Détroit – Horizons

Detroit - Horizons pochette CD
Louis 24/11/2013

On savait les deux hommes plus ou moins proches au siècle dernier.
En 2013, Cantat trouve une porte de sortie et un arc de triomphe d’entrée en la personne de Pascal Humbert.
L’influence de la comète 16 Horsepower plane donc sur l’Horizon(s). Et fait franchir l’Atlantique à Cantat. Inespéré.

On peut déjà en vouloir à Détroit. Grâce à eux, les scènes de la Fête de la Musique 2014 devraient être polluées par une ribambelle de groupes pénibles qui s’essaieront à la reprise, comme le chanteur de Noir Des’ tu vois, de Léo Ferré. Conclusion d’Horizons, Avec Le Temps risque d’être malmenée dans les prochains mois. Pauvre Léo.

Détroit – Deezer Sessions

On peut aussi en vouloir à Détroit d’accueillir des membres des affreux Shaka Ponk.
Enfin, on peut en vouloir à Pascal Humbert d’avoir laissé passer des textes plus ou moins faciles. Ma Muse et ses paroles (Ça m’inspire chaque fois que je respire ton essence complice qui, goutte à goutte, s’immisce en moi…) font stresser. Allons-nous vers une caricature ?

Détroit – Droit dans le soleil

Enfin, on peut en vouloir tout court à Détroit. Ou en vouloir plus. Oui car entre les deux frontières Détroit – 1 et Détroit – 2 qui découpent ce disque en trois parties, de grands moments se font jour. Les feulements d’Horizon et la voix écorchée de Droit Dans Le Soleil remportent l’ensemble des suffrages. Le très anglo-saxon Pascal Humbert permet de faire surgir des moments de grâce avec les très classiques Le Creux De Ta Main et Null And Void qui prennent une certaine épaisseur américaine. L’ombre de Jeffrey Lee Pierce survole ce disque.
Impeccablement produit par Bruno Green, Horizons et les cordes de la violoncelliste belge Catherine Graindorge permettent le retour de Sa Majesté déchue.

Détroit - Horizons
Tracklist : Détroit - Horizons
  1. Ma Muse
  2. Glimmer In Your Eyes
  3. Terre Brûlante
  4. Détroit - 1
  5. Ange De Désolation
  6. Horizon
  7. Droit Dans Le Soleil
  8. Détroit - 2
  9. Le Creux De Ta Main
  10. Sa Majesté
  11. Null And Void
  12. Avec Le Temps
Détroit – Horizons
3.5
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Réponses
  1. Comme toujours avec Cantat à mon avis, le chant en anglais ne lui va pas.
    Sa magie se situe dans ce chant envoûtant, habité maniant cette poèsie si particulière, usant et abusant du jeu de mot, de rimes aléatoires, d’image opaques et opposées tel le soleil et l’acier. Peu importe le sens finalement, peu importe surtout de chercher une rapprochement avec la vie de l’artiste. Ces mélodies, ces mots porté par ce chant envoute toujours autant 10 ans après.
    La magie est intacte, d’immenses titre comme Horizons le prouve. Cet album montre à quel point l’Artiste n’a rien perdu de sa superbe, les compositions de sont pas en reste, rappellent les meilleurs heures mélancoliques de Noir désir. Toutefois, il manque à cet album une certaine urgence qu’un Creux de ta Main limite parodique ne comble pas.
    Tel Noel G sans son Liam ;) , Bertrand sans Sergio semble limité, condamné aux rythmes lents, à la mélancolie, à la maturité excuseront certains. On est pas près de revoir le souffle d’un Tostaky chez Cantat, mais en l’occurrence cela n’est pas si grave, cela lui va plutôt bien à l’heure actuelle.

    J’avais de nombreux a priori qui n’avait aucun rapport avec la musique, l’album les a tous balayé. Ca ne sera pas le plus marquant de sa carrière, on ressent tout de même l’absence des ses acolytes, et ce ne sont pas du tout ses meilleurs textes. Mais tout de même; la magie est là, comme sur chaque album de Noir Désir en leur temps, l’artiste m’avait manqué, la musique le chant les mots. Un point c’est tout.

  2. Je vous rejoint pleinement M.J!
    La magie est intact!
    Et après être passé, dans l’attente d’un éventuel retour, par l’album « Chœurs », où plus que jamais je n’ai plus douté de ses capacités vocales (écoutez simplement « Révélation de l’oracle » pour vous en convaincre avec moi) je dois bien avouer que ses mots, ses textes, ont continué de cruellement me manquer.
    Alors oui, là aussi on ne retrouve pas noir désir. Bien au contraire quelque part, puisque jamais aucun de leur album n’avait été aussi accessible!
    Mais justement ses textes sur « Horizons »…
    Fait rare d’ailleurs sur ce sujet il l’a lui même déclaré à la presse: il avait des choses à dire pour ce retour.
    Et la dessus… Personnellement, je dis que c’est fait de façon magistrale!
    Car même si certains y voient peut être quelques rimes mal habiles, l’émotion est au rendez vous! (Au point où je me demande si j’ai déjà été bouleversé de la sorte en écoutant un nouvel album?)
    C’est aussi dans cette déconcertante accessibilité que je ne peux m’empêcher d’espérer voir en un titre comme « Le creux de ta main », comme une promesse d’un retour vers ce rock parfois si explosif où il exultait comme nul autre!

    Et en parlant d’espoir…
    Il avait des choses à dire…
    Ça n’engage que moi, mais n’est ce pas là peut être justement la raison du départ de Sergio?
    Ne parlait il pas alors justement de « désaccords émotionnels avec Bertrand Cantat »?
    Et à l’écoute d’ « Horizons », ne peut on pas parfaitement comprendre ce point de vue?
    Bonne question! Mais dont je me fout de la réponse si ce n’est pour espérer le plus fol espoir!
    Et si maintenant que les choses étaient dites…

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Marie-Flore - Braquage

Marie-Flore – Braquage

Marie-Flore raconte. Et son Braquage est une histoire. Celle d’un court-circuit. D’une sortie de route. Sans trace de freinage. Ou alors si peu. Braquage, c’est l’histoire d’un tir dans le noir. D’un amour. C’était un jour, un peu d’espoir. Une histoire brutale. L’amour qui frappe et qui fait mal. Celui en qui, cette fois, on…

Mark Lanegan Band - Somebody's Knocking

Mark Lanegan Band – Somebody’s Knocking

Toc toc toc, revoilà l’ex Screaming-Trees Mark Lanegan. Composé en onze jours à Los Angeles (ville adoptive de l’artiste depuis 22 ans), Somebody’s Knocking a le mérite de remettre les pendules à l’heure et séduira les fans historiques tout comme les fantatiques de Depeche Mode.

Big Thief - Two Hands

Big Thief – Two Hands

Le robinet est ouvert… Il faut donc savoir en profiter. En quatre ans, les Big Thief ont publié quatre albums qui ont le chic d’être différents les uns des autres et de fascinants. Cinq albums si on compte le disque solo d’Adrianne Lenker, chanteuse et plume du groupe.

Chevalrex - Amiral Pop

Chevalrex – Amiral Pop

Avant de clôturer l’année 2019 de fort belle manière le temps d’un concert au 104, Chevalrex revient avec un EP, Amiral Pop et continue de flotter au dessus des flots.

Jonathan FireEater’s -Tremble Under Boom Lights

Jonathan Fire*Eater ‎– Tremble Under Boom Lights

Third Man Records fait oeuvre d’utilité publique en rééditant Tremble Under Boom Lights des feux Jonathan Fire*Eater. Sans ces derniers, Paul Banks (Interpol) serait resté seul avec ses boutons d’acné et les Yeah Yeah Yeahs ne seraient pas sortis de leur local de répétition. Vénérés (et pillés) par les Strokes, les Jonathan Fire*Eater furent le…

Mark Koelek and Petra Haden - Joey Always Smiled

Mark Kozelek with Petra Haden – Joey Always Smiled

Cinq mois après la sortie du mitigé I Also Want To Die In New Orleans de Sun Kil Moon et cinq mois avant la sortie du très attendue Mark Kozelek with Ben Boye and Jim White 2, Mark Kozelek, on se voit dans l’obligation de coller cinq sur cinq à la nouvelle collaboration de l’ex…

Champs

Champs – The Hard Interchange

Comme la fratrie White des Electric Soft Parade, la fratrie Champion ne nous a jamais déçus. Depuis 2013, Michael et David Champion, écrivent des petits merveilles pop qui font de Champs une machine à tubes.

Ilgen-Nur - Power Nap

Ilgen-Nur – Power Nap

Originaire d’Hambourg, Ilgen-Nur a 21 ans et vient d’écrire 10 belles chansons qui devraient faire plaisir à tous nostalgiques des 90’s et les fervents défenseurs d’une idée du rock.

Liam Gallagher - Why Me Why Not

Liam Gallagher – Why Me ? Why Not

Après le succès (inattendu) de son premier disque solo (As You Were – 2017), Liam Gallagher remet le couvert, gonflé à bloc, avec Why Me ? Why Not.

Metronomy – Metronomy Forever

Joseph Mount a quitté Montmartre avec femme et enfants pour retourner s’installer en Angleterre, son pays natal, mais n’a pas changé de quête : écrire la chanson pop ultime.

L'épée -Diabolique

L’Épée – Diabolique

The Limiñanas font des disques formidables. Emmanuelle Seigner fait des disques formidables. Anton Newcombe fait des disques formidables. Diabolique de L’Épée est donc un disque formidable.

Blueboy – If Wishes Were Horses

Publié en 1992, If Wishes Were Horses des Blueboy était devenu un disque qui coûtait une blinde sur le marché de l’occasion. Il ressort aujourd’hui à un prix tout à fait abordable grâce au label australien A Colourful Storm.

The Slow Show - Lust and Learn

The Slow Show – Lust and Learn

Avec ce troisième album, les Mancuniens The Slow Show réalisent un joli coup voire un coup de maître. Lust and Learn est peut-être le meilleur disque de cette rentrée. Et ce n’était pas gagné…

Life - A Picture Of Good Health

LIFE – A Picture Of Good Health

Passés inaperçus avec un premier album (Popular Music – 2017), LIFE remet le couvert cette année et devrait se faire une place au soleil avec leur nouveau bébé. A Picture Of Good Health gueule, braille et est tout sauf sage. Et on ne peut s’empêcher de l’aimer.

Ride - This Is Not A Safe Place

Ride – This Is Not A Safe Place

On reprend les mêmes et on recommence. Ride a décidé de refaire équipe avec Erol Alkan, le producteur de Weather Diaries (2017). On reprend les mêmes et surtout on recommence avec un très bon disque. This Is Not A Safe Place réussit là où son prédécesseur échouait et surtout nous fait diablement plaisir.

Clairo - Immunity

Clairo – Immunity

Âgée de 20 ans, Clairo s’apprête à sortir son premier album, Immunity. Et comme dans Koh-Lanta, elle devrait être intouchable avec ce totem de l’immunité.

Mark Mulcahy - The Gus

Mark Mulcahy – The Gus

Mark Mulcahy est de retour cet été avec The Gus son sixième album solo. Mulcahy quitte les paysages de l’Amérique des ombres qu’il côtoyait sur son précédent disque, The Possum in the Driveway et débarque dans une librairie pour écrire des chansons inspirées par George Saunders. Le résultat est flamboyant.

Silver Jews - Purple Mountains

Purple Mountains – Purple Mountains

Il y a des disques auxquels on ne croyait plus. Celui des Purple Mountains est de cette trempe. David Berman, qui avait tiré le rideau des Silver Jews en 2008 revient avec un nouveau nom, des nouveaux musiciens et toujours les mêmes états d’âme. Et c’est foutrement jouissif.

Nev Cottee - River's Edge

Nev Cottee – River’s Edge

Révélé au « grand public » et surtout à la critique en 2017 grâce à Broken Flowers, son deuxième album, Nev Cottee revient avec River’s Edge. Les dix chansons de ce nouvel album reprennent plus ou moins la même formule magique que son prédécesseur et nous envoie dans les confins de la discographie de Scott Walker.