Hal – The Time The Hour

Hal – The Time The Hour Il était temps. Six ans pour donner une suite à leur premier essai (qui s'est avéré avec le temps être un premier chef d'oeuvre)... Les Irlandais ont un certain don pour le suspens et les mélodies.

HAL

Comme en 2005, Hal sort un album en toute discrétion. Viré (?) de Rough Trade, les Irlandais ont émigré vers le label Tri Tone. La grande famine.
Comme en 2005, les types sont sous perfusion du Loner (Rocking Chair qui pourrait avoir sa place sur Harvest Moon), des Beach Boys et des Zombies.
Comme en 2005, les types vendront trois disques en France. Le double en Irlande.
Esthètes raffinés, à faire passer leur voisin Neil Hannon pour un dresseur d’ours, les Hal viennent de réussir à donner une suite vitale à leur premier album. La boîte de Pandore est ouverte. Spector, Wilson et consorts viennent danser en farandole sous la pluie dublinoise. Adieu James Joyce. Mais l’auditeur ne sera pas Ulysse: le chant des sirènes va être son tombeau. Le morceau d’ouverture, le bien nommé Magnificent devrait déclencher des malaises et des vocations. Foutre Dieu. Une partouze pop sixties.

Les Irlandais ne relâchent pas la pression avec le délicat Be With You. Les choses sont relativement simples : les 6 premiers titres de ce disque sont le tiercé gagnant. The Time The Hour et son refrain martial préparent l’hommage au Loner. L’intriguante Rocking Chair tape dans le mille et envoie le disque dans les étoiles.
La seconde moitié du disque peine un peu. Une moitié de quelques minutes seulement. La clôture du disque est du même calibre que Magnificent.

On est en avril et on a déjà notre disque de l’année. Fuck.

Hal-Be With You

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

HAL

All you need is HAL

Le premier disque des Hal a désormais 10 ans. En 2005, les frères Allen et Stephen O’Brien débarquèrent sans prévenir avec un grand disque. Ces garçons nous ont tellement peu prévenus que ce disque est tombé dans l’oubli. Sauf pour ceux qui l’ont entendu ne serait-ce qu’une fois…
Top 2012 - SOUL KITCHEN

Top album & more 2012

Bon sang de bonsoir, pensais-je hier, en me renversant sur mon fauteuil en cuir, un verre de scotch dans une main et une attachée de presse dans l’autre, l’année 2012 était enfin terminée. Trois cent soixante-cinq jours de dur labeur à trimer pour le plaisir de vos oreilles, esclave de la musique enchaîné à mon […]

Du remue-ménage chez HAL

Le quartet de Dublin s’est enfin remis au boulot. Ils avaient gagné face aux Thrills et leur deuxième album par ko avec un premier album qui puisait dans le même fond de poche (Wilson, Bacharach and co).

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.