PBX Funicular Intaglio Zone – John Frusciante, Grandeur sans décadence

John Frusciante - PBX Funicular Intaglio Zone (chronique) Même s’il n’est pas le guitariste originale des Red Hot Chili Peppers, Frusciante est tout de même celui avec qui le groupe de Funk Rock rentrera dans les charts et l’histoire. Mais les frontières de ce rock FM, qu devient de plus en plus anodin, ne peuvent contenir tout ce que Frusciante a à dire. Alors il claque, sans fracas, une seconde fois la porte, il y a trois ans. Et cette fois ce n’est pas pour une cure de désintox. "To put it simply, my musical interests have led me in a different direction."

John Frusciante

Plus tôt cette année, le génial John Frusciante sortait Letur Lufr, un nouvel EP solo. L’audience est divisée entre ceux qui crient à l’horreur presque inécoutable et les autres (dont je fais partie) qui louent les essaies sonores, exigeants et musicaux, du guitariste. Avec PBX Funicular Intaglio Zone, John Frusciante continue la route amorcée avec l’EP. Des morceaux qu’il qualifie lui même d’electro synth pop, mais qui ne sied pas à merveille à la texture de l’album.

PBX est un collage étrange d’esthétiques qui vont de électro au jazz en passant par la drum n bass et le hip hop. La seule exigence de John Frusciante semble être de faire un album qui sonne en dehors des sentiers balisés.
S’il déroute au premier abord, PBX accroche suffisamment l’oreille pour qu’on veuille le suivre, écouter ce qu’il a à nous raconter. Et comme John Frusciante est un type intelligent, il sait ménager son auditoire. Le délire foutraque, bruitiste (Bike) et presque retro futuriste (Hear Say) du démarrage se substitue petit à petit à des pistes plus immédiatement identifiables notamment avec l’enchainement parfait de Ratiug et Guitar. Des pistes ou la guitare discrète fait son apparition sur Ratiug entre une section rythmique ultra présente, jusqu’à définitivement éclore sur Guitar, où elle est en dialogue permanent avec une rythmique drum n bass.
Electro pop saveur Bubble Gum pour l’intro de Mistakes où John Frusciante nous montre l’étendue de ses capacités vocales. Et puis arrive Uprane et on se dit que John Frusciante va nous faire le coup à chaque morceau et qu’ils seront tous meilleurs les uns que les autres. Sam renoue avec l’esprit de l’intro de l’album dans une veine sombre de Drum n Bass métallique. Lorsque Sum fait s’entre choquer une instrumentation nerveuse et une voix apaisée.

Discographie

https://www.youtube.com/watch?v=NL7o6FF77v4

Mélodies, rythmiques, textures sonores, rien n’est laissé au hasard dans cet enchevêtrement jouissif. Mais c’est probablement l’authenticité et l’honnêteté de l’album qui en fait quelque chose de différent, sans pour autant tomber dans un intellectualisme inécoutable ou une démonstration vide. PBX n’est pas réellement un album qui se raconte, je ne peux que vous conseiller de vous jeter dedans. Une claque, assurément.

PBX Funicular Intaglio Zone – John Frusciante, Grandeur sans décadence
10/10
Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
1 réponse sur « PBX Funicular Intaglio Zone – John Frusciante, Grandeur sans décadence »

Salut,
je viens de me procurer l’album que j’écoute tout en lisant ton article. J’aime bien m’imprégner de diverses impressions, surtout quand il s’agit de frusciante :) merci pour cet article très clair, qui donne envie de parcourir tout l’album….
bye

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Top 2012 - SOUL KITCHEN

Top album & more 2012

Bon sang de bonsoir, pensais-je hier, en me renversant sur mon fauteuil en cuir, un verre de scotch dans une main et une attachée de presse dans l’autre, l’année 2012 était enfin terminée. Trois cent soixante-cinq jours de dur labeur à trimer pour le plaisir de vos oreilles, esclave de la musique enchaîné à mon […]
John Frusciante - Letur Lefr

John Frusciante – Letur Lefr

Si on entendait parler de John Frusciante ces derniers temps, c’est surtout parce qu’il a laissé, une nouvelle fois, tomber ses collègues de Red Hot Chilli Peppers pour se consacrer à ses projets en solo. Ceci dit, celui que l’on murmure être l’un des guitaristes les plus talentueux de sa génération n’a pas attendu de […]

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn – Optimism

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.