Catégories
Chroniques d'albums

Francesco Tristano – Idiosynkrasia

chronique : Francesco Tristano : Idiosynkrasia
J’aurais bien aimé dire le plus grand bien de la nouvelle collaboration entre Francesco Tristano et Carl Craig, si vous lisez régulièrement mes chroniques vous aurez remarqué à quel point je peux faire preuve de manque d’objectivité dès qu’il est question du talentueux musicien de Detroit et mon admiration pour lui est parfois sans limite.

Francesco Tristano

Pourtant force est de constater que la sauce ne prend pas. Attention, cet album n’est pas raté loin s’en faut, il lui manque juste un je-ne-sais-quoi qui lui aurait permis d’entrer dans la cour des grands. Le principal défaut de ce disque est de ne pas clairement se positionner, on navigue entre électro, musique classique contemporaine et divagations jazzy mais à force de vouloir ratisser large le pianiste luxembourgeois s’égare et ne sait plus trop sur quel pied danser. A cet égard, son premier album « Not for Pianos » était nettement moins brouillon et plus structuré. Son projet Aufgang, plus rentre-dedans et énergique me parle beaucoup plus. Comme je ne suis pas un grand fan du démolissage en règle des artistes qui innovent, je ne vais pas m’étendre pendant des lignes et vous laisse le soin de vous faire une idée par vous-même. Nul doute que vous serez nombreux à aimer ce disque.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Theo Parrish : Falling Up Remaster 2013

Theo Parrish : Falling Up Remaster 2013

Theo Parrish, bien que n’étant pas natif de Detroit a son nom étroitement lié à la scène bouillonnante de la Motor City depuis une vingtaine d’années pour le versant house.
Francesco Tristano : bachCage Video Remix

Francesco Tristano : bachCage Video Remix

Francesco Tristano dont on peut retrouver la récente prestation en compagnie de Carl Craig et Moritz Von Oswald pour la réouverture de la Gaité Lyrique sur le site d’Arte a sorti un nouvel album aux confins de la musique contemporaine et classique « bachCage » qui fait se rencontrer le compositeur baroque et l’américain adepte d’expérimentations dont…
Twenty F@#&ING Years Of Planet E – We Aint Dead Yet

20 Fucking Years Of Planet E We Ain’t Dead Yet

Carl Craig fête cette année les 2O ans de son label mythique Planet E, la compilation est déjà sortie en format digital et sortira en juin en vinyl. Planet E Communications Pour tous les amoureux du son de Detroit, il y a une soirée au Showcase le 18 mars avec en plus du fondateur du…

LCD Soundsystem : Throw

James Murphy et sa bande aiment au gré de leurs concerts distiller un peu de la musique d’autres artistes qui sont une source d’inspiration. Ainsi, « Throw », initialement sorti en 1994 bénéficie d’une reissue toujours sur Planet E.

X-Press 2 – Kill 100 (Carl Craig remix)

Bon j’avoue, j’ai longtemps pensé que ce titre était de Underworld. Tout y est, l’atmosphère oppressante et tendue, la répétition à l’envi des paroles, le rythme trépidant et la basse hypnotique. Loupé donc, puisque ce petit bijou de dark house est signé X-Press 2.

Aufgang : le piano est une machine !

Aufgang littéralement « l’aube » dans la langue de Wagner est un trio très original puisqu’il est « seulement » composé d’une batterie cernée de deux pianos et saupoudrée d’électronique. Le « groupe » est né de la rencontre de deux pianistes dit « classiques » qui se sont télescopés à la prestigieuse Julliard School de New York.

Tribe – Rebirth

Carl Craig n’a jamais caché son amour du jazz, que ce soit en l’injectant à fortes doses dans ses compositions ou remixes divers ou en créant les groupes concepts Innerzone Orchestra ou The Detroit Experiment.

Plus dans Chroniques d'albums

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.