Motoroma - Poverty

Motoroma – Poverty


Révélés plus ou moins aux oreilles de la planète indé française par leur album Calendar (album du mois chez nos confrères de Magic), les Russes de Motorama reviennent donc trois ans plus tard avec un nouveau disque : Poverty.
La recette n’a pas changé, le groupe n’a quasiment pas bougé sa philosophie d’un iota et continue tranquillement sa mue : de gros bourrins hardcore, les Motorama se transforment en concurrents sérieux à des groupes du calibre de The National.

Poverty est donc attendu au tournant. Les Motorama s’en sont peut-être rendus compte et loupent le chef d’œuvre en livrant juste un excellent disque.

Motorama

Poverty démarre doucement. Tout est là, tous les ingrédients qui ont fait que Vladislav Parshin a attiré à lui tous les orphelins de Joy Division et des Chameleons, tous les déçus d’Interpol… Mais il ne se passe pas grand chose sur ces deux ou trois premiers titres. Comme paralysés par l’enjeu, Motorama ne parvient pas à emballer l’affaire et l’auditeur comme précédemment. Corona pose les choses tranquillement et il faut attendre Dispersed Energy pour envisager de taper du pied. Sans taper du pied évidemment. C’est dur car connaissant le talent du groupe pour pondre une ligne de basse entêtante…

Une fois passé ces deux morceaux, les choses sérieuses commencent. Red Drop entame donc véritablement les négociations avec l’auditeur. La voix d’outre-tombe du défroqué Parshin, les claviers crépusculaires et les cordes qui sautillent sur un vent sibérien réchauffent les cœurs et envoient des décharges nostalgiques dans les veines.

Motorama – Heavy Wave

Évidemment en vieux roublards, les Motorama ont habilement glissé les pièces de choix au milieu du disque. Heavy Wave et Impratical Advice font parfaitement la synthèse de la discographie du groupe : l’alliance parfaite entre rigorisme post punk et fondamentalisme amoureux d’une pop qui ne dit pas son nom. C’est parfait : vous pouvez utiliser ces morceaux en soirée, à votre enterrement, lors de votre réveil, dans la voiture…
Poverty est donc le disque parfait en ces temps de disette économique.

Lottery et Write to Me feront plaisir aux nostalgiques des débuts du groupe.

Motorama - Poverty

Tracklist : Motorama - Poverty
  1. Corona
  2. Dispersed Energy
  3. Red Drop
  4. Heavy Wave
  5. Impractical Advice
  6. Lottery
  7. Old
  8. Similar Way
  9. Write To Me

Poverty est sorti le 26 janvier 2015 via le label Talitres.

Motorama sera en tournée en France (et en Belgique) et jouera les :

  • 03/02/15 : PARIS (Le Nouveau Casino)
  • 04/02/15 : NANTES (Stereolux)
  • 05/02/15 : BREST (La Carène)
  • 06/02/15 : TOURS (Le Temps Machine)
  • 09/02/15 : LILLE (L’Antre 2, Université de Lille)
  • 12/02/15 : BRUXELLES (Le Botanique)
  • 14/02/15 : STRASBOURG (La Laiterie)
Motoroma - Poverty
4.0Note finale
Avis des lecteurs 0 Avis