Jake Bugg – Shangri La

Jake Bugg – Shangri La
Louis - 17/11/2013

Jake Bugg – Shangri La
Jake Bugg – Shangri La

Dans quelques années la discographie de Jake Bugg risque de ressembler à la collection des albums de Martine. Après « Jake rêve d’Amérique », voilà qu’arrive le disque « Jake réalise son rêve et joue à l’Américain ». On se demande déjà quel sera le titre de sa prochaine livraison ? Wall of Sound in Alabama ? Bref.
Pas brillant.

Jake Bugg

Le premier disque du gusse ressemblait déjà à un plan marketing astucieux. On reprend la même recette pour Shangri La et on fait franchir l’Atlantique au jeune minet. Rick Rubin est recruté et des studios californiens sont réservés. Où est la boutique Abercrombie la plus proche s’il vous plaît ?
Mais ce qui importe, diront les optimistes ou les lampistes, c’est le talent, les chansons.
Pour les dernières, il faudra repasser. Avec des instruments de torture pour se venger. There’s A Beast and We All Feed It est insupportable et Me and you doit se demander ce qu’elle fait dans ce merdier. Les premiers singles annonçaient déjà la couleur. What Doesn’t Kill You (qui porte très mal son titre) brillait par son vide imposant. Les potards sont allumés mais on reste à quai. Épargnons nous la suite du disque.

Quoi qu’il en soit les Anglais devraient faire le boulot demain : Jake Bugg décrochera sûrement la première place des charts.
Il reste l’Amérique ? Bugg n’a de cesse de lui faire des déclarations d’amour. Kingpin pourrait attirer du client… Et encore. Shangri La est truffé de morceaux pseudo blues à la sauce anglaise pénibles. Pas sûr que les fans des Black Crowes tombent dans le panneau.

On sauve quoi dans ce naufrage ? Pas grand chose. Jake Bugg est bon quand la fibre anglaise résonne. Messed Up Kids est donc de loin le meilleur morceau du disque : « The sky is pastel shades under breeze-block palisades ». Merci. On va en manger des lapalissades concernant ce disque. Mais comme Monsieur veut l’Amérique.
On lui répétera doucement la réflexion d’un certain Liam : Tout le monde veut réussir en Amérique, à ce qu’il parait ? Quelle ambition de merde !

Jake Bugg – Slumville Sunrise

Jake Bugg - What doen't kill you
Jake Bugg – Shangri La
2.0
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Réponses
  1. Carrement pas daccord. C’est un très bon disque.
    Tout comme le premier.
    Ce mec a vraiment du talent.

  2. Pareil, pas du tout d’accord.
    Ce disque est dans la même veine que le premier avec sa dose de blues et de folk. Il a par contre un côté plus rock que pop, contrairement à son prédécesseur. Il me paraît moins commercial.

    Je te rejoins pour Messed Up Kids, qui est pour moi le meilleur morceau d’un album sur lequel il n’y a rien à jeter.

    Jake Bugg continue à apporter un peu de simplicité et d’authenticité à la musique et aux modes actuelles qui en manquent singulièrement.

  3. Comme les commentaires précédents je désapprouve totalement cet article, ce mec a vraiment du talent et ça fait vraiment du bien d’entendre autre chose à notre époque, ce qu’il fait n’est pas nouveau mais il le fait très bien, à sa façon et à même pas 20 piges je trouve ça énorme. De plus les médias lui donne un air de petit merdeux prétentieux (comme avec Liam Gallagher ou Alex Turner) ayant rencontré les trois, Jake récemment, je peux qu’affirmer le contraire, Jake est un mec très terre à terre est très humble, bref article inutile, on y apprend rien sauf votre avis.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.

Josh Homme - Desert Session 11

Josh Homme – Desert Sessions Vol 11 & 12

En attendant un nouveau disque des Queens Of The Stone Age, Josh Homme a décidé de rempiler pour deux Desert Sessions qui, en plus d’être d’excellente facture, ont le chic de nous envoyer un shoot de nostalgie.

Bill Pritchard - Three Months

Bill Pritchard – Three Months, Three Weeks and Two Days

Il faut écouter une heure pour écouter l’impeccable réédition de Three Months, Three Weeks and Two Days de Bill Pritchard. Et il faut, comme pour Pacific Street ou Pop Satori, une vie pour s’en remettre.

Vincent Delerm - Panorama

Vincent Delerm – Panorama

Sur Panorama, l’auteur de Kensington Square ou des Amants Parallèles fait encore mieux que d’habitude et nous emporte avec son art de la photographie du quotidien.

Marie-Flore - Braquage

Marie-Flore – Braquage

Marie-Flore raconte. Et son Braquage est une histoire. Celle d’un court-circuit. D’une sortie de route. Sans trace de freinage. Ou alors si peu. Braquage, c’est l’histoire d’un tir dans le noir. D’un amour. C’était un jour, un peu d’espoir. Une histoire brutale. L’amour qui frappe et qui fait mal. Celui en qui, cette fois, on…

Mark Lanegan Band - Somebody's Knocking

Mark Lanegan Band – Somebody’s Knocking

Toc toc toc, revoilà l’ex Screaming-Trees Mark Lanegan. Composé en onze jours à Los Angeles (ville adoptive de l’artiste depuis 22 ans), Somebody’s Knocking a le mérite de remettre les pendules à l’heure et séduira les fans historiques tout comme les fantatiques de Depeche Mode.

Big Thief - Two Hands

Big Thief – Two Hands

Le robinet est ouvert… Il faut donc savoir en profiter. En quatre ans, les Big Thief ont publié quatre albums qui ont le chic d’être différents les uns des autres et de fascinants. Cinq albums si on compte le disque solo d’Adrianne Lenker, chanteuse et plume du groupe.

Chevalrex - Amiral Pop

Chevalrex – Amiral Pop

Avant de clôturer l’année 2019 de fort belle manière le temps d’un concert au 104, Chevalrex revient avec un EP, Amiral Pop et continue de flotter au dessus des flots.

Jonathan FireEater’s -Tremble Under Boom Lights

Jonathan Fire*Eater ‎– Tremble Under Boom Lights

Third Man Records fait oeuvre d’utilité publique en rééditant Tremble Under Boom Lights des feux Jonathan Fire*Eater. Sans ces derniers, Paul Banks (Interpol) serait resté seul avec ses boutons d’acné et les Yeah Yeah Yeahs ne seraient pas sortis de leur local de répétition. Vénérés (et pillés) par les Strokes, les Jonathan Fire*Eater furent le…

Mark Koelek and Petra Haden - Joey Always Smiled

Mark Kozelek with Petra Haden – Joey Always Smiled

Cinq mois après la sortie du mitigé I Also Want To Die In New Orleans de Sun Kil Moon et cinq mois avant la sortie du très attendue Mark Kozelek with Ben Boye and Jim White 2, Mark Kozelek, on se voit dans l’obligation de coller cinq sur cinq à la nouvelle collaboration de l’ex…

Champs

Champs – The Hard Interchange

Comme la fratrie White des Electric Soft Parade, la fratrie Champion ne nous a jamais déçus. Depuis 2013, Michael et David Champion, écrivent des petits merveilles pop qui font de Champs une machine à tubes.

Ilgen-Nur - Power Nap

Ilgen-Nur – Power Nap

Originaire d’Hambourg, Ilgen-Nur a 21 ans et vient d’écrire 10 belles chansons qui devraient faire plaisir à tous nostalgiques des 90’s et les fervents défenseurs d’une idée du rock.

Liam Gallagher - Why Me Why Not

Liam Gallagher – Why Me ? Why Not

Après le succès (inattendu) de son premier disque solo (As You Were – 2017), Liam Gallagher remet le couvert, gonflé à bloc, avec Why Me ? Why Not.

Metronomy – Metronomy Forever

Joseph Mount a quitté Montmartre avec femme et enfants pour retourner s’installer en Angleterre, son pays natal, mais n’a pas changé de quête : écrire la chanson pop ultime.

L'épée -Diabolique

L’Épée – Diabolique

The Limiñanas font des disques formidables. Emmanuelle Seigner fait des disques formidables. Anton Newcombe fait des disques formidables. Diabolique de L’Épée est donc un disque formidable.

Blueboy – If Wishes Were Horses

Publié en 1992, If Wishes Were Horses des Blueboy était devenu un disque qui coûtait une blinde sur le marché de l’occasion. Il ressort aujourd’hui à un prix tout à fait abordable grâce au label australien A Colourful Storm.

The Slow Show - Lust and Learn

The Slow Show – Lust and Learn

Avec ce troisième album, les Mancuniens The Slow Show réalisent un joli coup voire un coup de maître. Lust and Learn est peut-être le meilleur disque de cette rentrée. Et ce n’était pas gagné…

Life - A Picture Of Good Health

LIFE – A Picture Of Good Health

Passés inaperçus avec un premier album (Popular Music – 2017), LIFE remet le couvert cette année et devrait se faire une place au soleil avec leur nouveau bébé. A Picture Of Good Health gueule, braille et est tout sauf sage. Et on ne peut s’empêcher de l’aimer.