Chronique cd : Peaches - I Feel Cream

Après Impeach my Bush en 2006, Peaches nous refait le coup de l’électro burnée dont elle est devenue la reine.

Peaches

La plus queer des chanteuses adulées des lesbiennes, qui a ouvert la voix à Beth Ditto et qui montre à toutes les nouvelles divas du jazz et de la soul ce que c’est que d’en avoir, ne laisse pas le sexe à l’état de métaphore et avec I Feel Cream, elle ne faillit pas à sa réputation. Il suffit de laisser trainer une oreille sur les paroles pour s’en convaincre (Fuck you like a billionaire et le titre de l’album aux connotations largement sexuelles, entre autre). On ne sait si la dame prend de l’âge, mais le tout est moins agressif, avec même une dose de douceur dans les coins (Lose you) ; ce qui rend l’écoute de ce dernier album plus aisée que celle de ses précédents opus. Sans pour autant tomber dans les travers de la facilité, ni jouer avec les ficelles de l’air du temps.

A n’en pas douter, le regain d’intérêt pour les synthés vintage ne fera que servir la cause de la canadienne. Sauf qu’ici, c’est toute l’électro de ces trente dernières années qui y passe : depuis un Take you On aux boucles franchement techno ou un Lose you aux synthés et au chant aériens, en passant par un I Feel Cream house jusqu’à un Talk to Me taillé pour le dancefloor.
Ce qui n’empêche pas Peaches de refaire des incursions réussies du coté du Hip-Hop avec Billionaire ou Mommy Complex et on imagine très bien 50 cent sampler Mud sur son prochain album. Il y en a même pour les plus rockers d’entre nous avec Show Stopper et sa batterie efficace.

Quoi qu’il en soit Peaches a un don indiscutable pour faire onduler du bassin. Il n’y a qu’à écouter Serpentine, premier morceau de l’album, pour réaliser immédiatement qu’I Feel Cream va devenir la bande son de nos folles nuits de débauches.

Peaches – « Serpentine »

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
Partager cet article
2 réponses sur « Peaches – I Feel Cream »

« I Feel Cream va devenir la bande son de nos folles nuits de débauches », sauf pour ceux qui connaissent déjà l’album depuis un an :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

clip : Peaches – Relax

Peaches @ Bataclan, Paris | 11 décembre 2009 Réalisé par Peaches elle même, voici le clip de « Relax » assez étrange, enfin c’est du Peaches…
Photos concert : Peaches @ Bataclan, Paris | 11 décembre 2009

Peaches déshabille le Bataclan

Peaches a chauffé à blanc le Bataclan pour mieux déshabiller les chanceux présents ce soir pour un concert qui restera dans les mémoires de ces derniers.
Route du rock 2009

La route du Rock 2009 : hissez haut !

Les grandes Marées sont pour bientôt mais le WE du 15 aout traditionnellement ce n’est pas la mer qui prend l’homme mais le rock qui prend la route.

Plus dans Chroniques d'albums

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…