Catégories
Chroniques d'albums

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.

En 2018, les Fontaines D.C. étaient le secret chaud bouillant du circuit. Toute personne qui avait vu ces Irlandais en concert en parlait avec des yeux écarlates et la bave aux lèvres. Avec ce nouvel album, les paupières sont lourdes et la bave aux lèvres est la conséquence d’un sommeil profond. Grian Chatten a beau porter un t-shirt des Pogues, les Fontaines D.C. ont beau se faire prendre en photo par Richard Dumas, le compte n’y est pas. A Hero’s Death ennuie et agace. On a en face de nous un groupe de troisième division qui joue en Champion’s League. En 1999 ou en 2005, ce groupe aurait joué à 14H00 sur la plus petite scène des grands festivals européens. Aujourd’hui, il est tête d’affiche.
Le souci majeur pour ce groupe est l’absence de concerts. Sur ce disque, la comparaison avec ses aînés le disqualifie. Sur scène, il est forcément absent.
Adieu les Fontaines D.C. ?

Fontaines D.C. – I Don’t Belong

You shoulda heard me in the lounger
Telling people what they was
Spitting out all types of sugar
Just dying for a cause
Cause – cause –

A smiler slithered to my corner
On a face so true
My word is always in the ready
And I’ll attribute that to you

I don’t belong to anyone
I don’t belong to anyone
I don’t belong to anyone
I don’t wanna belong to anyone

You shoulda heard him in the bowery
Learning people with a tongue
Cut from second-hand cloth
– make the women feel young

I heard him serving as a soldier
In the annexe of the earth
Threw himself before a bullet
And threw the metal to the dirt –
Hear the man’s word

I don’t belong to anyone
I don’t belong to anyone
I don’t belong to anyone
I don’t wanna belong to anyone

I don’t belong to anyone
I don’t belong to anyone
I don’t belong to anyone
I don’t wanna belong to anyone

I don’t belong to anyone
I don’t belong to anyone
I don’t belong to anyone
I don’t wanna belong to anyone

Fontaines D.C. - A Hero's Death

A Hero’s Death des Fontaines D.C. est disponible chez Partisan Records.

Fontaines D.C.

Tracklist : Fontaines D.C. - A Hero's Death
  1. I Don’t Belong
  2. Love Is The Main Thing
  3. Televised Mind
  4. A Lucid Dream
  5. You Said
  6. Oh Such A Spring
  7. A Hero’s Death
  8. Living In America
  9. I Was Not Born
  10. Sunny
  11. No

Les prochains concerts de Fontaines D.C. en France
DateSalleVilleTickets
12 Mar 2021Transfer FestivalLyonAcheter un Ticket
29 Mar 2021L'AéronefLilleAcheter un Ticket
01 Apr 2021L'Olympia Bruno CoquatrixParisAcheter un Ticket
Dates de concerts fournies par Bandsintown
Fontaines D.C. – A Hero’s Death1.5
3/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

TINALS 2019

Ça c’est TINALS !

Qu’importe les ‘ronchondoillons’, le TINALS demeure le festival indé incontournable du début de l’été. Malgré le succès et les tentations que cela aurait pu entraîner, ce festival a conservé sa philosophie exprimée dans sa profession de foi : « une programmation dictée uniquement par les coups de cœur dans un cadre verdoyant. De la musique avant…
Fontaines DC - Dogrel

Fontaines D.C. – Dogrel

En 2018, les Fontaines D.C. étaient le secret le mieux gardé du rock. Ces dublinois avaient tout bon, que ce soit au niveau du son qu’au niveau de leur esthétique. En 2019, les Fontaines D.C. publient leur premier album et devraient être la grande révélation de cette année.
Fontaines DC

Le b.a.-ba des Fontaines D.C.

Originaires de Dublin, Fontaines D.C. devraient faire parler d’eux assez rapidement. Désormais signés chez Partisan Records, ce quintet irlandais qui mélange The Fall et le Gun Club comme personne passe à la vitesse supérieure avec l’enregistrement de futur premier album. En attendant ce sacro-saint disque, on peut fouiller Youtube et découvrir une poignée de chansons…

Plus dans Chroniques d'albums

idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.