La Maison Tellier – Beauté Pour Tous

La Maison Tellier © Jeremy Calvo
Guimauve - 21/11/2013

Il y a dans La Maison Tellier un petit côté terroir très attachant, peut être parce que mon premier concert du groupe était à Payzac lors du formidable et regretté festival de la pleine lune en Ardèche qui voyait les artistes jouer dans des lieux improbables de ce pittoresque département. Ce qui frappait d’emblée, c’était ce côté gang musical, fraternité instrumentale, fratrie poétique. Et puis le set commençait et l’on était subjugué par la voix de conteur d’Helmut, solennelle, profonde, majestueuse.

La Maison Tellier - Beauté pour tous
La Maison Tellier – Beauté pour tous

La Maison Tellier

Il y a des albums qui vous prennent par surprise, d’autres qu’il faut laisser en bouche pour apprécier. Ni l’un, ni l’autre, Beauté pour tous, le nouvel album de La Maison Tellier est comme une évidence, un diamant noir. Et pourtant, le cap du quatrième album n’est pas facile, surtout quand on vous a catalogué Amerikana du Grand Ouest franchouille après le déjà formidable Art de la fugue.

Avec Beauté pour tous, c’est bien d’art qu’il s’agit, un art qu’il faudrait partager avec le plus grand nombre, un slogan, un programme ambitieux avec des textes qui ne sont pas anodins, qui racontent des choses, des mots choisis pour leur sonorité et leur sens, des textes qui font réfléchir sans prise de tête mais en s’insinuant comme un vaccin chez un malade.

On danse Sur un volcan mais la gravité n’est jamais très loin dans ce « blues du désert ». Avec Un bon français, ils osent une chanson engagée et âpre qui pourrait facilement être prise de travers où la narrateur est un salaud ordinaire, un Dupont Lajoie du 21ème siècle planqué derrière son écran protecteur qui fait écho au livre d’André Halimi « La délation sous l’occupation ». Les trompettes ne sont alors pas celles de la renommée mais plutôt de l’ignominie.

Puis surgit Le Loup Blanc, magistral sans être pédantesque à la Woodkid, parfaite BO pour la nouvelle saison de Game of Throne, avec ses chœurs amples, sa guitare cristalline, ses percussions va-t-en-guerre. L’oxymorique Prison d’Eden revient aux racines du groupe, une folk au coin du feu, éclairée par le glockenspiel, les cuivres, les chœurs sacrificiels qui évoquent l’extravagance littéraire d’Octave Mirbeau et de son Jardin des supplices, véritable xanadu musical où une sublime reine « règne sur la prison d’Eden, vêtue d’or et de blanc« .

La Maison Tellier – Sur un Volcan

L’Exposition Universelle, est une formidable machine à remonter le temps, une chanson cinématographique, une ballade dans un paris sublimé, rêvé, où l’on croise Eiffel mais aussi les « zoos humains » … Les cordes se font douces et mélancoliques, on ferme les yeux et l’on voit le pavillon de Sibérie, le pont Alexandre III, la grande roue, le métropolitain, les gares nouvelles, le trottoir roulant appelé « Rue de l’avenir », le palais de l’électricité, l’irruption soudaine de la modernité à la belle époque, le progrès sans entrave de ce siècle commençant.

La Maison de Nos Pères, est un hymne vaudou incantatoire où souffle un soufisme purificateur, une chanson gigogne, trip transi qui vous prend aux tripes avec cette coupure instrumentale hagarde, fiévreuse où le banjo se fait dévorer par la fée électricité, provocant mirage, hallucination et divagation de l’auditeur. Love boat n’est pas une croisière amusante, mais une histoire d’homme, de loup de mer, d’attirance, de séduction, de monstre marin, de volute de fumée et de boisson, une valse lente d’hésitation. A rebours, sonne très Mumford & Sons, éternel affrontement de cowboys et d’indiens.

La Maison Tellier © Jeremy Calvo
La Maison Tellier © Jeremy Calvo

Les Beaux quartiers évoque les rêves de grandeur déjà abordés par « Monsieur 100 000 volts » , « l’homme est un animal de bien mauvaise compagnie et son amour n’a pas de prix ». Petit lapin est plus âpre, une cavalcade de l’échec, électrique, rugueuse et agressive, le titre le plus long du disque, alarmant, régressif, introspectif, on est tous un jour « pris dans les phares », la trompette bouchée grince, les guitares glissent des ‘désirs noirs’.

Mauvais Coton clôt le disque avec sobriété, c’est un conte qui part en quenouille avec des images fulgurantes, « même s’il faut arroser d’essence certains souvenirs qui assaillent, des trains de sourires qui déraillent », « on s’est souvent piqué, je sais sur un fuseau dans un palais, parfois endormis pour de bon mais sans jamais filer le mauvais coton », « la mélodie de nos erreurs ivre de caresses et de coups n’était pas un air de fanfare mais quand je marchais dans le noir c’est ta main accrochée au fil qui m’a sauvé de mon exil » le tout guidé par une trompette fil d’Ariane chatoyante avec une conclusion de guitare héros et des chœurs finaux taillés pour un rappel cathartique avec le public.

La Maison Tellier sera en concert au Divan du Monde le 9 décembre mais c’est déjà complet, une date supplémentaire aura lieu au Le Trabendo le 13 mars, d’autres vont s’ajouter très prochainement.

La Maison Tellier - Beauté Pour Tous
La Maison Tellier – Beauté Pour Tous
5.0
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead…

the-replacements-dead-mans-pop

The Replacements – Dead Man’s Pop

Pour ceux qui n’ont pas les finances nécessaires pour s’offrir le coffret G Stands For Go-Betweens : Volume 2 – 1985 -1989 des Got-Betweens, une seule solution : acheter Dead Man’s Pop de The Replacements. La douloureuse est divisée par cinq (on passe grosso modo de 270 à 50 euros) et le bonheur est totalement…

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.

Josh Homme - Desert Session 11

Josh Homme – Desert Sessions Vol 11 & 12

En attendant un nouveau disque des Queens Of The Stone Age, Josh Homme a décidé de rempiler pour deux Desert Sessions qui, en plus d’être d’excellente facture, ont le chic de nous envoyer un shoot de nostalgie.

Bill Pritchard - Three Months

Bill Pritchard – Three Months, Three Weeks and Two Days

Il faut écouter une heure pour écouter l’impeccable réédition de Three Months, Three Weeks and Two Days de Bill Pritchard. Et il faut, comme pour Pacific Street ou Pop Satori, une vie pour s’en remettre.

Vincent Delerm - Panorama

Vincent Delerm – Panorama

Sur Panorama, l’auteur de Kensington Square ou des Amants Parallèles fait encore mieux que d’habitude et nous emporte avec son art de la photographie du quotidien.

Marie-Flore - Braquage

Marie-Flore – Braquage

Marie-Flore raconte. Et son Braquage est une histoire. Celle d’un court-circuit. D’une sortie de route. Sans trace de freinage. Ou alors si peu. Braquage, c’est l’histoire d’un tir dans le noir. D’un amour. C’était un jour, un peu d’espoir. Une histoire brutale. L’amour qui frappe et qui fait mal. Celui en qui, cette fois, on…

Mark Lanegan Band - Somebody's Knocking

Mark Lanegan Band – Somebody’s Knocking

Toc toc toc, revoilà l’ex Screaming-Trees Mark Lanegan. Composé en onze jours à Los Angeles (ville adoptive de l’artiste depuis 22 ans), Somebody’s Knocking a le mérite de remettre les pendules à l’heure et séduira les fans historiques tout comme les fantatiques de Depeche Mode.

Big Thief - Two Hands

Big Thief – Two Hands

Le robinet est ouvert… Il faut donc savoir en profiter. En quatre ans, les Big Thief ont publié quatre albums qui ont le chic d’être différents les uns des autres et de fascinants. Cinq albums si on compte le disque solo d’Adrianne Lenker, chanteuse et plume du groupe.

Chevalrex - Amiral Pop

Chevalrex – Amiral Pop

Avant de clôturer l’année 2019 de fort belle manière le temps d’un concert au 104, Chevalrex revient avec un EP, Amiral Pop et continue de flotter au dessus des flots.

Jonathan FireEater’s -Tremble Under Boom Lights

Jonathan Fire*Eater ‎– Tremble Under Boom Lights

Third Man Records fait oeuvre d’utilité publique en rééditant Tremble Under Boom Lights des feux Jonathan Fire*Eater. Sans ces derniers, Paul Banks (Interpol) serait resté seul avec ses boutons d’acné et les Yeah Yeah Yeahs ne seraient pas sortis de leur local de répétition. Vénérés (et pillés) par les Strokes, les Jonathan Fire*Eater furent le…

Mark Koelek and Petra Haden - Joey Always Smiled

Mark Kozelek with Petra Haden – Joey Always Smiled

Cinq mois après la sortie du mitigé I Also Want To Die In New Orleans de Sun Kil Moon et cinq mois avant la sortie du très attendue Mark Kozelek with Ben Boye and Jim White 2, Mark Kozelek, on se voit dans l’obligation de coller cinq sur cinq à la nouvelle collaboration de l’ex…

Champs

Champs – The Hard Interchange

Comme la fratrie White des Electric Soft Parade, la fratrie Champion ne nous a jamais déçus. Depuis 2013, Michael et David Champion, écrivent des petits merveilles pop qui font de Champs une machine à tubes.

Ilgen-Nur - Power Nap

Ilgen-Nur – Power Nap

Originaire d’Hambourg, Ilgen-Nur a 21 ans et vient d’écrire 10 belles chansons qui devraient faire plaisir à tous nostalgiques des 90’s et les fervents défenseurs d’une idée du rock.

Liam Gallagher - Why Me Why Not

Liam Gallagher – Why Me ? Why Not

Après le succès (inattendu) de son premier disque solo (As You Were – 2017), Liam Gallagher remet le couvert, gonflé à bloc, avec Why Me ? Why Not.

Metronomy – Metronomy Forever

Joseph Mount a quitté Montmartre avec femme et enfants pour retourner s’installer en Angleterre, son pays natal, mais n’a pas changé de quête : écrire la chanson pop ultime.

L'épée -Diabolique

L’Épée – Diabolique

The Limiñanas font des disques formidables. Emmanuelle Seigner fait des disques formidables. Anton Newcombe fait des disques formidables. Diabolique de L’Épée est donc un disque formidable.