Articles sur Theo Lawrence & The Hearts

Bang Bang, Theo Lawrence shot me down

L’année 2018 fut une année formidable pour Theo Lawrence and The Hearts. Porté par le rock suave et élégant de Homemade Limonade, le public a bu comme du petit lait les paroles de ce garçon passionnant. SK* a passé l’année à le suivre. Il était donc logique de le rencontrer pour sa dernière date de…

Vidéo : Theo Lawrence & The Hearts – My Prophecy

On ignore si Theo Lawrence & The Hearts avait prédit d’ouvrir pour Chris Isaak ce jeudi 2 novembre à l’Olympia, ce qui est sûr c’est que SK* prédit à ce groupe sympathique un avenir royal, Théo trônant déjà dans ce My Prophecy.

Vidéo : Theo Lawrence & The Hearts – Made To Last

Dire que l’on attend avec impatience le premier album de Theo Lawrence & The Hearts est un euphémisme. Pour nous faire patienter, voici le clip de Made To Last et ce qui est sur c’est que Théo et son gang vont durer.

Théo a du coeur

Theo Lawrence & The Hearts viennent de sortir un premier EP, Sticky Icky, cinq titres aux influences américaines revendiquées mais surtout digérées qui en font un des espoirs les plus talentueux de 2017.

5 questions à … Theo Lawrence & The Hearts

SK* a demandé à une vingtaine d’artistes et plus, appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples et de faire part de leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Les troisièmes à se prêter au jeu sont Theo Lawrence & The Hearts dont la soul mâtinée de blues fait du…

Theo Lawrence a le coeur sur la main

A Rock en Seine, vendredi en début d’après-midi, le public a pu faire la découverte de la voix grave et profonde de Théo Lawrence (& The Hearts). SK* a eu l’occasion de rencontrer ce Franco-Canadien de 21 ans, et d’en savoir un peu plus sur le jeune prodige.

Sous le soleil de Saint-Cloud : Rock en Seine 2016, le récap’

Cette treizième édition du fameux festival Rock en Seine se sera déroulée sous une chaleur caniculaire, loin des glissades dans la boue et des bottes de pluie qu’on a pu connaître certaines années. Comme d’habitude la programmation très éclectique a permis de drainer un public qui l’était tout autant.