Ólafur Arnalds, un cœur en hiver

Ólafur Arnalds
On a du mal à croire qu'Ólafur Arnalds a commencé la musique en tant que batteur d'un groupe de metal hardcore en Islande.

Il a opéré un virage à 180° en proposant une rencontre au sommet du volcan Eyjafjöll entre une pop délicate et des sonorités acoustiques et classiques. Difficile d’évoquer un de ses concerts comme celui de L’Epicerie Moderne il y a un peu plus de 15 jours tant chaque performance est différente et touche au plus profond de l’intimité de chacun des auditeurs. Avec Ólafur Arnalds, on n’est pas là pour écouter des tubes ou dodeliner de la tête en tapant du pied.

Ólafur Arnalds – Only The Winds

Discographie

Le public retient son souffle comme jamais, les catarrheux sont miraculeusement guéris, on entend juste le bruissement des cirés des agents de sécurité. Ólafur Arnalds est un ovni musical, on pourrait le croire timide quand il demande à demi voix au public de chanter un Do pour l’enregistrer avec Mr Jobs, le sampler et s’en servir durant le concert, et pourtant il est taquin quand il raconte que ses plus grands « succès » sont arrivés par hasard sur la BO de la série Broadchurch qui aura d’ailleurs une deuxième saison ou avec des publicités alimentaires.

Ólafur Arnalds – So Close (feat. Arnór Dan)

Difficile de décrire sa musique, « les journalistes français me demandent toujours de définir ma musique », s’amuse t-il. « C’est parce que vous n’y arrivez pas vous-même, c’est ça ? ». Et pourtant, elle produit une quantité incroyable d’images dans votre cerveau, on pourrait la qualifier de musique « synesthésique », à la manière des Correspondances de Baudelaire, Comme de longs échos qui de loin se confondent, Dans une ténébreuse et profonde unité, Vaste comme la nuit et comme la clarté, Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

Ólafur Arnalds – Old Skin ft. Arnór Dan

C’est une expérience assez unique que d’écouter en live Ólafur Arnalds, cela demande de la concentration mais aussi du don de soi, il faut se laisser emporter, envahir par un flot sonore, un océan de sons amniotiques, un peu à la manière d’un Wagner et de son ouverture ébouriffante L’or du Rhin. Pourtant Ólafur Arnalds a l’ambition de faire une musique populaire. « J’écoute beaucoup de pop. Je n’en ai peut-être pas l’air mais je suis un jeune homme de mon temps, j’écoute les musiques actuelles. Je vis entouré de personnes, de technologies et d’artistes de mon âge. » Mais il faut aussi comme souvent dans la musique improprement dénommée classique, écouter les silences, les petits bruissements des instruments, le bois qui craque, les marteaux du piano qui grincent. Les trois instrumentistes se connaissent bien, ils respirent ensembles, les regards sont bienveillants même si l’on est dans une pénombre protectrice.

Ólafur Arnalds – Full Performance (Live on KEXP)

Et survient un moment de grâce dans un concert qui n’en manque pourtant pas. Victor sort de son violon une Chaconne moderne, un roller coster émotionnel, constellé de doubles et triples sons, s’amusant avec les harmoniques qui vibrent par sympathie. Et de la sympathie pour Ólafur Arnalds qu’il soit en solo, en trio ou avec des orchestres symphoniques, on en a énormément. Il revient seul pour un rappel saluer les auditeurs attentifs et subjugués de L’Epicerie Moderne de Feychzzzc’in avec cet accent inimitable. 100 concerts sur les 5 continents pour cette tournée For Now I’m Winter, et un repos de courte durée pour le plus vite possible commencer à travailler sur de nouvelles musiques troublantes et ensorcelantes.

Ólafur Arnalds – Old Skin (Live On Soundcheck)

Ólafur Arnalds & Nils Frahm – a2

Date : 13 novembre 2013

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
2 réponses sur « Ólafur Arnalds, un cœur en hiver »

Magnifique reportage sur ce grand artiste! Tout est dit! Merci Soul kitchen!

Une grande fan de ce site depuis l’Australie!

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Fondamental instrumental

Trois titres, trois univers, trois pianos. Partick Watson, Albin de la Simone et Ólafur Arnalds nous ravissent sans paroles mais toujours avec énormément d’émotions. « Et c’est mieux ? non ? »
RY X & Ólafur Arnalds - Oceans

Vidéo : RY X & Ólafur Arnalds – Oceans

Le monde devenant fou dans un pays prétendument démocratique où des lycéens sont matraqués à Bordeaux, d’autres sont marqués au feutre à Libourne, où l’on peut tout dire et surtout n’importe quoi, on remercie RY X et Ólafur Arnalds pour ces 5 minutes 39 secondes de douceur.
Low Roar © Pascal Küng

L’urgence Low Roar

« Réfléchis avec lenteur, mais exécute rapidement tes décisions. » affirmait le rhéteur antique Isocrate. Il faut prendre son temps pour écouter 0 le deuxième album de Low Roar sorti chez Tonequake Records pour goûter à cette sérénité, ce calme qui cache pourtant une âme tempétueuse. Et l’on a alors envie d’écouter prestement le trio néo-islandais sur […]

Plus dans Concerts (live reports)

Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
Waed Bouhassoun et Moslem Rahal @ Opéra National de Lyon, 14-11-2021

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.