Dawn McCarthy & Bonnie ‘Prince’ Billy – What The Brothers Sang

Dawn McCarthy & Bonnie 'Prince' Billy - What The Brothers Sang Bonnie 'Prince' Billy n'est pas l'homme le plus rigolo de la terre. Mais il a du goût. Prolifique comme pas deux, agissant sous couvert de différents pseudonymes, le barbu du Kentucky publie ce mois-ci un hommage aux Everly Brothers. Le tout en charmante compagnie. Relevé des compteurs.

Dawn McCarthy & Bonnie ‘Prince’ Billy

Dawn McCarthy & Bonnie ‘Prince’ Billy sont donc les Don et Phil de l’affaire. Ces derniers ayant eu le bagage suffisant pour sortir une kyrielle de singles fantastiques il y a de cela quelques dizaines d’années, les deux zouaves de 2013 n’ont pas eu de mal quant à la pioche dans le catalogue. De la chanson troussée chichement (Sad Song) ou du hit yankee distillé à l’ancienne (Just What I Was Looking For ), Bonnie ‘Prince’ Billy prend selon ses envies.

Équipé de David Ferguson à la production et accompagné d’une ribambelle de gens de qualité (Emmett Kelley, Dave Roe et Kenny Malone), Bonnie ‘Prince’ Billy et sa belle sont tout de même bridés par ce genre d’exercice. Il y a de très bonnes surprises mais certains titres ne trouveront grâce qu’aux oreilles des fans des frérots. On est ici dans le royaume du Great American Songbook: les gens allergiques à ses gimmicks peuvent passer leur chemin.

Ainsi Omaha et Devoted To You peuvent laisser de marbre: la version de 1968 des Everly pour la première et celle de 1958 pour la seconde sont indépassables. Indépassable n’est peut être pas le bon mot mais ces petites cathédrales bien discrètes sont difficilement atteignables.
Mais ce disque est habité. Habité et soigné par une collaboration qui allie austérité et générosité. Empty Boxes en est la meilleure preuve.
L’entrecôte XXl du chef se situe à la toute fin de cette lecture personnelle de l’œuvre des Everly avec le très beau Kentucky.

Dawn McCarthy & Bonnie ‘Prince’ Billy – What The Brothers Sang

Dawn McCarthy & Bonnie ‘Prince’ Billy – What The Brothers Sang
7/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Love Love Love

Sortir du lit gâche ma journée entière. Bill Callahan, Bonnie « Prince » Billy et David Pajo reprennent le I love you de l’icône country Jerry Jeff Walker (Ridin’ High, 1975) décédé en octobre dernier.

Plus dans Chroniques d'albums

Guilhemvalay-aubrac

Guilhem Valayé – Aubrac

Le français est une belle langue. C’est une évidence. Mais il faut l’écrire, la manier, la chanter avec honnêteté, simplicité et pureté. Guilhem Valayé livre à l’ancienne le plus bel EP de cette année avec son voyage en Aubrac et ses terres rêches comme nos cœurs.
Nickwheeldon-gift

Nick Wheeldon – Gift

Nick Wheeldon nous a fait cette année un beau cadeau avec Gift, un classique instantané dès la première écoute pour les Fragile Minds dont on fait partie.
Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?