Catégories
Chroniques d'albums

Rancid – Honor Is All We Know

Rancid - Honor Is All We Know

Rancid - Honor Is All We Know
Rancid – Honor Is All We Know

Tim Armstrong est un auteur de chansons hors pair mais il avait oublié ce détail depuis quelques années.
Rancid, dans les années 90, mettait une fessée à tous les groupes néo-punks californiens.

Pennywise et NOFX avaient dû plier les gaules à la sortie d’And Out Come the Wolves en 1995. Armstrong, encore frêle et armé d’une crête, avait composé sans s’en apercevoir une ribambelle de hits. Qui pouvait résister à la ligne de basse d’Old Friend ? Au refrain de Time Bomb ? Personne. Après quelques millions d’albums vendus, Armstrong s’était retrouvé à composer des chansons pour Pink et avait mué Rancid en objet bizarre et peu inspiré. Les deux derniers albums de son groupe ont endormi plus d’un punk.
En 2014, Rancid revient à la recette originale sans la gloire d’antan.

Rancid

Dès le début de Honor is all we Know, on comprend que les choses vont mieux du coté de Berkeley. Les voix d’Armstrong et de Frederiksen enquillent le refrain détonnant de Back Where I Belong avant d’être rejointes par la basse érectile de Freeman sur Raise Your Fist. Une plombe que Rancid n’avait pas sonné ainsi.
L’étendard de 1977 et les t-shirts de Buju Banton sont de sortie avec le très ska Evil’s My Friend.
Les premiers moments de ce disque sont jubilatoires : c’est comme si nous retrouvions un vieil ami perdu de vue depuis une dizaine d’années.
Ne serions-nous pas en train d’écouter le digne successeur de Life Won’t Wait, le petit chef d’œuvre du groupe de 1998 ? Sûrement. Oublié le retour en arrière de Rancid (2000), oublié le MTVisé Indestructible (2003)…
Il ne restait aux membres de Rancid que leur honneur. Ils défendent donc leur dernier pré carré sur ce disque qui porte à merveille son nom.
Alors ça n’a pas la vigueur d’antan ni la fougue des années 90, mais ça a au moins le mérite d’être là.
Honor Is All We Know s’essouffle sur la durée (un comble pour un disque d’une trentaine de minutes) mais tente de remettre de l’ordre dans l’anarchie californienne. C’est toujours ça de pris.

Rancid – Collision Course, Honor Is All We Know, Evil’s My Friend

Rancid - Honor Is All We Know

Rancid – Honor Is All We Know3.0
6/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Rancid - Trouble Maker

Rancid – Trouble Maker

Dans les années 90, Tim Armstrong était touché par la grâce divine et écrivait des chansons impeccables. Le passage à l’an 2000 lui aura été fatal. En effet, depuis Rancid (2000), le groupe fait des disques à la qualité plus que discutable.
Rancid

Et une réédition pour Rancid !

Epitath, la maison mère du punk californien, s’apprête à rééditer le chef d’œuvre absolu de son catalogue. En effet, le 27 novembre 2015, ce label sortira une réédition de « …And Out Come The Wolves » de Rancid. Il y a vingt ans, Tim Armstrong tutoyait le sublime et Lars Frederiksen gueulait comme jamais. Il y a…

Plus dans Chroniques d'albums

Mansfield.TYA – Monument Ordinaire

Sans vraiment savoir pourquoi, dans Monument Ordinaire, on s’attendrait à voir des trucs. Et rien ne nous surprendrait. En écoutant, vaguement, comme ça, quelques minutes au hasard. Peut-être déjà parce que Mansfield. TYA ça ne respire pas toujours follement la joie, ça a même quelques fois une tête de sonnerie aux morts. Ou bien celle…
Mogwai - As The Love Continues

Mogwai – As The Love Continues

Sorte de bizarrerie électrique à ses débuts, Mogwai s’impose aujourd’hui comme un grand fournisseur de chansons et endosse le statut de meilleur groupe écossais.
Brisa Roché & Fred Fortuny - Freeze Where U R

Brisa Roché & Fred Fortuny – Freeze Where U R

A ma gauche, Brisa Roché, chanteuse américaine installée à Paris depuis quelques années. A ma droite, Fred Fortuny, musicien ayant travaillé avec une kyrielle d’artistes dont Da Silva. Au milieu, ce disque, Freeze Where U R, qui réchauffe les cœurs et qui a le parfum des notes de Carole King.
Kiwi Jr. - Cooler Returns

Kiwi Jr. – Cooler Returns

Pour les radins qui ont refusé de débourser une vingtaine d’euros pour Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983 – 1987 (Captured Tracks), les Kiwi Jr. représentent la solution de secours et l’ultime chance de se rattraper. Pour une dizaine d’euros, Cooler Returns, le nouveau disque de ces Canadiens promet beaucoup et donne……
Chevalrex - Providence

Chevalrex – Providence

Écrit en partie l’hiver dernier sur l’île de la Désirade (Guadeloupe), Providence prend élégamment la suite d’Anti Slogan et nous fait espérer des jours meilleurs avec des chansons puissantes et tenaces.
Strum & Thrum

Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983​-​1987

Attention. Grande compilation. Concoctée par Mike Spiner, le patron de Captured Tracks, Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983​-​1987 soulève le couvercle d’un passé riche mais totalement oublié. En effet, dans les années 80, le rock indépendant américain avait des têtes de pont formidables mais avec toute une tripotée de seconds couteaux tout…