Catégories
Chroniques d'albums

The Electric Soft Parade – Idiots

The Electric Soft Parade - Idiots
The Electric Soft Parade - Idiots
The Electric Soft Parade – Idiots

En 2002, les frères White avaient toutes les clefs pour devenir un pilier de la pop britannique. Nominés au Mercury Prize, titulaires des louanges de la presse, les Electric Soft Parade pouvaient être une réponse sérieuse à la vague américaine avec leur premier disque. Et bien non. Holes in the Wall atteignit péniblement la 35 iéme place des charts anglais et malgré quelques saillies vigoureuses, les frères White tombèrent dans l’oubli et la calvitie.

Remis en selle il y a quelques mois, The Electric Soft Parade a repris la route avec Noel Gallagher (toujours là où il faut) et a enregistré un nouveau disque.
2002-2013, même combat : l’excellence est toujours de rigueur.

The Electric Soft Parade

Idiots est un disque de gens élégants drogués à la pop. Les frères White convoquent les Kinks et Macca et passent le tout à la moulinette. Mais comme ces deux types sont complètement défoncés à l’arrangement luxueux et à la mélodie de première bourre, seuls quelques heureux dépendants pourront gouter aux plaisirs des 4 minutes de Mr Mitchell et de sa gourgandine de Lily. Et on ne s’arrête pas en si bon chemin.

Car en plus d’être un disque intelligent et racé, Idiots distille un étrange sentiment de liberté. Les types font ce qu’ils veulent. Summertime in my heart pourrait être un petit hit estival… Mais voilà qu’ils préfèrent nous le complexifier.
Comme leur oncle d’infortune Ron Sexsmith, la fratrie White maitrise son sujet malgré la houle et le manque de succès.

The Electric Soft Parade avaient tout en 2002 pour vivre des rentes de leur premier album… Ce n’est pas en 2013 que les frères White vont devenir des habitués du N.M.E. avec des morceaux comme Welcome To The Wierdness. Véritable enchevêtrement de mélodies, ce morceau fait défiler un univers inquiétant et jovial. Les cordes de The Sun Never Sets Around Here sont jubilatoires : le Teenage Fanclub débarque sur la jetée de Brighton.

Trop intelligent pour les masses, trop complexe pour les stations FM, Idiots va se déguster entre initiés. Une ballade comme Never Again va se refiler sous le manteau à la sortie des concerts ou dans les sections vides de certains forums. Et après on va venir nous bassiner avec Alex Turner… Misère.

The Electric Soft Parade – Idiots
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

The Electric Soft Parade - Stages

The Electric Soft Parade – Stages

Retour inattendu (et inespéré) des frères White ! Les Electric Soft Parade ouvrent le bal des sorties de 2020 et mettent d’emblée la barre très haute.
The Electric Soft Parade

The Electric Soft Parade rebranchent les micros

Les frères White reviennent en France. Leur dernier passage remonte en 2011… Electric Soft Parade ouvrait alors pour Noel Gallagher au Casino de Paris. Depuis ? Plus rien. Le monde des programmateurs « indépendants » met fin à sept ans de disette. Gloire leur soit rendue.
The Electric Soft Parade

Le parfait défilé des The Electric Soft Parade

En 2001, les Strokes ouvrirent le vingt-et-unième siècle avec Is This It, leur premier album. Un point pour les States ! La réplique anglaise ne se fit cependant pas attendre. Dès 2002, l’Angleterre tenta de répondre avec de nouveaux groupes comme les inoffensifs Libertines et les très foutraques The Coral. L’année 2002 fut donc une […]

Plus dans Chroniques d'albums

Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.
The Killers - Pressure Machine

The Killers – Pressure Machine

Entouré par Springsteen et par John Steinbeck, Brandon Flowers poursuit sa quête de la chanson parfaite et nous emmène dans les terres de son enfance.
Vikken

Vikken – Joie

Vikken et sa Joie ont tous deux le sens de la débâcle. Un côté Charlie Chaplin de la folle déprime, face à une grosse machinerie bête et informe, qui fixe, qui normalise, qui nécessairement finit par s’emballer, et qui ne s’arrête plus, et qui envoie valser en l’air à grands coups de beats électro tout […]
Francis Lung - Miracle

Francis Lung – Miracle

L’ex-membre de WU LYF a bien fait de nommer son nouveau disque Miracle. Les 13 (tiens tiens, ce nombre..) chansons font de nouveau croire en lui.