Catégories
Interviews

5 questions à … Octave Noire

© Fabien Tijou

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour d’Octave Noire qui de retour de Los Angeles s’apprête à sortir une nouvelle galette, non un monolithe pop le 14 février 2020 chez Yotanka et PIAS. Sur une électronique tranquille, Octave Noire nous ouvre les portes d’un nouveau monde pop où les machines s’humanisent pour mieux orner des paroles merveilleusement magnétiques.

Octave Noire en cinq questions

Ton souvenir de concert ?

J’ai bien sûr en mémoire chaque concert, mais il y a un pour lequel j’ai une affection particulière.
C’est notre concert au Paleo festival en Suisse.
Nous jouions sous un grand chapiteau, et il pleuvait vraiment beaucoup, du coup, c’était archi plein du public venu nous voir, mais aussi de gens venus se réfugier au sec. Sacs poubelle aux pieds, sacs poubelle sur la tête. C’était assez marrant. Il y avait une drôle d’ambiance. On entendait la pluie battre les bâches comme des voiles, les cordages claquer dans le vent, c’était comme un bateau à l’envers, et nous à la barre.

Ta rencontre en tournée ?

Nous avions joué dans le cadre du festival ODP à Talence à côté de Bordeaux, grosse scène dans le parc d’un château. Nous finissons notre concert, je sors de scène et là quelqu’un me tape sur l’épaule, c’est Catherine Ringer qui jouait juste après, et qui me chante doucement « 100 millions d’années, bravo, j’ai écouté… ». Joie dans moi.
Le soir à la cantine, elle est venue discuter avec nous. Jolie rencontre.

Ton anecdote dans le van ?

C’était le bénévole qui nous conduisait d’un endroit à un autre aux Franco folies de Montréal. Un jeune homme plus tout jeune, à la gouaille unique. Le temps de notre trajet, il nous a fait l’inventaire des toutes les expressions très imagées typiquement québécoises, à ne dire que dans l’intimité d’un van. C’était parfait.

Ton nouvel album Monolithe en quelques mots ?

Monolithe, je l’ai voulu puissant, plus encré dans notre époque, qu’il parle autant à la tête qu’aux jambes mais aussi aux tripes. J’ai voulu inviter d’autres artistes, et j’ai eu la chance que tous acceptent.
Dominique A, Arm, et Mesparrow m’ont fait ce grand plaisir.
C’est un dialogue entre influences 70’s avec des synthés à la Christophe et des sonorités tirées de boites à rythme très en vogue aujourd’hui (TR-808). Il parle à travers ses 10 chansons (dont un rap), de la place de l’homme dans ce monde, de ses révoltes, de ses rêves. C’est la même chose en fait.

Ton prochain rêve ?

Faire une tournée aux USA. Le plan cliché du tourbus qui traverse l’ouest américain. Faire un stop à Tucson Arizona où nous avons tourné le clip de Los Angeles, y faire un concert pour remercier tous ceux qui y ont participé, et repartir jouer à la Nouvelle Orléans après avoir fait un basket et mangé des ribbs.
Et puis un troisième album !

Octave Noire – Los Angeles

En écoute avec Octave Noire

  1. Charlotte GainsbourgDeadly Valentine
    J’aime beaucoup Sebastian, le réalisateur de cet album. Puissance et finesse. L’amour du son. Imparable.
    J’ai beaucoup écouté cet album en travaillant sur mon prochain live.
  2. ParcelsOvernight
    Le groove tranquille de Parcels. J’écoute souvent cet album en voiture.
    Ça fait bouger le corps sans même s’en rendre compte, et ça évite les crampes du coup. Production parfaite.
  3. Duran DuranSave a prayer
    Mes premières amours. Au lycée, il y avait ceux qui avaient écrit The Cure sur leur sac au marqueur, et ceux qui avaient Duran Duran. J’étais de ceux là. Les débuts des synthés dans la pop. L’intro de ce titre me touche beaucoup, surtout la version live. Je ne sais pas pourquoi.
  4. Super ColliderMessagecomin
    J’adore ce side projet de Jamie Lidle, plus connu pour ses albums de crooner que pour cette electro torturée, aux basses improbables et traitements fous. De la veine des Aphex Twin et Squarepusher.
  5. Armando TrovaioliCoco (From « Homo eroticus »)
    C’est frais. Insouciance. Musique de film. L’amour des arrangements, des cordes soyeuses. Ça chante.
  6. Dépêche ModeFly on the windscreen
    L’album Black Celebration en entier en fait. Génial. Sans concessions, mélodies superbes, production en avance sur son temps. L’arrivée des samplers. On sent qu’ils se sont jetés là dedans comme des gosses.
  7. Jacques HigelinEncore une journée de foutue
    Ma madeleine. Quand j’écoute ça, j’ai 10 ans, et je profite.
  8. Sebastien TellierL’amour et la violence
    Simple, classe, beau, touchant, lumineux. What else ?
  9. Jon HopkinsOpen Eye Signal
    De très belles matières sonores, des sons parfois rugueux, parfois cristallins. On voyage.
  10. GenesisTonight, tonight, tonight
    Cet album, Invisible touch a quelque chose de spécial. Il y a des tentatives un peu expérimentales, de longues plages musicales, des sons samplés (encore), des synthés agressifs, du rock, et des tubes. Phil Collins était batteur, et ça s’entend…

Octave Noire sortira Monolithe son deuxième album le 14 février 2020 (Yotanka – PIAS), accompagné d’une nouvelle tournée Française qui fera escale à Paris le 25 Mars 2020 au Café de la danse.

Octave Noire - Monolithe

OCTAVE_NOIRE_MONOLITHE_DIGITAL_FEED_1800x1800.1.1

Tracklist : Octave Noire - Monolithe
  1. Los Angeles
  2. Le soleil et les hommes
  3. J’ai choisi (avec Dominique A)
  4. Sous blister
  5. Retiens cette image
  6. L’Avalanche
  7. Monolithe Humain (avec Arm (2))
  8. Parce que je suis (avec Mesparrow)

Les prochains concerts de Octave Noire en France
DateSalleVilleTickets
10 Sep 2020Cafe de la DanseParisAcheter un Ticket
01 Oct 2020UBURennesAcheter un Ticket
23 Oct 2020Le ChabadaAngersAcheter un Ticket
Dates de concerts fournies par Bandsintown
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Ocatvio Noire - photocall

Lost in Tokyo

Pas de festival de Cannes cette année mais Octave Noire nous fait danser avec son photocall mélancolique.
Octave Noire

Supernature par la fenêtre

En 1977 sortait le Supernature de Cerrone qui transformait le bloc opératoire en dancefloor et était visionnaire dans sa thématique à la Frankenstein. En 2020 Octave Noire rêve aussi d’Un nouveau monde où il aurait pu jouer ce soir au Café De la Danse. Mais ça, c’était avant.
Octave Noire - Los Angeles

Vidéo : Octave Noire – Los Angeles

Néon nous avait ébloui. Octave Noire récidive avec Monolithe, une pierre philosophale dans la nouvelle pop à la française le 14 février 2020. Mais avant, on file à Los Angeles.
Octave Noire

Les paradis blancs d’Octave Noire

Octave Noire devrait être l’octave en noir majeur du début de l’année prochaine. En effet, le label Yotanka s’apprête à propulser un disque qui n’a nul autre son pareil dans la collection de disques des gens raisonnables.
Octave Noire - Un Nouveau Monde

Le nouveau monde d’Octave Noire

« La vitesse […] réduit le monde à rien. Pourquoi ne pas envisager un ministère du temps et du tempo, pourquoi ne pas réfléchir à une pensée politique de la vitesse qui, à l’instar de la musicologie, composerait des rythmes pour former une mélodie ? » s’interroge le philosophe Paul Virilio, fasciné par l’accélération du monde.

Plus dans Interviews

Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…
December-Square

Back To December Square

Deux ans après sa création, la maison de musique December Square peut s’enorgueillir d’avoir fait un sans-faute. Possédant désormais un catalogue d’une dizaine d’artistes, DS a eu le chic de prendre des risques en publiant des disques que personne d’autre n’aurait publié. Car l’addition des chansons de Matthew Edwards et du piano d’Emmmanuel Tellier donnent…
BEBLY © Nicolas Demare

5 questions à … BEBLY

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de BEBLY qui longe les murs et déboule dans nos vies avec un nouvel EP, ULDO. Et cela fait du bien d’entendre…

This is The End…

Pierre Lemarchand quitte les années 90 et les studios français pour partir à la recherche de Nico et des années 70. Tel un Pierre Lemaitre, Lemarchand mène son enquête sur l’album The End… de la chanteuse du Velvet Underground et éclaire de sa plume ses chansons.