Editors – The Weight Of Your Love

Editors – The Weight Of Your Love
Les Editors ont sorti deux premiers disques honnêtes. The Back Room et An End Has a Start avaient un stock de bonnes chansons non négligeable. On se disait qu'une fois totalement libérée de ses influences, la bande de Tom Smith pourrait produire un grand disque. Et bien non. Deux mauvaises nouvelles plus tard (un album qui vire à l'électro de supermarché et le départ du guitariste Chris Urbanowicz), voilà les Editors avec un quatrième disque au potentiel catastrophique important. Pari gagné.

Editors

Évidemment, quand on sort des singles du calibre de Bones ou de Munich et que l’on se retrouve sans guitariste… Les choses se compliquent. On recrute des pigistes et on se retrouve à jouer le rôle de Chamberlain à Munich. On tente de sauver le navire. C’est peu ou prou le rôle des deux premiers morceaux. The Weight ouvre l’album de manière correcte et Sugar brûle de la plus belle des manières avec ses lames de rasoir en guise de riffs. On se dit que le départ d’Urbanowicz n’est pas si grave. Que nenni…

Editors – A Ton Of Love

Discographie

C’est après que les choses se compliquent. Le premier single, A Ton Of Love est un pastiche d’Echo and the Bunnymen. Il y a quelques années, les Editors biberonnaient aux disques des Chameleons et de Joy Division. Mais le tout était fait de manière intelligente. Là, on croit entendre un groupe jouant ses compositions dans un bar miteux de Plymouth. Et nous n’avons rien contre Plymouth. C’est pour dire. Les Editors tombent dans le grossier et le vulgaire.

Le reste ? On alterne entre soupe et plat indigeste. Les Editors ont troqué les costumes étriqués des premiers disques pour des habits peu adaptés à leur fine silhouette.
Formaldehyde et tout le reste (ne nous gênons pas) alternent entre mauvais goût et rock F.M. douteux. The Phone Book ? Où est la chanson ?
What Is This Thing Called Love (quel titre) fait rire avec ses accents hystériques.
Bref, n’en jetez plus. Arrêtons le massacre.

Editors – The Weight Of Your Love
4/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
1 réponse sur « Editors – The Weight Of Your Love »

autant,j’ai adore les 2 premiers albums,ce 4 opus est une veritable bouse

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Editors + Whispering Sons @ Salle Pleyel, Paris | 30.01.2020

Photos : Editors + Whispering Sons @ Salle Pleyel, Paris | 30.01.2020

Les Editors ont sorti deux premiers disques honnêtes. The Back Room et An End Has a Start avaient un stock de bonnes chansons non négligeable. On se disait qu’une fois totalement libérée de ses influences, la bande de Tom Smith pourrait produire un grand disque. Et bien non. Deux mauvaises nouvelles plus tard (un album qui vire à l’électro de…

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.