Primal Scream – Give out but don’t give up: the original Memphis recordings

Primal Scream - Give Out But Don't Give Up
Louis - 13/10/2018

Après avoir fricoté avec les Byrds et publié un premier chef-d’oeuvre (Screamadelica), les Primal Scream prirent tout le monde de cours en 1994 en voulant jouer dans la même catégorie que les Stones. Coup de bol (enfin pas que…), le groupe de Glasgow enregistra un grand disque, totalement incompris à son époque, qui ressort aujourd’hui dans une version inédite.

Dans les années 90, on suivait la santé financière de Creation Records comme on suivait les engueulades des frères Reid dans les années 80… Le label d’Alan McGee a en effet évité plusieurs fois la faillite grâce au succès de certains albums. Mais le futur mentor d’Oasis s’endetta plus d’une fois pour sortir un disque dont le retour sur investissement fut proche du néant. Avec Creation, les exemples sont légion.
Ainsi en 1997, McGee, alors les poches pleines grâce aux trois premiers albums d’Oasis, publia le premier album d’Arnold avec un budget promo plus que conséquent alors que le disque en question avait été enregistré sur un une piste… Oui, vous avez bien lu, En 1997, on pouvait recruter des attachés de presse, des photographes de renom pour un disque enregistré sur une seule pauvre petite piste.

Quatre ans plus tôt, le même type ne pouvait pas tout se permettre mais faisait comme ci. Et agissait ! Il y a vingt-cinq ans, Bobby Gillepsie était le roi du pétrole. Deux ans plus tôt, lui et son groupe avaient mis tout le monde dans le vent dont les Charlatans avec l’album Screamadelica. Trois millions de disques vendus, une presse à ses pieds et que décida l’ami Bobby ? De partir vivre son rêve américain. Refusant de faire un Screamadelica Bis, le groupe enregistra Give out but don’t give up qui sera un échec tant commercial que critique.

Primal Scream – Jailbird (The Original Memphis Recordings)

Et où est le rapport avec la santé financière du label ? La version officielle du disque est celle produite par George Drakoulias, alors auréolé du succès des deux premiers albums des Black Crowes. On se doute que ses services ne furent pas gratuits. Et quand on écoute Jailbird ou Call On Me, on comprend pourquoi McGee avait sorti son chéquier. Ce qu’on ne savait pas, c’est que Bobby et ses copains avaient enregistré une première version de ce disque avec Tom Down (ingénieur du son pour Eric Clapton, Lynyrd Skynyrd, Rod Stewart pour ne citer qu’eux) et avec Roger Hawkins et David Hood des Muscle Shoals. Oui, car à l’époque, on pouvait remiser les bandes comme ça. En 2018, n’importe quel groupe devrait prendre en otage la femme de son directeur artistique pour espérer mettre sous le paillasson le travail d’une semaine de studio. En 1993, on crée, on jette et surtout on sait jouer.

Primal Scream © Fabrice Buffart
Primal Scream @ TINALS 2017 © Fabrice Buffart

On découvre donc aujourd’hui une nouvelle mouture de ce grand disque (toujours défendu par Noel Gallagher dans ses interviews). Les membres du groupe redécouvrent aussi ces versions car c’est Andrew Innes qui est tombé par hasard sur la cassette de ces enregistrements en 2016 dans sa cave. « En réécoutant les chansons, ça m’a fait un choc. J’ai trouvé ça incroyable. On a été fous de refuser cette version. Alors on s’est dit qu’on allait enfin la sortir » a déclaré Gillepsie à l’AFP. Tu m’étonnes mon grand ! A mille lieues de Screamadelica, à des années lumières de la Brit Pop et jouant dans la même cour que les frères Robinson, nos Écossais préférés, mis en confiance par trois Yankees, ont enregistré le meilleur disque stonien des 90’s. Plus amples et plus souples que les versions de Drakoulias, les Memphis Recordings montrent un groupe heureux d’enregistrer (les photos faites dans le studio montrent un Bobby plus qu’heureux) et en pleine possession de ses moyens. Et le pire dans tout ça ? C’est qu’ils feront aussi bien en 2006 avec Riot City Blues.

Primal Scream - Give out but don't give up : the original Memphis recordings

Give out but don’t give up: the original Memphis recordings de Primal Scream est disponible chez Ignition/Sony.

Primal Scream - Give Out But Don't Give Up

Tracklist : Primal Scream - Give out but don't give up : the original Memphis recordings
  1. Jailbird
  2. Rocks
  3. Call on Me
  4. Everybody Needs Somebody
  5. Sad and Blue
  6. Big Jet Plane
  7. Free
  8. Jesus
  9. (I'm Gonna) Cry Myself Blind

Primal Scream – Give out but don’t give up: the original Memphis recordings
4.0
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead…

the-replacements-dead-mans-pop

The Replacements – Dead Man’s Pop

Pour ceux qui n’ont pas les finances nécessaires pour s’offrir le coffret G Stands For Go-Betweens : Volume 2 – 1985 -1989 des Got-Betweens, une seule solution : acheter Dead Man’s Pop de The Replacements. La douloureuse est divisée par cinq (on passe grosso modo de 270 à 50 euros) et le bonheur est totalement…

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.

Josh Homme - Desert Session 11

Josh Homme – Desert Sessions Vol 11 & 12

En attendant un nouveau disque des Queens Of The Stone Age, Josh Homme a décidé de rempiler pour deux Desert Sessions qui, en plus d’être d’excellente facture, ont le chic de nous envoyer un shoot de nostalgie.

Bill Pritchard - Three Months

Bill Pritchard – Three Months, Three Weeks and Two Days

Il faut écouter une heure pour écouter l’impeccable réédition de Three Months, Three Weeks and Two Days de Bill Pritchard. Et il faut, comme pour Pacific Street ou Pop Satori, une vie pour s’en remettre.

Vincent Delerm - Panorama

Vincent Delerm – Panorama

Sur Panorama, l’auteur de Kensington Square ou des Amants Parallèles fait encore mieux que d’habitude et nous emporte avec son art de la photographie du quotidien.

Marie-Flore - Braquage

Marie-Flore – Braquage

Marie-Flore raconte. Et son Braquage est une histoire. Celle d’un court-circuit. D’une sortie de route. Sans trace de freinage. Ou alors si peu. Braquage, c’est l’histoire d’un tir dans le noir. D’un amour. C’était un jour, un peu d’espoir. Une histoire brutale. L’amour qui frappe et qui fait mal. Celui en qui, cette fois, on…

Mark Lanegan Band - Somebody's Knocking

Mark Lanegan Band – Somebody’s Knocking

Toc toc toc, revoilà l’ex Screaming-Trees Mark Lanegan. Composé en onze jours à Los Angeles (ville adoptive de l’artiste depuis 22 ans), Somebody’s Knocking a le mérite de remettre les pendules à l’heure et séduira les fans historiques tout comme les fantatiques de Depeche Mode.

Big Thief - Two Hands

Big Thief – Two Hands

Le robinet est ouvert… Il faut donc savoir en profiter. En quatre ans, les Big Thief ont publié quatre albums qui ont le chic d’être différents les uns des autres et de fascinants. Cinq albums si on compte le disque solo d’Adrianne Lenker, chanteuse et plume du groupe.

Chevalrex - Amiral Pop

Chevalrex – Amiral Pop

Avant de clôturer l’année 2019 de fort belle manière le temps d’un concert au 104, Chevalrex revient avec un EP, Amiral Pop et continue de flotter au dessus des flots.

Jonathan FireEater’s -Tremble Under Boom Lights

Jonathan Fire*Eater ‎– Tremble Under Boom Lights

Third Man Records fait oeuvre d’utilité publique en rééditant Tremble Under Boom Lights des feux Jonathan Fire*Eater. Sans ces derniers, Paul Banks (Interpol) serait resté seul avec ses boutons d’acné et les Yeah Yeah Yeahs ne seraient pas sortis de leur local de répétition. Vénérés (et pillés) par les Strokes, les Jonathan Fire*Eater furent le…

Mark Koelek and Petra Haden - Joey Always Smiled

Mark Kozelek with Petra Haden – Joey Always Smiled

Cinq mois après la sortie du mitigé I Also Want To Die In New Orleans de Sun Kil Moon et cinq mois avant la sortie du très attendue Mark Kozelek with Ben Boye and Jim White 2, Mark Kozelek, on se voit dans l’obligation de coller cinq sur cinq à la nouvelle collaboration de l’ex…

Champs

Champs – The Hard Interchange

Comme la fratrie White des Electric Soft Parade, la fratrie Champion ne nous a jamais déçus. Depuis 2013, Michael et David Champion, écrivent des petits merveilles pop qui font de Champs une machine à tubes.

Ilgen-Nur - Power Nap

Ilgen-Nur – Power Nap

Originaire d’Hambourg, Ilgen-Nur a 21 ans et vient d’écrire 10 belles chansons qui devraient faire plaisir à tous nostalgiques des 90’s et les fervents défenseurs d’une idée du rock.

Liam Gallagher - Why Me Why Not

Liam Gallagher – Why Me ? Why Not

Après le succès (inattendu) de son premier disque solo (As You Were – 2017), Liam Gallagher remet le couvert, gonflé à bloc, avec Why Me ? Why Not.

Metronomy – Metronomy Forever

Joseph Mount a quitté Montmartre avec femme et enfants pour retourner s’installer en Angleterre, son pays natal, mais n’a pas changé de quête : écrire la chanson pop ultime.

L'épée -Diabolique

L’Épée – Diabolique

The Limiñanas font des disques formidables. Emmanuelle Seigner fait des disques formidables. Anton Newcombe fait des disques formidables. Diabolique de L’Épée est donc un disque formidable.

Blueboy – If Wishes Were Horses

Publié en 1992, If Wishes Were Horses des Blueboy était devenu un disque qui coûtait une blinde sur le marché de l’occasion. Il ressort aujourd’hui à un prix tout à fait abordable grâce au label australien A Colourful Storm.