Jake Bugg – Shangri La

Jake Bugg – Shangri La
Dans quelques années la discographie de Jake Bugg risque de ressembler à la collection des albums de Martine. Après "Jake rêve d'Amérique", voilà qu'arrive le disque "Jake réalise son rêve et joue à l'Américain". On se demande déjà quel sera le titre de sa prochaine livraison ? Wall of Sound in Alabama ? Bref. Pas brillant.

Jake Bugg

Le premier disque du gusse ressemblait déjà à un plan marketing astucieux. On reprend la même recette pour Shangri La et on fait franchir l’Atlantique au jeune minet. Rick Rubin est recruté et des studios californiens sont réservés. Où est la boutique Abercrombie la plus proche s’il vous plaît ?
Mais ce qui importe, diront les optimistes ou les lampistes, c’est le talent, les chansons.
Pour les dernières, il faudra repasser. Avec des instruments de torture pour se venger. There’s A Beast and We All Feed It est insupportable et Me and you doit se demander ce qu’elle fait dans ce merdier. Les premiers singles annonçaient déjà la couleur. What Doesn’t Kill You (qui porte très mal son titre) brillait par son vide imposant. Les potards sont allumés mais on reste à quai. Épargnons nous la suite du disque.

Quoi qu’il en soit les Anglais devraient faire le boulot demain : Jake Bugg décrochera sûrement la première place des charts.
Il reste l’Amérique ? Bugg n’a de cesse de lui faire des déclarations d’amour. Kingpin pourrait attirer du client… Et encore. Shangri La est truffé de morceaux pseudo blues à la sauce anglaise pénibles. Pas sûr que les fans des Black Crowes tombent dans le panneau.

Discographie

On sauve quoi dans ce naufrage ? Pas grand chose. Jake Bugg est bon quand la fibre anglaise résonne. Messed Up Kids est donc de loin le meilleur morceau du disque : « The sky is pastel shades under breeze-block palisades ». Merci. On va en manger des lapalissades concernant ce disque. Mais comme Monsieur veut l’Amérique.
On lui répétera doucement la réflexion d’un certain Liam : Tout le monde veut réussir en Amérique, à ce qu’il parait ? Quelle ambition de merde !

Jake Bugg – Slumville Sunrise

Jake Bugg - What doen't kill you

Jake Bugg – Shangri La
4/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
5 réponses sur « Jake Bugg – Shangri La »

Carrement pas daccord. C’est un très bon disque.
Tout comme le premier.
Ce mec a vraiment du talent.

Pareil, pas du tout d’accord.
Ce disque est dans la même veine que le premier avec sa dose de blues et de folk. Il a par contre un côté plus rock que pop, contrairement à son prédécesseur. Il me paraît moins commercial.

Je te rejoins pour Messed Up Kids, qui est pour moi le meilleur morceau d’un album sur lequel il n’y a rien à jeter.

Jake Bugg continue à apporter un peu de simplicité et d’authenticité à la musique et aux modes actuelles qui en manquent singulièrement.

Comme les commentaires précédents je désapprouve totalement cet article, ce mec a vraiment du talent et ça fait vraiment du bien d’entendre autre chose à notre époque, ce qu’il fait n’est pas nouveau mais il le fait très bien, à sa façon et à même pas 20 piges je trouve ça énorme. De plus les médias lui donne un air de petit merdeux prétentieux (comme avec Liam Gallagher ou Alex Turner) ayant rencontré les trois, Jake récemment, je peux qu’affirmer le contraire, Jake est un mec très terre à terre est très humble, bref article inutile, on y apprend rien sauf votre avis.

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Primal Scream © Fabrice Buffart

Crucial TINALS #2

Le TINALS 2018 est en approche du 1er au 3 juin avec comme toujours une programmation impressionnante sous le soleil gardois dans l’antre accueillante Paloma ! L’occasion de revenir sur l’énormissime édition 2017 avec les photos de Fabrice Buffart de la deuxième journée !
TINALS 2016 © Fabrice Buffart

The TINALS countdown !

Une grande partie de la programmation du meilleur festival de la ‘non chanson d’amour’ est connue. Le festival TINALS aura lieu du 9 au 11 juin et les derniers noms seront dévoilés ce mercredi à la conférence de presse à Paloma à Nîmes.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.