Stephan Eicher – Homeless songs

Stephan Eicher - Homeless songs
Guimauve - 11/11/2019

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

On a beau écouter des centaines de nouveautés, rien n’atteint le sommet d’émotion de ces Homeless songs que l’on écoute, ému comme quand on a embrassé pour la première fois, fait l’amour pour la première fois. Il y a d’abord cette photo de Greta Garbo transfigurée par l’artiste contemporain Gregor Hildebrandt, un geste artistique fascinant, une image en noir et blanc anachronique dans un monde saturé de couleurs et ce flou tellement symbolique et signifiant. Et le disque commence avec les mots simples de l’ami Djian, Si tu veux (que je chante) sur une pluie de violons. Eicher a souffert dans sa chair d’un conflit avec sa maison de disque « à lui faire perdre la foi », à assécher son cœur. Et pourtant, il possède un cœur énorme, un cœur à défier l’industrie, à imposer des titres de 43 secondes à 6 minutes 10, des chansons où l’on n’est pas prisonnier d’un refrain, d’un format radio, où l’on chante en sabir Bernois guttural d’une beauté renversante (merci Martin Sutter), où l’on ose l’auto-tune (bon, ok le vocoder !) façon Lambchop. Difficile d’isoler un titre tant ce disque s’écoule de source avec sa simplicité, ses arrangements qui font la part belle aux instruments acoustiques, piano, violon, flûte, clarinette, cor, hautbois, banjo et tant d’autres. Prisonnière pourrait être un rondeau médiéval, c’est une ode à la vie, je n’attendrai pas un hymne au temps qui passe sans en faire un drame. Son Haïku – Papillons nous fait vibrionner le ventre avec son mantra « ou que tu ailles ou que tu sois ». Chaque titre est une cathédrale émotionnelle où chaque mot est pesé, prononcé avec délicatesse et humanité. Chacun y trouvera son sommet par rapport à ce qu’il vit. Pour nous, ce Toi et ce monde touche au sublime, Stephan, son banjo, les maux bleus de Djian, et une supplique avant de « disparaître sans bruit ». Et ces Homeless Songs ont définitivement trouvé un refuge, notre cœur, notre âme, nos entrailles.

2018_04_19_eicher
2018_04_19_eicher
2018_04_19_eicher
2018_04_19_eicher
2018_04_19_eicher
2018_04_19_eicher
2018_04_19_eicher
2018_04_19_eicher
2018_04_19_eicher
2018_04_19_eicher

© Fabrice Buffart @ Musilac Mont-Blanc 2018

Stephan Eicher - Homeless Songs

Stephan Eicher - Homeless Songs


Tracklist : Stephan Eicher - Homeless Songs
  1. Si tu veux (que je chante)
  2. Homeless song
  3. Prisonnière
  4. Niene dehei
  5. Je n'attendrai pas
  6. Monsieur - je ne sais pas trop
  7. Broken
  8. Gang nid eso
  9. Haiku - papillons
  10. Né un ver
  11. Toi et ce monde
  12. Still
  13. La fête est finie
  14. Wie einem der gewissheit hat

Stephan Eicher – Homeless songs
5.0
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Réponses
  1. Déjà « l’envolée » était magnifique alors que je n’en attendais rien non plus. Là, j’étais attentif à ce qu’il pourrait faire après des associations avec une fanfare moins convaincante…

  2. Merci pour ce billet . Un nouvel album d’un Stéphan Eicher libéré des contraintes commerciales imposées par son ancienne maison de disques et qui aborde ici avec liberté, inventivité et force de création des chansons fort bien ciselées . Pour avoir entendu en radio « Monsieur – je ne sais pas trop » c’est un bonheur à ouïr ! http://magicienox.blogspot.com/

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Andy Shauf - Neon Sklyline

Andy Shauf – The Neon Skyline

En mai 2016, Andy Shauf avait tué toute la concurrence en publiant The Party. Il recommence en janvier 2020 avec The Neon Skyline.

Isobel Campbell- There Is No Other

Isobel Campbell – There Is No Other

Pour un retour inespéré, c’est un retour inespéré. L’ex Belle and Sebastian n’avait pas donné de nouvelles depuis dix ans. Elle est de retour avec There Is No Other, un disque impeccable.

East Village - Hotrod Hotel (2)

East Village – Hotrod Hotel

Michael Schulman, le patron de Slumberland Records (Tony Molina, Pete Astor, Veronica Falls pour ne citer qu’eux) se fait plaisir en rééditant Hotrod Hotel.

Bill Fay - Countless Branches

Bill Fay ‎– Countless Branches

Adulé par les membres de Wilco et de War On Drugs, vénéré par Jim O’Rourke et Ed Harcourt, Bill Fay est définitivement sorti de sa retraite à l’âge de 76 ans avec la sortie de Countless Branches.

Alma Forrer - L'année du loup

Alma Forrer – L’année du loup

« J’ai envie de toi » chante Alma Forrer dans N’être que l’hiver qui ouvre son premier album L’année du loup et à son écoute nous avons aussi terriblement envie d’elle, de ses chansons entre folk américain et variété française au sens le plus noble.

Field Music - Making A New World

Field Music – Making A New World

Si Oasis et Radiohead n’avaient pas existé…. Si les Foals et les Coral n’avaient pas existé… Les Field Music seraient sûrement le groupe anglais le plus influent et le plus médiatisé de ces quinze dernières années.

The Electric Soft Parade - Stages

The Electric Soft Parade – Stages

Retour inattendu (et inespéré) des frères White ! Les Electric Soft Parade ouvrent le bal des sorties de 2020 et mettent d’emblée la barre très haute.

Jim Sullivan - If The Evening Were Dawn

Jim Sullivan – If The Evening Were Dawn

Le label Light In The Attic Records fait oeuvre de salubrité publique en rééditant de fort belle manière les deux disques de feu Jim Sullivan et en publiant If The Evening Were Dawn, un disque qui 10 chansons acoustiques jamais sorties.

Les Wampas - Sauvre Le Monde

Les Wampas – Sauvre Le Monde

Bonne nouvelle ! Les Wampas ne font plus la gueule et sont toujours chauds, sales et humides. Avec ce treizième album, Didier Wampas signe un excellent cru.

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead…

the-replacements-dead-mans-pop

The Replacements – Dead Man’s Pop

Pour ceux qui n’ont pas les finances nécessaires pour s’offrir le coffret G Stands For Go-Betweens : Volume 2 – 1985 -1989 des Got-Betweens, une seule solution : acheter Dead Man’s Pop de The Replacements. La douloureuse est divisée par cinq (on passe grosso modo de 270 à 50 euros) et le bonheur est totalement…

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.

Josh Homme - Desert Session 11

Josh Homme – Desert Sessions Vol 11 & 12

En attendant un nouveau disque des Queens Of The Stone Age, Josh Homme a décidé de rempiler pour deux Desert Sessions qui, en plus d’être d’excellente facture, ont le chic de nous envoyer un shoot de nostalgie.

Bill Pritchard - Three Months

Bill Pritchard – Three Months, Three Weeks and Two Days

Il faut écouter une heure pour écouter l’impeccable réédition de Three Months, Three Weeks and Two Days de Bill Pritchard. Et il faut, comme pour Pacific Street ou Pop Satori, une vie pour s’en remettre.

Vincent Delerm - Panorama

Vincent Delerm – Panorama

Sur Panorama, l’auteur de Kensington Square ou des Amants Parallèles fait encore mieux que d’habitude et nous emporte avec son art de la photographie du quotidien.

Marie-Flore - Braquage

Marie-Flore – Braquage

Marie-Flore raconte. Et son Braquage est une histoire. Celle d’un court-circuit. D’une sortie de route. Sans trace de freinage. Ou alors si peu. Braquage, c’est l’histoire d’un tir dans le noir. D’un amour. C’était un jour, un peu d’espoir. Une histoire brutale. L’amour qui frappe et qui fait mal. Celui en qui, cette fois, on…

Mark Lanegan Band - Somebody's Knocking

Mark Lanegan Band – Somebody’s Knocking

Toc toc toc, revoilà l’ex Screaming-Trees Mark Lanegan. Composé en onze jours à Los Angeles (ville adoptive de l’artiste depuis 22 ans), Somebody’s Knocking a le mérite de remettre les pendules à l’heure et séduira les fans historiques tout comme les fantatiques de Depeche Mode.

Big Thief - Two Hands

Big Thief – Two Hands

Le robinet est ouvert… Il faut donc savoir en profiter. En quatre ans, les Big Thief ont publié quatre albums qui ont le chic d’être différents les uns des autres et de fascinants. Cinq albums si on compte le disque solo d’Adrianne Lenker, chanteuse et plume du groupe.