse à ses pieds et que décida l’ami Bobby ? De partir vivre son rêve américain. Refusant de faire un Screamadelica Bis, le groupe enregistra Give out but don’t give up qui sera un échec tant commercial que critique.

Primal Scream – Jailbird (The Original Memphis Recordings)

Et où est le rapport avec la santé financière du label ? La version officielle du disque est celle produite par George Drakoulias, alors auréolé du succès des deux premiers albums des Black Crowes. On se doute que ses services ne furent pas gratuits. Et quand on écoute Jailbird ou Call On Me, on comprend pourquoi McGee avait sorti son chéquier. Ce qu’on ne savait pas, c’est que Bobby et ses copains avaient enregistré une première version de ce disque avec Tom Down (ingénieur du son pour Eric Clapton, Lynyrd Skynyrd, Rod Stewart pour ne citer qu’eux) et avec Roger Hawkins et David Hood des Muscle Shoals. Oui, car à l’époque, on pouvait remiser les bandes comme ça. En 2018, n’importe quel groupe devrait prendre en otage la femme de son directeur artistique pour espérer mettre sous le paillasson le travail d’une semaine de studio. En 1993, on crée, on jette et surtout on sait jouer.

Primal Scream © Fabrice Buffart
Primal Scream @ TINALS 2017 © Fabrice Buffart

On découvre donc aujourd’hui une nouvelle mouture de ce grand disque (toujours défendu par Noel Gallagher dans ses interviews). Les membres du groupe redécouvrent aussi ces versions car c’est Andrew Innes qui est tombé par hasard sur la cassette de ces enregistrements en 2016 dans sa cave. « En réécoutant les chansons, ça m’a fait un choc. J’ai trouvé ça incroyable. On a été fous de refuser cette version. Alors on s’est dit qu’on allait enfin la sortir » a déclaré Gillepsie à l’AFP. Tu m’étonnes mon grand ! A mille lieues de Screamadelica, à des années lumières de la Brit Pop et jouant dans la même cour que les frères Robinson, nos Écossais préférés, mis en confiance par trois Yankees, ont enregistré le meilleur disque stonien des 90’s. Plus amples et plus souples que les versions de Drakoulias, les Memphis Recordings montrent un groupe heureux d’enregistrer (les photos faites dans le studio montrent un Bobby plus qu’heureux) et en pleine possession de ses moyens. Et le pire dans tout ça ? C’est qu’ils feront aussi bien en 2006 avec Riot City Blues.

Primal Scream - Give out but don't give up : the original Memphis recordings

Give out but don’t give up: the original Memphis recordings de Primal Scream est disponible chez Ignition/Sony.

Primal Scream - Give Out But Don't Give Up

Tracklist : Primal Scream - Give out but don't give up : the original Memphis recordings
  1. Jailbird
  2. Rocks
  3. Call on Me
  4. Everybody Needs Somebody
  5. Sad and Blue
  6. Big Jet Plane
  7. Free
  8. Jesus
  9. (I'm Gonna) Cry Myself Blind

Primal Scream – Give out but don’t give up: the original Memphis recordings4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Primal Scream @ Pitchfork 2019, 01.11.2019 , Paris

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.
Primal Scream © Fabrice Buffart

Primal Pitchfork !

C’est la fin du mois d’octobre, le début du mois de novembre… L’hiver n’est pas loin et le moral au plus bas. Une seule solution : le Pitchfork Music Festival Paris et sa programmation de folie.
Primal Scream © Fabrice Buffart

Maximum Primal Scream !

Comment aborder la rentrée 2019 avec le sourire ? En apprenant que Primal Scream revient à l’automne à Paris le temps d’une date lors du Pitchfork Festival.
Primal Scream - Maximum RockNRoll

Primal Scream – Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles

Après avoir publié le passionnant Give Out But Don’t Give Up (The Original Memphis Recordings) en 2018, Primal Scream (ou plutôt Sony) sort un double best-of dénué de tout intérêt. Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles, maximale arnaque.
Primal Scream © Fabrice Buffart

Crucial TINALS #2

Le TINALS 2018 est en approche du 1er au 3 juin avec comme toujours une programmation impressionnante sous le soleil gardois dans l’antre accueillante Paloma ! L’occasion de revenir sur l’énormissime édition 2017 avec les photos de Fabrice Buffart de la deuxième journée !
The Black Angels

Viscéral TINALS !

SK* sera présent pour la cinquième année au festival This is not a love song, l’un des premiers et des plus alléchants festival du début de l’été.
TINALS 2016 © Fabrice Buffart

The TINALS countdown !

Une grande partie de la programmation du meilleur festival de la ‘non chanson d’amour’ est connue. Le festival TINALS aura lieu du 9 au 11 juin et les derniers noms seront dévoilés ce mercredi à la conférence de presse à Paloma à Nîmes.

Plus dans Chroniques d'albums

Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée Jim James, de Bill Frisell, de Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.
The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.
Andy Bell

Andy Bell – The View From Halfway Down

Andy Bell s’offre son premier album solo pour ses 50 ans et nous fait un joli cadeau. The View From Halfway Down, enregistré avec Gem Archer (Oasis), est un disque aux allures modestes mais qui fait le travail comme les grands.
StrawberrySeas_LP_Cover

Strawberry Seas – Strawberry Seas

2020 est une l’année horrible par excellence. La Covid, les élections américaines, les inondations… Le meilleur moyen pour quitter la tête haute cette année infernale est le disque des Strawberry Seas.
idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.