Catégories
Chroniques d'albums

Moodoïd – Le Monde Möö

Moodoïd - Le Monde Möö

Moodoïd - Le Monde Möö
Moodoïd – Le Monde Möö

Puisqu’il faut bien que quelqu’un respecte les conventions dans cette histoire, présentons-les comme il se doit, Moodoïd est un groupe de pop-psyché française emmené par Pablo Padovani. Voilà c’est à peu près le seul signe d’humanité cohérente auquel vous aurez droit pendant les 10 prochains morceaux.

Moodoïd

Dès le début on ne sait même pas si on va aimer où détester (à la fin on n’en sait pas plus je vous rassure), les garçons veulent de la magie donne le ton d’un album aux mélodies savantes, aux arrangements venus d’ailleurs, aux paroles qui s’envolent mais aux cris qui restent. Tout sera comme ça à partir de maintenant, sons en fusions mélangés a des voix aux aigus faussement naïfs, approche jazz des chansons. L’album aurait été produit par les frères Bogdanov que ce serait pas surprenant.

Moodoïd – La Lune

Le temps d’un Yes and you beatlesien (période bleue) on se croirait presque à l’abri de la pluie radioactive sous la corniche d’une pop-song inoffensive mais non, Bongo bongo club vous chope en pleine lévitation et vous déroute (si route il y avait) le long d’un jazz a la ringardise acide-assumée qui vous amène aux trépidations très musique du monde de Les chemins de traverse… il y aurait tant à dire et si peu de temps. C’est un monde de sensations de toute façon, abandonné au prisme des perceptions, Moodoïd évoque et invoque tout un tas de choses par sa musique, chacun y trouvera son compte ou trouvera qu’il n’y a rien à trouver.

Moodoïd – La Lune

Le Monde Möö c’est un endroit où les oiseaux rampent sur le ciel et où les lacs flottent mais à l’envers si vous voyez ce que je veux dire. Trip pop acide matiné de Jazz fusion et de bien d’autre choses par forcément identifiables, l’album s’écoute en faisant le poirier tourné vers la Mecque dans le sens inverse des aiguilles d’une montre… c’est terriblement inventif, passablement brillant, pas forcément à mettre entre toutes les mains tant cette musique là semble ignorer toute convention et finalement toute logique. Enfin la logique c’est un truc de grande personne, Moodoïd c’est l’affaire de grands enfants virtuose ou de tout petits adultes, c’est au choix. De toute façon ils l’ont dit : « la lune n’appartient à personne ».

Moodoïd - Le Monde Möö

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Moodoïd - Miss Smith

Miss Smith au cénacle

Après la mue de Moodoïd en Reptile, Pablo nous présente sa Miss Smith aux multiples visages.
Juliette Armanet - Manque d'amour

Vidéo : Juliette Armanet – Manque d’amour

Juliette Armanet manque d’amour mais pas de talent. Et quand en plus le clip est réalisé par le Pablo Padovani de Moodoïd, on est assuré d’un voyage vers l’île de Cythère.
Moodoïd © David Heang

La Souterraine, passage obligé !

Vous êtes ouverts à la découverte, aux univers musicaux les plus originaux et insolites ? Le festival La Souterraine est l’événement à ne pas rater les 9 et 10 octobre à Vaulx en Velin près de Lyon.
Iñigo Montoya! - Après le serpent

Vidéo : Iñigo Montoya! – Après le serpent

Iñigo Montoya! sort un premier EP le 18 mai. Après le serpent est un titre avant coureur, véritable lavomatic musical qui transforme le jardin d’Eden en jardin des délices à la Jérome Bosch. Iñigo Montoya! – Après le serpent

Plus dans Chroniques d'albums

The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.
Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…