Catégories
Chroniques d'albums

Rancid – Honor Is All We Know

Rancid - Honor Is All We Know

Rancid - Honor Is All We Know
Rancid – Honor Is All We Know

Tim Armstrong est un auteur de chansons hors pair mais il avait oublié ce détail depuis quelques années.
Rancid, dans les années 90, mettait une fessée à tous les groupes néo-punks californiens.

Pennywise et NOFX avaient dû plier les gaules à la sortie d’And Out Come the Wolves en 1995. Armstrong, encore frêle et armé d’une crête, avait composé sans s’en apercevoir une ribambelle de hits. Qui pouvait résister à la ligne de basse d’Old Friend ? Au refrain de Time Bomb ? Personne. Après quelques millions d’albums vendus, Armstrong s’était retrouvé à composer des chansons pour Pink et avait mué Rancid en objet bizarre et peu inspiré. Les deux derniers albums de son groupe ont endormi plus d’un punk.
En 2014, Rancid revient à la recette originale sans la gloire d’antan.

Rancid

Dès le début de Honor is all we Know, on comprend que les choses vont mieux du coté de Berkeley. Les voix d’Armstrong et de Frederiksen enquillent le refrain détonnant de Back Where I Belong avant d’être rejointes par la basse érectile de Freeman sur Raise Your Fist. Une plombe que Rancid n’avait pas sonné ainsi.
L’étendard de 1977 et les t-shirts de Buju Banton sont de sortie avec le très ska Evil’s My Friend.
Les premiers moments de ce disque sont jubilatoires : c’est comme si nous retrouvions un vieil ami perdu de vue depuis une dizaine d’années.
Ne serions-nous pas en train d’écouter le digne successeur de Life Won’t Wait, le petit chef d’œuvre du groupe de 1998 ? Sûrement. Oublié le retour en arrière de Rancid (2000), oublié le MTVisé Indestructible (2003)…
Il ne restait aux membres de Rancid que leur honneur. Ils défendent donc leur dernier pré carré sur ce disque qui porte à merveille son nom.
Alors ça n’a pas la vigueur d’antan ni la fougue des années 90, mais ça a au moins le mérite d’être là.
Honor Is All We Know s’essouffle sur la durée (un comble pour un disque d’une trentaine de minutes) mais tente de remettre de l’ordre dans l’anarchie californienne. C’est toujours ça de pris.

Rancid – Collision Course, Honor Is All We Know, Evil’s My Friend

Rancid - Honor Is All We Know

Rancid – Honor Is All We Know3.0
6/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Rancid - Trouble Maker

Rancid – Trouble Maker

Dans les années 90, Tim Armstrong était touché par la grâce divine et écrivait des chansons impeccables. Le passage à l’an 2000 lui aura été fatal. En effet, depuis Rancid (2000), le groupe fait des disques à la qualité plus que discutable.
Rancid

Et une réédition pour Rancid !

Epitath, la maison mère du punk californien, s’apprête à rééditer le chef d’œuvre absolu de son catalogue. En effet, le 27 novembre 2015, ce label sortira une réédition de « …And Out Come The Wolves » de Rancid. Il y a vingt ans, Tim Armstrong tutoyait le sublime et Lars Frederiksen gueulait comme jamais. Il y a…

Plus dans Chroniques d'albums

Half Japanese – Crazy Hearts

Fondé en 1975 par les frères Fair, Half Japanese est une créature artistique singulière qui possède un répertoire totalement biscornu. Adulée par Kurt Cobain, adorée par les soeurs Deal et aimée par tous les grands noms de la pop écossaise, la discographie de ce groupe s’enrichit d’un dix-neuvième disque cette semaine. Et comme depuis 1975,…
The Smashing Pumpkins - Cyr

The Smashing Pumpkins – CYR

Revenus à un son décent avec Shiny and Oh So Bright, Vol. 1 / LP: No Past. No Future. No Sun en 2018 grâce à Rick Rubin, les Smashing Pumpkins prennent tout le monde à contre-pied en laissant Billy Corgan voguer vers son groupe préféré, New Order et donc changer d’identité sonore.
The Bats - Foothills

The Bats – Foothills

Les Bats viennent de publier Foothills, leur dixième album. Comme pour les neuf premiers, le verdict sera le même : les Bats sont le meilleur groupe du monde.
J.E. Sunde - Love

J.E. Sunde – Love

Désormais hébergé chez Vietnam (Chevalrex, H-Burns), J.E. Sunde poursuit la quête qu’il a débutée une décennie plus tôt ; à savoir écrire la chanson folk parfaite. Avec ce nouvel album, Love, Sunde démontre qu’il va falloir compter sur lui en 2020. Et pour le reste de votre vie.
The Moons - Pocket Melodies

The Moons – Pocket Melodies

Très actifs au début des années 2010, The Moons s’était assagi en devenant silencieux depuis quelques années. Andy Crofts, l’homme qui se cache derrière ce groupe, avait été accaparé par son travail avec Paul Weller. 2020 nous réserve son lot de surprises tous les jours. The Moons est de retour avec un disque et s’est…
Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.