Jake Bugg – Hearts That Strain

Sur son nouvel album, Jake Bugg arrive à faire pire que Kasabian : un exploit.

On a donc définitivement perdu Jake Bugg. En 2012, ce jeune lad de Nottingham nous avait séduit avec ses chansons qui nous faisaient diablement penser à celles de Cast. Elles avaient même réussi à mettre d’accord les frères Gallagher.

Son premier album a été un tel succès que sa maison de disque a vu les choses en grand. Depuis son premier album, elle l’envoie bosser aux États-Unis enregistrer des chansons avec des producteurs de renom. Après Rick Rubin et Jacknife Lee, c’est au tour de Dan Auerbach (The Black Keys) de rendre rentable ce garçon. Hearts That Strain est donc un disque fait de bric et de broc avec de très grosses ficelles. On fait chanter Bugg à toutes les sauces, on convoque Noah Cyrus (la sœur de Miley Cyrus pour un duo) et on espère décrocher le jackpot. Et nous ? On fait la même tronche que Bugg sur sa pochette.

Discographie

Hearts That Strain fait les poches des Black Crowes et des Jayhawks mais ne laisse personne dupe. Il ne se passe pas grand chose et on se demande si Bugg se rend compte lui-même du rôle qu’on lui fait jouer.

Jake Bugg - Hearts That Strain

Hearts That Strain de Jake Bugg est disponible via Virgin Records.

Jake Bugg - Hearts That Strain

Tracklist : Jake Bugg - Hearts That Strain
  1. How Soon The Dawn
  2. Southern Rain
  3. In The Event Of My Demise
  4. This Time
  5. Waiting feat. Noah Cyrus
  6. The Man On Stage
  7. Hearts That Strain
  8. Burn Alone
  9. Indigo Blue
  10. Bigger Lover
  11. Every Colour In The World

Jake Bugg – Hearts That Strain
1/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
2 réponses sur « Jake Bugg – Hearts That Strain »

J’ai trouvé cet album très bon, bien meilleur que le troisieme, l’avez vous réellement écouté??? Je ne comprend pas ce bashing, la musique est belle, bien travaillé, je trouve l’album beau et équilibré, ca change clairement de la daube que vous entendrez à la radio , prenez le temps d’écouter ce belle album

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Primal Scream © Fabrice Buffart

Crucial TINALS #2

Le TINALS 2018 est en approche du 1er au 3 juin avec comme toujours une programmation impressionnante sous le soleil gardois dans l’antre accueillante Paloma ! L’occasion de revenir sur l’énormissime édition 2017 avec les photos de Fabrice Buffart de la deuxième journée !
TINALS 2016 © Fabrice Buffart

The TINALS countdown !

Une grande partie de la programmation du meilleur festival de la ‘non chanson d’amour’ est connue. Le festival TINALS aura lieu du 9 au 11 juin et les derniers noms seront dévoilés ce mercredi à la conférence de presse à Paloma à Nîmes.
Jake Bugg - On My One

Jake Bugg – On my One

Cette chronique pourrait avoir comme sous-titre le bug de Jake. Le nouvel abum de Jake Bugg est l’accident industriel (et artistique accessoirement) de 2016. Au rayon des lads, le dernier Richard Ashcroft passe pour un chef-d’œuvre à coté de ce machin.

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.