Catégories
Chroniques d'albums

The Electric Soft Parade – Idiots

The Electric Soft Parade - Idiots
The Electric Soft Parade - Idiots
The Electric Soft Parade – Idiots

En 2002, les frères White avaient toutes les clefs pour devenir un pilier de la pop britannique. Nominés au Mercury Prize, titulaires des louanges de la presse, les Electric Soft Parade pouvaient être une réponse sérieuse à la vague américaine avec leur premier disque. Et bien non. Holes in the Wall atteignit péniblement la 35 iéme place des charts anglais et malgré quelques saillies vigoureuses, les frères White tombèrent dans l’oubli et la calvitie.

Remis en selle il y a quelques mois, The Electric Soft Parade a repris la route avec Noel Gallagher (toujours là où il faut) et a enregistré un nouveau disque.
2002-2013, même combat : l’excellence est toujours de rigueur.

The Electric Soft Parade

Idiots est un disque de gens élégants drogués à la pop. Les frères White convoquent les Kinks et Macca et passent le tout à la moulinette. Mais comme ces deux types sont complètement défoncés à l’arrangement luxueux et à la mélodie de première bourre, seuls quelques heureux dépendants pourront gouter aux plaisirs des 4 minutes de Mr Mitchell et de sa gourgandine de Lily. Et on ne s’arrête pas en si bon chemin.

Car en plus d’être un disque intelligent et racé, Idiots distille un étrange sentiment de liberté. Les types font ce qu’ils veulent. Summertime in my heart pourrait être un petit hit estival… Mais voilà qu’ils préfèrent nous le complexifier.
Comme leur oncle d’infortune Ron Sexsmith, la fratrie White maitrise son sujet malgré la houle et le manque de succès.

The Electric Soft Parade avaient tout en 2002 pour vivre des rentes de leur premier album… Ce n’est pas en 2013 que les frères White vont devenir des habitués du N.M.E. avec des morceaux comme Welcome To The Wierdness. Véritable enchevêtrement de mélodies, ce morceau fait défiler un univers inquiétant et jovial. Les cordes de The Sun Never Sets Around Here sont jubilatoires : le Teenage Fanclub débarque sur la jetée de Brighton.

Trop intelligent pour les masses, trop complexe pour les stations FM, Idiots va se déguster entre initiés. Une ballade comme Never Again va se refiler sous le manteau à la sortie des concerts ou dans les sections vides de certains forums. Et après on va venir nous bassiner avec Alex Turner… Misère.

The Electric Soft Parade – Idiots4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

The Electric Soft Parade - Stages

The Electric Soft Parade – Stages

Retour inattendu (et inespéré) des frères White ! Les Electric Soft Parade ouvrent le bal des sorties de 2020 et mettent d’emblée la barre très haute.
The Electric Soft Parade

The Electric Soft Parade rebranchent les micros

Les frères White reviennent en France. Leur dernier passage remonte en 2011… Electric Soft Parade ouvrait alors pour Noel Gallagher au Casino de Paris. Depuis ? Plus rien. Le monde des programmateurs « indépendants » met fin à sept ans de disette. Gloire leur soit rendue.
The Electric Soft Parade

Le parfait défilé des The Electric Soft Parade

En 2001, les Strokes ouvrirent le vingt-et-unième siècle avec Is This It, leur premier album. Un point pour les States ! La réplique anglaise ne se fit cependant pas attendre. Dès 2002, l’Angleterre tenta de répondre avec de nouveaux groupes comme les inoffensifs Libertines et les très foutraques The Coral. L’année 2002 fut donc une…

Plus dans Chroniques d'albums

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée Jim James, de Bill Frisell, de Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.
The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.
Andy Bell

Andy Bell – The View From Halfway Down

Andy Bell s’offre son premier album solo pour ses 50 ans et nous fait un joli cadeau. The View From Halfway Down, enregistré avec Gem Archer (Oasis), est un disque aux allures modestes mais qui fait le travail comme les grands.
StrawberrySeas_LP_Cover

Strawberry Seas – Strawberry Seas

2020 est une l’année horrible par excellence. La Covid, les élections américaines, les inondations… Le meilleur moyen pour quitter la tête haute cette année infernale est le disque des Strawberry Seas.
idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.