Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

On a beau écouter des centaines de nouveautés, rien n’atteint le sommet d’émotion de ces Homeless songs que l’on écoute, ému comme quand on a embrassé pour la première fois, fait l’amour pour la première fois. Il y a d’abord cette photo de Greta Garbo transfigurée par l’artiste contemporain Gregor Hildebrandt, un geste artistique fascinant, une image en noir et blanc anachronique dans un monde saturé de couleurs et ce flou tellement symbolique et signifiant. Et le disque commence avec les mots simples de l’ami Djian, Si tu veux (que je chante) sur une pluie de violons. Eicher a souffert dans sa chair d’un conflit avec sa maison de disque « à lui faire perdre la foi », à assécher son cœur. Et pourtant, il possède un cœur énorme, un cœur à défier l’industrie, à imposer des titres de 43 secondes à 6 minutes 10, des chansons où l’on n’est pas prisonnier d’un refrain, d’un format radio, où l’on chante en sabir Bernois guttural d’une beauté renversante (merci Martin Sutter), où l’on ose l’auto-tune (bon, ok le vocoder !) façon Lambchop. Difficile d’isoler un titre tant ce disque s’écoule de source avec sa simplicité, ses arrangements qui font la part belle aux instruments acoustiques, piano, violon, flûte, clarinette, cor, hautbois, banjo et tant d’autres. Prisonnière pourrait être un rondeau médiéval, c’est une ode à la vie, je n’attendrai pas un hymne au temps qui passe sans en faire un drame. Son Haïku – Papillons nous fait vibrionner le ventre avec son mantra « ou que tu ailles ou que tu sois ». Chaque titre est une cathédrale émotionnelle où chaque mot est pesé, prononcé avec délicatesse et humanité. Chacun y trouvera son sommet par rapport à ce qu’il vit. Pour nous, ce Toi et ce monde touche au sublime, Stephan, son banjo, les maux bleus de Djian, et une supplique avant de « disparaître sans bruit ». Et ces Homeless Songs ont définitivement trouvé un refuge, notre cœur, notre âme, nos entrailles.

Discographie

2018_04_19_eicher
2018_04_19_eicher
2018_04_19_eicher
2018_04_19_eicher
2018_04_19_eicher
2018_04_19_eicher
2018_04_19_eicher
2018_04_19_eicher
2018_04_19_eicher
2018_04_19_eicher

© Fabrice Buffart @ Musilac Mont-Blanc 2018

Stephan Eicher - Homeless Songs


Tracklist : Stephan Eicher - Homeless Songs
  1. Si tu veux (que je chante)
  2. Homeless song
  3. Prisonnière
  4. Niene dehei
  5. Je n'attendrai pas
  6. Monsieur - je ne sais pas trop
  7. Broken
  8. Gang nid eso
  9. Haiku - papillons
  10. Né un ver
  11. Toi et ce monde
  12. Still
  13. La fête est finie
  14. Wie einem der gewissheit hat

Stephan Eicher – Homeless songs
10/10
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Vous avez aimé ? Partagez :
2 réponses sur « Stephan Eicher – Homeless songs »

Déjà « l’envolée » était magnifique alors que je n’en attendais rien non plus. Là, j’étais attentif à ce qu’il pourrait faire après des associations avec une fanfare moins convaincante…

Merci pour ce billet . Un nouvel album d’un Stéphan Eicher libéré des contraintes commerciales imposées par son ancienne maison de disques et qui aborde ici avec liberté, inventivité et force de création des chansons fort bien ciselées . Pour avoir entendu en radio « Monsieur – je ne sais pas trop » c’est un bonheur à ouïr ! http://magicienox.blogspot.com/

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Stephan Eicher © Jeremiah

Un peu de votre attention !

On n’a pas d’ami comme lui. Et on ne peut dire non aux amis. Avec Ne Me Dites Pas Non, Stephan Eicher fête allègrement nos retrouvailles avec un titre simple, joyeux, plein d’entrain, un chasse spleen pétillant qui nous fait réécouter ses Homeless songs et lire ces quelques mots.
Stephan Eicher - Si tu veux (Que je chante)

Vidéo : Stephan Eicher – Si tu veux (Que je chante)

Alors évidemment c’est très subjectif. Comparaison n’est pas raison comme le dit si bien la philosophe Sophie Marceau. Mais on va oser, on préfère le sincère Eicher au religieux claudiquant et grave Cave. Les SDF acoustiques aux clochards certes célestes en-nappés de synthé.

Homeless songs aux petits oignons

C’est une chanson bleue que propose le barde suisse Stephan Eicher. Si tu veux (Que je chante) est une ode à la simplicité écrite par le fidèle ami Djian, une Love song en creux, un aveu intime extrait de son nouveau disque, Homeless Songs sorti le 20 septembre.
Eicher_peu d'amour

Cher Eicher

Six ans après L’envolée, des concerts magiques avec des machines et récemment à Musilac Mont Blanc avec le Traktorkestar pour une vraie fête populaire, notre helvète préféré revient avec un titre inédit, ce peu d’amour qui figurera sur un disque en octobre revisitant les titres marquants de son répertoire.

Plus dans Chroniques d'albums

Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour…
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.
The Killers - Pressure Machine

The Killers – Pressure Machine

Entouré par Springsteen et par John Steinbeck, Brandon Flowers poursuit sa quête de la chanson parfaite et nous emmène dans les terres de son enfance.
Vikken

Vikken – Joie

Vikken et sa Joie ont tous deux le sens de la débâcle. Un côté Charlie Chaplin de la folle déprime, face à une grosse machinerie bête et informe, qui fixe, qui normalise, qui nécessairement finit par s’emballer, et qui ne s’arrête plus, et qui envoie valser en l’air à grands coups de beats électro tout…
Francis Lung - Miracle

Francis Lung – Miracle

L’ex-membre de WU LYF a bien fait de nommer son nouveau disque Miracle. Les 13 (tiens tiens, ce nombre..) chansons font de nouveau croire en lui.