Les grandes Marées sont pour bientôt mais le WE du 15 aout traditionnellement ce n’est pas la mer qui prend l’homme mais le rock qui prend la route.

Cette 19eme édition de ce festival pas comme les autres voit encore débarquer sur la plage de St Malo le gratin des corsaires du rock indépendant. Enfin un festival qui hisse le pavillon noir d’une musique à la différence affichée où vous n’entendrez pas les écumeurs des autres scènes de l’été comme Camille, Bénabar, Olivia Ruiz, Charlie Winston ou autre Cocoon. Certains crieront à l’élitisme mais ne faut-il pas mieux prendre de la hauteur juché sur le hunier des exigences plutôt que de se compromettre comme beaucoup de festivals en attirant la masse moutonnante du grand public ? Le ton est d’ailleurs donné avec l’affiche et son drapeau en forme d’antique cassette mais constitué de CD, le passé se mélange au présent, My Bloody Valentine et leur mythique Loveless à Grizzly Bear. Qui prendra cette année à l’abordage le Fort de St Père ? Point de Jack Sparrow putassier et racoleur mais des Walter Raleigh ou des Francis Drake qui traversent le Channel pour célébrer Surcouf dans une canonnade musicale l’indie way of life.

Ainsi, croiseront le fer le vendredi 14 août le Rock fievreux de Snowman en remplacement des défaillants The Horrors, les bruitistes supersoniques de A place to bury strangers, les tortueux et torturés Tortoise et leur post rock instrumental, les pyché chasseurs de sons Deerhunter, le rock pernicieux et contagieux des Crystal Slits, mais aussi au palais Sony Erikson, la troublante et sophistiquée Marissa Nadler ou le retour de Mark Koselek (Red House Painter, Sun kill Moon) en flibustier solitaire sans oublier les bonnes vibrations telluriques du Delano Orchestra qui poursuit sa tournée des plages après St Tropez et Paris (!) pour présenter leur label clermontois Kutü Folk Records, nom qui selon leur humeur vient d’un instrument de musique qui se joue avec la barbe ou peut être d’une onomatopée traduisant la senteur des pancakes un matin d’été ou encore du petit du koala mais plus sûrement d’un inquisiteur du XIIème siècle, Edgard L. Kütu, resté dans l’histoire pour avoir chassé des sorcières à la fourche…

Le samedi 15 août sera tout aussi éclectique et pointu avec les Bonnie & Clyde du XXIème siècle, The Kills, la torride prêtresse du sex’electro, Peaches, le patchworkiste musical Four Tet mais encore les lumineuses fulgurances des écossais de Camera Obscura, St Vincent qui a souqué ferme pour Sufjan Stevens et The Polyphonic Spree qui sera sûrement canonisée par les amateurs de comptines pop, le californien onirique et orgastique Papercuts, les fougueux incendiaires de Forest Fire, les expérimentations ondoyantes de The Present.

Enfin, le dimanche 16 août fera la part belle aux marins en solitaire, Dominique A de retour avec ses machines, Andrew Bird et ses balades exubérantes et sifflotantes, Bill Callahan, aigle royal au ramage solennel mais aussi aux ours à la pop ouvragée de Grizzly Bear, aux rois du dance floor avec Simian Disco Mobile ou encore les sauvages technoïdes d’AutoKratz, la pop synthétique et cérébrale de Télépathe et enfin le surdoué frenchy syncrétique That Summer ou les mélodies en apesanteur de Gang Gang Dance.

Donc ce n’est pas cette année que Yodelice ou Izia prendront d’assaut le fort de Saint-Père et doubleront les feux de St Malo !

Date : 14,15,16 août 2009
Lieu : La route du Rock, Saint-Malo
Web : laroutedurock.com