Motoroma - Poverty
Motoroma – Poverty

Révélés plus ou moins aux oreilles de la planète indé française par leur album Calendar (album du mois chez nos confrères de Magic), les Russes de Motorama reviennent donc trois ans plus tard avec un nouveau disque : Poverty.
La recette n’a pas changé, le groupe n’a quasiment pas bougé sa philosophie d’un iota et continue tranquillement sa mue : de gros bourrins hardcore, les Motorama se transforment en concurrents sérieux à des groupes du calibre de The National.

Poverty est donc attendu au tournant. Les Motorama s’en sont peut-être rendus compte et loupent le chef d’œuvre en livrant juste un excellent disque.

Motorama

Poverty démarre doucement. Tout est là, tous les ingrédients qui ont fait que Vladislav Parshin a attiré à lui tous les orphelins de Joy Division et des Chameleons, tous les déçus d’Interpol… Mais il ne se passe pas grand chose sur ces deux ou trois premiers titres. Comme paralysés par l’enjeu, Motorama ne parvient pas à emballer l’affaire et l’auditeur comme précédemment. Corona pose les choses tranquillement et il faut attendre Dispersed Energy pour envisager de taper du pied. Sans taper du pied évidemment. C’est dur car connaissant le talent du groupe pour pondre une ligne de basse entêtante…

Une fois passé ces deux morceaux, les choses sérieuses commencent. Red Drop entame donc véritablement les négociations avec l’auditeur. La voix d’outre-tombe du défroqué Parshin, les claviers crépusculaires et les cordes qui sautillent sur un vent sibérien réchauffent les cœurs et envoient des décharges nostalgiques dans les veines.

Motorama – Heavy Wave

Évidemment en vieux roublards, les Motorama ont habilement glissé les pièces de choix au milieu du disque. Heavy Wave et Impratical Advice font parfaitement la synthèse de la discographie du groupe : l’alliance parfaite entre rigorisme post punk et fondamentalisme amoureux d’une pop qui ne dit pas son nom. C’est parfait : vous pouvez utiliser ces morceaux en soirée, à votre enterrement, lors de votre réveil, dans la voiture…
Poverty est donc le disque parfait en ces temps de disette économique.

Lottery et Write to Me feront plaisir aux nostalgiques des débuts du groupe.

Motorama - Poverty

Tracklist : Motorama - Poverty
  1. Corona
  2. Dispersed Energy
  3. Red Drop
  4. Heavy Wave
  5. Impractical Advice
  6. Lottery
  7. Old
  8. Similar Way
  9. Write To Me

Poverty est sorti le 26 janvier 2015 via le label Talitres.

Motorama sera en tournée en France (et en Belgique) et jouera les :

  • 03/02/15 : PARIS (Le Nouveau Casino)
  • 04/02/15 : NANTES (Stereolux)
  • 05/02/15 : BREST (La Carène)
  • 06/02/15 : TOURS (Le Temps Machine)
  • 09/02/15 : LILLE (L’Antre 2, Université de Lille)
  • 12/02/15 : BRUXELLES (Le Botanique)
  • 14/02/15 : STRASBOURG (La Laiterie)
Motoroma – Poverty4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Motorama @ Sonic, Lyon | 02.11.2016

Today & Everyday avec Motorama

Un petit coup de mou en cette rentrée bâillonnée ? Ecoutez Today & Everyday de Motorama, titre aussi lumineux qu’un outre-noir de Soulages.
MaMA2020

MaMA MiA Festival 2020 !

Incontournable MaMA chaque automne. Indispensable MaMA en cette année si spéciale où Paris se doit d’être à nouveau une fête pour la musique, les musiciens et le public les 14, 15 et 16 octobre 2020 avec 130 concerts en 3 jours dans 10 salles de Pigalle.
Motorama @ Lune des Pirates 07/02/2017

Voyage au bout de la nuit avec Motorama

Vladislav Parshin est de retour avec Motorama en adoucissant son son et en prenant un virage pop. La preuve avec Second Part, le premier extrait de Many Nights.
Motorama

Les nuits de Motorama

C’est la bonne nouvelle du jour avec Motorama qui sortira son cinquième album, Many Nights le 21 septembre prochain (Talitres / L’Autre Distribution / Believe) !
Motorama @ Lune des Pirates 07/02/2017

Les victoires de Motorama et de My Favorite Horses

Une alerte météo est prévue le 29 juin 2017 à Saint-Jean-De-Védas (Languedoc-Roussillon) ! La température devrait chuter avant de remonter pour une température à faire passer Montpellier pour la Nouvelle-Orléans.

Plus dans Chroniques d'albums

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée Jim James, de Bill Frisell, de Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.
The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.
Andy Bell

Andy Bell – The View From Halfway Down

Andy Bell s’offre son premier album solo pour ses 50 ans et nous fait un joli cadeau. The View From Halfway Down, enregistré avec Gem Archer (Oasis), est un disque aux allures modestes mais qui fait le travail comme les grands.
StrawberrySeas_LP_Cover

Strawberry Seas – Strawberry Seas

2020 est une l’année horrible par excellence. La Covid, les élections américaines, les inondations… Le meilleur moyen pour quitter la tête haute cette année infernale est le disque des Strawberry Seas.
idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.