Catégories
Chroniques d'albums

PBX Funicular Intaglio Zone – John Frusciante, Grandeur sans décadence

John Frusciante - PBX Funicular Intaglio Zone (chronique)

Même s’il n’est pas le guitariste originale des Red Hot Chili Peppers, Frusciante est tout de même celui avec qui le groupe de Funk Rock rentrera dans les charts et l’histoire. Mais les frontières de ce rock FM, qu devient de plus en plus anodin, ne peuvent contenir tout ce que Frusciante a à dire. Alors il claque, sans fracas, une seconde fois la porte, il y a trois ans. Et cette fois ce n’est pas pour une cure de désintox. « To put it simply, my musical interests have led me in a different direction. »

John Frusciante

Plus tôt cette année, le génial John Frusciante sortait Letur Lufr, un nouvel EP solo. L’audience est divisée entre ceux qui crient à l’horreur presque inécoutable et les autres (dont je fais partie) qui louent les essaies sonores, exigeants et musicaux, du guitariste. Avec PBX Funicular Intaglio Zone, John Frusciante continue la route amorcée avec l’EP. Des morceaux qu’il qualifie lui même d’electro synth pop, mais qui ne sied pas à merveille à la texture de l’album.

PBX est un collage étrange d’esthétiques qui vont de électro au jazz en passant par la drum n bass et le hip hop. La seule exigence de John Frusciante semble être de faire un album qui sonne en dehors des sentiers balisés.
S’il déroute au premier abord, PBX accroche suffisamment l’oreille pour qu’on veuille le suivre, écouter ce qu’il a à nous raconter. Et comme John Frusciante est un type intelligent, il sait ménager son auditoire. Le délire foutraque, bruitiste (Bike) et presque retro futuriste (Hear Say) du démarrage se substitue petit à petit à des pistes plus immédiatement identifiables notamment avec l’enchainement parfait de Ratiug et Guitar. Des pistes ou la guitare discrète fait son apparition sur Ratiug entre une section rythmique ultra présente, jusqu’à définitivement éclore sur Guitar, où elle est en dialogue permanent avec une rythmique drum n bass.
Electro pop saveur Bubble Gum pour l’intro de Mistakes où John Frusciante nous montre l’étendue de ses capacités vocales. Et puis arrive Uprane et on se dit que John Frusciante va nous faire le coup à chaque morceau et qu’ils seront tous meilleurs les uns que les autres. Sam renoue avec l’esprit de l’intro de l’album dans une veine sombre de Drum n Bass métallique. Lorsque Sum fait s’entre choquer une instrumentation nerveuse et une voix apaisée.

http://www.youtube.com/watch?v=NL7o6FF77v4

Mélodies, rythmiques, textures sonores, rien n’est laissé au hasard dans cet enchevêtrement jouissif. Mais c’est probablement l’authenticité et l’honnêteté de l’album qui en fait quelque chose de différent, sans pour autant tomber dans un intellectualisme inécoutable ou une démonstration vide. PBX n’est pas réellement un album qui se raconte, je ne peux que vous conseiller de vous jeter dedans. Une claque, assurément.

PBX Funicular Intaglio Zone – John Frusciante, Grandeur sans décadence5.0
10/10
Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
Partager cet article
1 réponse sur « PBX Funicular Intaglio Zone – John Frusciante, Grandeur sans décadence »

Salut,
je viens de me procurer l’album que j’écoute tout en lisant ton article. J’aime bien m’imprégner de diverses impressions, surtout quand il s’agit de frusciante :) merci pour cet article très clair, qui donne envie de parcourir tout l’album….
bye

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Top 2012 - SOUL KITCHEN

Top album & more 2012

Bon sang de bonsoir, pensais-je hier, en me renversant sur mon fauteuil en cuir, un verre de scotch dans une main et une attachée de presse dans l’autre, l’année 2012 était enfin terminée. Trois cent soixante-cinq jours de dur labeur à trimer pour le plaisir de vos oreilles, esclave de la musique enchaîné à mon…
John Frusciante - Letur Lefr

John Frusciante – Letur Lefr

Si on entendait parler de John Frusciante ces derniers temps, c’est surtout parce qu’il a laissé, une nouvelle fois, tomber ses collègues de Red Hot Chilli Peppers pour se consacrer à ses projets en solo. Ceci dit, celui que l’on murmure être l’un des guitaristes les plus talentueux de sa génération n’a pas attendu de…

Plus dans Chroniques d'albums

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…