Babyshambles – Sequel to the Prequel

Babyshambles - Sequel to the Prequel

Babyshambles - Sequel to the Prequel
Babyshambles – Sequel to the Prequel

On ne remerciera jamais assez Stephen Street et accessoirement Graham Coxon de s’être penchés sur le berceau (ou le tombeau) de l’enfant Doherty.
Les brouillons enregistrés par Mick Jones (ou non enregistrés) laissent désormais place à des chansons sympathiques.
Et de temps en temps, l’ex Libertines a un éclair de demi-génie et peut prétendre à être le digne rejeton de Ray Davies.
Doherty fait donc le choix de remettre en selle son groupe alors que son début de carrière solo était élégant et prometteur. Étonnant.

Babyshambles

Peter Doherty a t-il encore quelque chose à dire en 2013 ? Pas sûr. Et surtout avec les Babyshambles.
Plus d’une oreille a saigné à l’écoute du pseudo hymne Fuck Forever il y a quelques années. C’est une blague ? Un complot ? Ah non, c’est pour de vrai ? D’accord.
Doherty avait remonté dignement la pente avec l’excellent Grace/Wastelands. En solo. Sans les affreux boutonneux que sont Drew McConnell et Mick Whitnall. Alors remettre le couvert avec eux… Merci mais non merci. Les profiteurs de guerre au placard!
Surtout que Sequel To Prequel commence avec l’odieux Fireman et le cucul la praline Nothing Comes To Nothing. Diantre. Un refrain pour minettes cockneys et punks hispsters. On craint le pire.

Discographies

Babyshambles – Farmer’s Daughter

Les choses s’améliorent quand Doherty franchit l’Atlantique et fait les poches de Dylan ( Fall From Grace). Et quand il va au zoo( Penguins): We could see monkeys, we could see snakes / We could see penguins, oh, penguins are great. L’est mignon le petit.

Au final, Sequel to the Prequel a le disque entre deux chaînes. Doherty ressort les vieux gimmicks des Libertines sur la moitié du disque. Et se loupe complétement. Le type n’a plus 20 ans…
Il sauve le navire avec des morceaux qui larguent les amarres du port. Le swing de Dr No ou les cordes de Picture Me In Hospital sont des petites trouvailles très efficaces.

Babyshambles – Nothing Comes to Nothing BBC Radio 1

Quant aux inédits disponibles sur les différentes éditions, c’est Byzance. Cuckoo est peut être le meilleur morceau écrit par Doherty depuis des lustres.

Rêvons un peu maintenant. Doherty passe rapidement à la suite et recrute Bernard Butler en guise de producteur. Ce dernier étant le seul a voir cadré correctement le zigue du temps de sa splendeur médiatique.

Babyshambles – Sequel to the Prequel
7/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Vous avez aimé ? Partagez !
5 réponses sur « Babyshambles – Sequel to the Prequel »

Critique ultra négative. Balance ce que tu fais en terme d’écriture a Doherty qu’il rigole un coup ;)

Critique vraiment pas objective. Je pense surtout que tu n’en connais rien. C’est un article inutile, change d’affaire mec.

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Pete Doherty @ LA Flèche d'Or, Paris (18/01/2010)

Peter Doherty, l’éternel jeune premier

Peter Doherty avec les…. Puta Madres. Après les Libertines, après les Babyshambles et surtout après deux beaux albums solos (dont Grace/Wastelands produit impeccablement par Stephen Street), Doherty revient avec une nouvelle formation.
Peter Doherty

Moins dirty mais toujours aussi Doherty

Ce vendredi 24 mars 2017 s’est tenue la troisième édition des Nuits Claires au YOYO. Il accueillait pour l’occasion des invités de choix, notamment les très bons Holy Oysters et le fameux Peter Doherty. SK* n’a rien manqué du spectacle et cela valait le détour.
Peter Doherty - Hamburg Demonstrations

Peter Doherty – Hamburg Demonstrations

Après sept années d’absence, le poète aux cheveux sales revient avec un album concocté à Hamburg. Si le navire Peter Doherty semble larguer les amarres, on reste malheureusement à quai. Quant aux fans, il ne devrait pas être largués.
Photos concert : Pink Martini @ Nuits de Fourvière, Lyon | 24 juillet 2014

photos : Elton John, Pink Martini et Raphael Gualazzi, Goldfrapp et Babyshambles @ Nuits de Fourvière 2014

Babyshambles – Sequel to the Prequel On ne remerciera jamais assez Stephen Street et accessoirement Graham Coxon de s’être penchés sur le berceau (ou le tombeau) de l’enfant Doherty. Les brouillons enregistrés par Mick Jones (ou non enregistrés) laissent désormais place à des chansons sympathiques. Et de temps en temps, l’ex Libertines a un éclair de demi-génie et peut prétendre…

Plus dans Chroniques d'albums

Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur. Vestale évanescente au milieu des villes mélancoliques, de territoires sauvages, fauves même… Et puis des ombres, des […]
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.