chronique-cd-dj-sprinkles
Pour tous les amoureux de deep-house, Terre Thaemlitz a sorti en ce début d’année un des plus beaux albums qui soit.

DJ Sprinkles

L’écoute de ce disque vous plonge à la fin des années 80 dans une ambiance de club new yorkais situé par exemple sur la 42ème rue avant que Giuliani et Disney n’entreprennent leur grand nettoyage… Les pianos sont éthérés, les voix fantomatiques, les basses vous caressent et vous enveloppent, Terre Thaemlitz ou plutôt DJ Sprinkles puisque c’est le nom qu’il a choisi pour sortir ce disque sur un label japonais Mule Musiq rend ici un formidable hommage à la house des débuts avant qu’elle ne devienne la grosse machine à danser un peu vulgaire que certains s’acharnent encore à voir en elle. On retrouve dans cet album tous les maîtres de la house nation tels Larry Heard, Moodyman, Marshall Jefferson, Frankie Knuckles , Farley « Jackmaster » Funk, etc. A l’heure des dj’s médiocres qui, en France par exemple, se croient obligés d’être les sbires de la présidence (suivez mon regard …) cet album rappellent à tous ceux qui auraient pu l’oublier que la house a été dans la continuité du disco une formidable réplique à l’intolérance puisque jouée essentiellement dans des les clubs noirs et gays.