Catégories
Chroniques d'albums

Rancid – Honor Is All We Know

Rancid - Honor Is All We Know

Rancid - Honor Is All We Know
Rancid – Honor Is All We Know

Tim Armstrong est un auteur de chansons hors pair mais il avait oublié ce détail depuis quelques années.
Rancid, dans les années 90, mettait une fessée à tous les groupes néo-punks californiens.

Pennywise et NOFX avaient dû plier les gaules à la sortie d’And Out Come the Wolves en 1995. Armstrong, encore frêle et armé d’une crête, avait composé sans s’en apercevoir une ribambelle de hits. Qui pouvait résister à la ligne de basse d’Old Friend ? Au refrain de Time Bomb ? Personne. Après quelques millions d’albums vendus, Armstrong s’était retrouvé à composer des chansons pour Pink et avait mué Rancid en objet bizarre et peu inspiré. Les deux derniers albums de son groupe ont endormi plus d’un punk.
En 2014, Rancid revient à la recette originale sans la gloire d’antan.

Discographie

Rancid

Dès le début de Honor is all we Know, on comprend que les choses vont mieux du coté de Berkeley. Les voix d’Armstrong et de Frederiksen enquillent le refrain détonnant de Back Where I Belong avant d’être rejointes par la basse érectile de Freeman sur Raise Your Fist. Une plombe que Rancid n’avait pas sonné ainsi.
L’étendard de 1977 et les t-shirts de Buju Banton sont de sortie avec le très ska Evil’s My Friend.
Les premiers moments de ce disque sont jubilatoires : c’est comme si nous retrouvions un vieil ami perdu de vue depuis une dizaine d’années.
Ne serions-nous pas en train d’écouter le digne successeur de Life Won’t Wait, le petit chef d’œuvre du groupe de 1998 ? Sûrement. Oublié le retour en arrière de Rancid (2000), oublié le MTVisé Indestructible (2003)…
Il ne restait aux membres de Rancid que leur honneur. Ils défendent donc leur dernier pré carré sur ce disque qui porte à merveille son nom.
Alors ça n’a pas la vigueur d’antan ni la fougue des années 90, mais ça a au moins le mérite d’être là.
Honor Is All We Know s’essouffle sur la durée (un comble pour un disque d’une trentaine de minutes) mais tente de remettre de l’ordre dans l’anarchie californienne. C’est toujours ça de pris.

Rancid – Collision Course, Honor Is All We Know, Evil’s My Friend

Rancid - Honor Is All We Know

Rancid – Honor Is All We Know
6/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

Rancid - Trouble Maker

Rancid – Trouble Maker

Dans les années 90, Tim Armstrong était touché par la grâce divine et écrivait des chansons impeccables. Le passage à l’an 2000 lui aura été fatal. En effet, depuis Rancid (2000), le groupe fait des disques à la qualité plus que discutable.
Rancid

Et une réédition pour Rancid !

Epitath, la maison mère du punk californien, s’apprête à rééditer le chef d’œuvre absolu de son catalogue. En effet, le 27 novembre 2015, ce label sortira une réédition de « …And Out Come The Wolves » de Rancid. Il y a vingt ans, Tim Armstrong tutoyait le sublime et Lars Frederiksen gueulait comme jamais. Il y a […]

Plus dans Chroniques d'albums

Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.
The Killers - Pressure Machine

The Killers – Pressure Machine

Entouré par Springsteen et par John Steinbeck, Brandon Flowers poursuit sa quête de la chanson parfaite et nous emmène dans les terres de son enfance.
Vikken

Vikken – Joie

Vikken et sa Joie ont tous deux le sens de la débâcle. Un côté Charlie Chaplin de la folle déprime, face à une grosse machinerie bête et informe, qui fixe, qui normalise, qui nécessairement finit par s’emballer, et qui ne s’arrête plus, et qui envoie valser en l’air à grands coups de beats électro tout […]
Francis Lung - Miracle

Francis Lung – Miracle

L’ex-membre de WU LYF a bien fait de nommer son nouveau disque Miracle. Les 13 (tiens tiens, ce nombre..) chansons font de nouveau croire en lui.