Peaches – I Feel Cream

Après Impeach my Bush en 2006, Peaches nous refait le coup de l’électro burnée dont elle est devenue la reine.

La plus queer des chanteuses adulées des lesbiennes, qui a ouvert la voix à Beth Ditto et qui montre à toutes les nouvelles divas du jazz et de la soul ce que c’est que d’en avoir, ne laisse pas le sexe à l’état de métaphore et avec I Feel Cream, elle ne faillit pas à sa réputation. Il suffit de laisser trainer une oreille sur les paroles pour s’en convaincre (Fuck you like a billionaire et le titre de l’album aux connotations largement sexuelles, entre autre). On ne sait si la dame prend de l’âge, mais le tout est moins agressif, avec même une dose de douceur dans les coins (Lose you) ; ce qui rend l’écoute de ce dernier album plus aisée que celle de ses précédents opus. Sans pour autant tomber dans les travers de la facilité, ni jouer avec les ficelles de l’air du temps.

Peaches – Serpentine

Discographie

A n’en pas douter, le regain d’intérêt pour les synthés vintage ne fera que servir la cause de la canadienne. Sauf qu’ici, c’est toute l’électro de ces trente dernières années qui y passe : depuis un Take you On aux boucles franchement techno ou un Lose you aux synthés et au chant aériens, en passant par un I Feel Cream house jusqu’à un Talk to Me taillé pour le dancefloor.
Ce qui n’empêche pas Peaches de refaire des incursions réussies du coté du Hip-Hop avec Billionaire ou Mommy Complex et on imagine très bien 50 cent sampler Mud sur son prochain album. Il y en a même pour les plus rockers d’entre nous avec Show Stopper et sa batterie efficace.

Quoi qu’il en soit Peaches a un don indiscutable pour faire onduler du bassin. Il n’y a qu’à écouter Serpentine, premier morceau de l’album, pour réaliser immédiatement qu’I Feel Cream va devenir la bande son de nos folles nuits de débauches.

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
2 réponses sur « Peaches – I Feel Cream »

« I Feel Cream va devenir la bande son de nos folles nuits de débauches », sauf pour ceux qui connaissent déjà l’album depuis un an :)

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

clip : Peaches – Relax

Réalisé par Peaches elle même, voici le clip de « Relax » assez étrange, enfin c’est du Peaches…
Peaches @ Bataclan, Paris | 11-12-2009

Peaches déshabille le Bataclan

Peaches a chauffé à blanc le Bataclan pour mieux déshabiller les chanceux présents ce soir pour un concert qui restera dans les mémoires de ces derniers.
Route du rock 2009

La route du Rock 2009 : hissez haut !

Les grandes Marées sont pour bientôt mais le WE du 15 aout traditionnellement ce n’est pas la mer qui prend l’homme mais le rock qui prend la route.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.