Le label Dead Oceans, basé conjointement à Bloomington (Indiana) et Austin (Texas) est comme le Messie : il transforme chaque disque en galette bénie par la Sainte Mélodie et multiplie les sorties comme aucun autre label. Après les beaux disques du brillant Destroyer et du revenant Bill Fay, c’est au tour de Kevin Morby de briller de mille feux sur la scène indépendante américaine. Et ce n’était franchement pas gagné.


Auparavant hébergé chez Woodsist (le label de Woods, logique), Kevin Morby a choisi Dead Oceans pour poursuivre ses aventures solo et tenter de se faire une place au soleil dans le secteur très occupé du folk. Entre l’arrivée sur le marché de Jonathan Wilson et son renouveau du Laurel Canyon, entre les assauts répétés de The Tallest Man on Earth et les promenades intellectuelles de Ryley Walker. C’est qu’on pourrait se lasser. Et Steve Gunn, fine gâchette chez Kurt Vile, va dégainer un disque sympathique dans quelques semaines.
2016 semble être l’année de la comète Woods. Le dernier disque de Jeremy Earl (City Sun Eater in the River of Light) est un excellent cru et Kevin Morby sort peut-être ici son meilleur album.

Kevin Morby – Dorothy

Accompagné par les musiciens du The Complete Last Waltz et d’un piano (Ferry Wheel et l’irrésistible Destroyer), Kevin Morby revient avec un tube (Dorothy) et une chanson à faire passer Calexico pour des bûcherons du Dakota du Nord. I Have Been To The Mountain évoque la mort tragique d’Eric Garner. En effet, cet Afro-Américain a été tué lors de son arrestation par la police de New-York en 2014. Comme quoi, on peut chanter comme un vieux et avoir un pied dans le réel.

Kevin Morby – I Have Been To The Mountain

De New-York, il en est au final peu question dans ce disque. Lassé par The Big Apple, l’ex-bassiste des Woods a emménagé à Los Angeles et s’est admirablement bien adapté au climat californien. Posant avec le sourire et un t-shirt Big Sur, Kevin Morby s’est acoquiné avec Sam Cohen (The Complete Last Waltz, Apollo Sunshine et Yellow Birds). Ce dernier lui signe des arrangements de toute beauté (Drunk and On A Star) et lui permet d’accomplir ses plus belles compositions. Venant d’un mec qui avait écrit Harlem River, on n’était pas trop inquiet.

Singing Saw de Kevin Morby est disponible depuis le 15 avril 2016 via Dead Oceans/PIAS.
Kevin Morby sera en concert le 6 mai 2016 à La Maroquinerie (Paris) et sera présent à l’édition 2016 de la Route du Rock.

Kevin Morby - Singing Saw

Kevin Morby - Singing Saw

Tracklist : Kevin Morby - Singing Saw
  1. Cut Me Down
  2. I Have Been To The Mountain
  3. Singing Saw
  4. Drunk and On A Star
  5. Dorothy
  6. Ferris
  7. Wheel
  8. Destroyer
  9. Black Flowers
  10. Water

Kevin Morby – Singing Saw4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Les jolis tours de Pottery

Les Raptors de Toronto viennent d’être sacrés champions de NBA, Céline Dion arrête de casser les oreilles de Las Vegas et les Pottery arrivent en France pour un concert à La Route du Rock. La semaine parfaite pour nos cousins Canadiens.
The KVB

Pas de plan B pour les KVB

Signé chez Invada Records, le label de Geoff Barrow (Portishead), KVB pourrait bien casser la baraque à la rentrée avec un nouvel album. Évoluant dans le sillon des JAMC, les KVB ont enfin trouvé la recette parfaite pour porter leur projet. Partis de Southampton, ils ont atterri à Berlin pour enregistrer Only Now Forever et…
La Route du Rock 2016

C’est parti pour la Route du Rock 2016

On ne présente plus la Route du Rock, cet incontournable festival ayant lieu à Saint-Malo, qui revient cette année pour sa 26ème édition estivale du 11 au 14 août 2016 !

Plus dans Chroniques d'albums

Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.
Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée Jim James, de Bill Frisell, de Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.
The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.
Andy Bell

Andy Bell – The View From Halfway Down

Andy Bell s’offre son premier album solo pour ses 50 ans et nous fait un joli cadeau. The View From Halfway Down, enregistré avec Gem Archer (Oasis), est un disque aux allures modestes mais qui fait le travail comme les grands.