Catégories
Chroniques d'albums

Foo Fighters – Sonic Highways

Foo Fighters - Sonic Highways

Foo Fighters - Sonic Highways
Foo Fighters – Sonic Highways

Huitième disque des Foo Fighters, Sonic Highways devrait en toute logique se vendre à quelques millions d’exemplaires et susciter l’enthousiasme général lors d’une tournée mondiale jouée à guichets fermés. Étonnant. Car il n’y a pas de quoi se relever la nuit.

Ce disque validerait la fameuse théorie de « si ce type n’avait pas été le batteur de Nirvana, les Foo Fighters seraient restés bloqués dans leur cave ». C’est pas faux. C’est pas tout a fait vrai non plus car Grohl après des années de vaches maigres avait sorti un excellent premier disque et avait continué à écrire quelques bonnes chansons à la fin des années 90. Et puis le niveau a baissé et la popularité a augmenté. Un vrai cas d’école. Avec Sonic Highways, les FF comme ont dit dans le milieu devrait être encore plus populaire.

Foo Fighters

Et ça gueule, ça gueule. Pour rien ! Les premiers titres de Sonic Highways fatiguent. Des coquilles de noix vides chargées de Red Bull et d’amphétamines qui ne possèdent aucune qualité. Remarquez, on a été prévenu avec le titre du premier morceau : Something from Nothing. Un fan averti des Foo Fighers en vaut deux. Ou plus. On nous répondra, bien gentiment, que si nous sommes insensibles aux premières notes de ce disque, c’est que nous sommes imperméables aux qualités du concept qui accompagne l’œuvre. En effet, Sonic Highways retrace plus ou moins l’histoire du rock américain et chaque morceau est intimement lié à une ville. Chicago, Austin, Nashville, Los Angeles, Seattle, New Orleans, Washington D.C. et New York font partie des heureuses élues. La chaîne H.B.O, boite qui transforme des étrons en lingots d’or, se charge du dossier. Dans quelques jours sera diffusé l’épisode montrant les Foo Fighters revenir d’Austin et se lançant à l’assaut de la Cité des Anges. Tout un programme… Un épisode dans le désert c’est possible ?

Foo Fighters – What Did I Do? / God as My Witness

La seconde moitié de Sonic Highways s’avère de bien meilleure facture. La production de Butch Vig (sensationnel sur Wasting Light) met en avant les qualités des deux seuls bons morceaux du disque que sont I Am A River et Outside. Avec ces deux titres, l’auditeur épuisé aura fait le tour des cotés sympathiques de l’album. Sur le reste du disque, Dave Grohl gueule comme jamais mais gueule dans le vide. Un véritable exploit !
Retournons à nos premiers amours et allons écouter l’E.P de Big Me.

Tracklist : Foo Fighters - Sonic Highways
  1. Something From Nothing
  2. The Feast and the Famine
  3. Congregation
  4. What Did I Do?/God As My Witness
  5. Outside
  6. In the Clear
  7. Subterranean
  8. I Am a River
Foo Fighters – Sonic Highways1.0
2/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
23 réponses sur « Foo Fighters – Sonic Highways »

Salut,

On a pas du écouter le même album. Je comprend pas un instant votre critique, à moins que vous tentiez de faire du gorafi ?

Plutôt du même avis que Louis, il est sacrément mauvais cet album !
Ou sont passés les Everlong, best of you, the pretender, monckey wrench, bridge burning, all my life, learn to fly et j’en passe ?

Encore une de ces critiques faciles de « haters »…Dire que le niveau à baissé après les années 2000, c’est ton humble avis mais c’est totalement injustifié. A mon avis tu as un problème avec Dave Grohl ;) Je me trompe ?
Non, le groupe évolue et ce depuis un certain nombre d’années déjà. Les Big me et autres Everlong qui nous enchantaient étant ados ne figurent plus dans leur écriture..ce n’est pas nouveau alors calme le jeu et fais un effort d’écoute plus approfondi, c’est la moindre des choses.
En attendant reste dans ta cave et ne donne plus jamais ton avis sur un disque des foo fighters j’entends bien ;)
Tchou !

Cette chronique aurait presqu’était respectable si son auteur n’avait pas écrit la dernière ligne, en rapport avec Big Me. Là, je me suis vraiment marré (..), le type est bloqué en 95. C’est du même niveau que le mec qui vient te dire que la meilleure période de Radiohead, c’était Creep.
Bref, c’est pas sérieux tout ça. Et puis, la chronique qui tombe le 9 novembre alors que l’album n’est sorti que le 10, repoilade.
Allez, tout juste écouté, tout juste digéré, faut pondre un papier. Ca sent l’écoute « vite fait, mal fait » sur des HP de PC.
Bon, je ne suis pas là pour crier au génie, juste pour remettre un peu les choses à leur place.

Cher David, on a hâte de lire ton papier de ‘lovers’. ;-) ce webzine est un site bénévole d’amateurs de musique qui n’est pas destiné à convaincre qui que ce soit de quoi que ce soit, juste à donner un avis parmi tant d’autres, même au sein de l’équipe qui l’anime. Après que tu ne sois pas d’accord avec le billet ne pose aucun problème.
Cher Billy31, ce commentaire aurait presque été respectable si tu n’omettais pas que cet album avait fuité depuis quelques temps et comme une journée compte 24 heures et que l’album dure une quarantaine de minutes laborieuses, Louis se l’ait écouté un certain nombre de fois.
Char Alain G, et oui, les FF c’est fou ! Et comme ils disent « something from nothing » ou l’inverse ;-)

Premier morceau pas mal. Quelques bon trucs ici et là.
Et donc ? vous vous en contentez ? Après la bombe qu’est « wasting light » cet album fait pâle figure.
Absence de chanson, mélodie faiblarde, longueur…on ne retient rien, un brouet fade et insipide qui ne mène nul part. De temps a autre, un sursaut. On y croit, on lève un sourcil, tend l’oreille et puis non, le soufflet retombe. La recette est pourtant la même( mur de guitares enchevêtrées, montées en puissance, explosion du genre « dans ta gueule » avec la voix de Grohl qui mène la charge. Et quand ça marche on a droit au meilleur. Cocktail explosif du genre : « walk » « all my life » ou « pretender »…là on oscille entre le pire et l’insignifiant.
J’aime beaucoup Grohl et les foofighters, ça ne m’empêche pas de garder mon objectivité lorsque je juge ma propre came. Vu vos réactions ( vous lecteurs ) à cette chronique, je crois que vous oubliez de faire preuve de discernement.
On peut « objectivement » taxé cet album de « concentré de merde ». Je ne voit pas ce que vous arriver a y trouver.

Evidemment que j’étais au courant sur la « sortie avancée » de l’opus. Ce que je souhaitais démontrer, c’était cette vitesse avec laquelle il faut que tout soit dit avant tout le monde, en un temps record.

Combien de fois chroniquez-vous un album dans les heures qui suivent sa sortie ? Combien de fois passez-vous à côté de l’essence même d’un disque ? On n’est pas en train d’évoquer un groupe d’ados qui auraient sorti leur 1er album (…). On parle d’un groupe confirmé, de musiciens doués et exigeants. Peut-être devrions-nous tous prendre le temps d’apprécier cette nouvelle livraison, d’essayer d’en comprendre les motivations avant d’en tirer des conclusions aussi négatives.
Qu’attendez Louis au moment d’appuyer sur « play »? The Colour and The Shape 2? Le ré-enregistrement du 1er Foo Fighters comme l’avait évoqué Dave Grohl pour fêter les 20 ans, puis refusé par Taylor Hawkins parce que ça n’apporte strictement rien à leurs parcours?

Les Foos nous ont livré un album différent, puisque les conditions de composition et d’enregistrement l’étaient aussi. Ils ont pris le risque de déplacer leurs propres lignes. Ecoutez les arrangements cuivres, cordes, claviers, flûte. Le bass-bat n’a jamais aussi bien fonctionné, tout est appuyé à l’unisson. Les mélodies se font plus discrètes pour mieux nous saisir, comme sur le morceau « I am a river ». Ils se sont autorisés des structures plus libres avec des passages plus long, pour leur permettre de développer certaines ambiances proches du Blues (« Outside »). « In the clear » repose sur une orchestration cuivrée et chaleureuse. « Subterranean » est une ballade qui tient son originalité à de multiples changements de grilles rythmiques. « What did I do » emprunte des couleurs au meilleur de Queen/Beatles. N’oublions pas que cet album se veut conceptuel et un hommage au Rock. « Something from nothing » est clairement le morceau le plus progressif qui démarre très pop, passe par des ambiances Led Zepplinienne voire psyché pour finir dans du brûlant à la Motorhead. »The feast and the famine » est le morceau le plus Foo Fightersesque de l’album. Enfin, « Congregation » se compose de 2 parties, la 1er est assez classique et la 2nd est une montée avec dialogue de guitares.

Bref, tout est une question de goût et de subjectivité. Mais entendre que les morceaux sont faibles, peu inspirés et dispensables, sans autres explications, n’est pas recevable pour moi. Si la critique est développée et démontrée, je suis preneur, d’autres l’ont fait sur d’autres pages et elles sont justifiées.

A vos claviers…

Merci à toi Billy31 pour ta critique que je partage sous toutes les lignes ! T’as un webzine toi aussi ;)
En ce qui me concerne j’ai toujours beaucoup de mal à les lire les papiers torchés, injustifiés et sans aucun investissement particulier. Et de plus en insultant le susnommé Dave grohl et même le groupe.
(N’appartenant à aucun mouvement sectaire des Foos ou de autre Nirvana), je trouve que ce mec est une des rares personnes à converser l’état d’âme du « rock » aux yeux du grand public, un rock à la fois moderne et en empruntant ses héritages musicaux aux pionniers du genre. Un groupe confirmé qu’on aime ou qu’on aime déteste (les goûts et les couleurs). Mr Dave Grohl possède les moyens, un nom et une réputation dans la musique et ben alors ? Ce n’est pas pour nous faire du Motley Crue avec des parcs d’attractions sur scène !! C’est juste du partage, de la passion, et ils le confirment encore sur leur nouvel album dont le concept se révèle finalement salvateur (Série Télé comprise).

> Guimauve : Merci de ta réponse, je suis simplement tombé par hasard (et tant mieux) sur ton webzine qui est d’ailleurs très sympathique ;)
Ce qui l’est moins c’est de « donner un avis » comme tu dis sur un disque sans fondement particulier et de se foutre de la gueule du groupe au passage. C’était peut-être voulu ? En sachant que ça ramènerait de la visite et du feedback. Un peu d’objectivité ne fait jamais de mal…A moins que ce soi le style de la maison ?! Je n’ai pas encore pris le temps de trop vous lire mais je vais rester fidèle je pense ;)

Non parce que j’ai lu cet article également lol
https://www.soul-kitchen.fr/51012-foo-fighters-sonic-highways

Visiblement Louis n’aime pas du tout le nouvel album et le groupe carrément ^^

Bises

Faire une démonstration sur du vide ne fait pas partie de mes compétences.

Maintenant, cessez votre argumentaire de vendeur de Hi-Fi de chez Darty et aimez ce disque si l’envie (ou le mauvais goût) vous en prend.

Bon vent.

Louis, on t’a jamais contredit de ta vie on dirait ? C’est chiant quand des gens sont pas d’accord ;)
Faut faire autre chose dans ce cas…

Si si.
Aucun problème si quelqu’un aime ce disque voyons.
C’est de jouer aux grenouilles de bénitier qui agace.
Et je me passe volontiers de vos conseils de réorientation.

Billy 31 :
« On parle d’un groupe confirmé, de musiciens doués et exigeants », tout le monde est d’accord je crois, personne n’a dit le contraire. Et donc ? Depuis quand être bon musicien empêche de sortir de mauvaise chanson ?

« Ecoutez les arrangements cuivres, cordes, claviers, flûte. Le bass-bat n’a jamais aussi bien fonctionné, tout est appuyé à l’unisson. » Wow ! super ! la qualité des arrangements est top ! Vraiment j’en ai la larme a l’œil ! Encore une fois, si ça ne sert pas un morçeau ça sert a quoi?

Les mélodies se font plus discrètes

moi je crois qu’il y en a pas.
Je pourrais continuer ainsi avec tout tes arguments.
Tout cela est vrai mais n’est en aucun cas un gage de qualité ni ne garantie un bon album. On est chez les FooFighters, un groupe moyen qui de temps a autre pond des trucs super. C’est du rock, qui bien que construit et contenant une foule d’arrangement reste « direct ». Pas besoin de 53 écoutes pour savoir si c’est bon ou pas. C’est des mecs qui révèlent le meilleurs d’eux même quand ils pondent des chansons. Et le reste ( que tu cites ) c’est la cerise sur le gâteau. Mais si il n’y a pas de morceau, ca ne sert a rien, c’est du vent.

punkgachette: une fine gachette que voilà!

Ce disque ne comporte aucune chanson digne de ce nom. A la différence du précedent disque et de quelques titres éparpillés sur les autres disques. Et c’est un groupe qui va remplir deux fois Wembley: c’est vraiment la crise dans tous les domaines.

Billy 31 > Qui dit : Des mélodies plus discrètes, je crois qu’il y ‘en a pas, etc..Bref !
Y’en a 2 qui s’y mettent !
Sur ceux ce fut un plaisir ;)
Buvez votre oasis et oubliez les Foo Fighters les gars !

David > Pas question d’oublier ce groupe. Comme dit plus haut je les aimes beaucoup et je possède même plusieurs de leurs albums fièrement exposés dans ma discothèque. Puis je ne voudrai pas passer a cotés d’un nouveau « wasting light » ( oui je sais, je suis chiant avec cet album, mais quel album !! )
C’est juste que là c’est nul.
Encore une fois, ce n’est pas parce que qu’on aime un groupe que l’on doit laisser son sens critique et son objectivité au placard. Ce truc est un des pire opus du groupe. Y’a qu’a réécouter leurs discographie.

Très bien, je vois qu’il est tout simplement impossible de dialoguer avec passion, mais dans le calme ici. Je ne reste pas plus longtemps, ne souhaitant pas avoir à justifier quoi que ce soit…
Quoi que, Louis, si tu ne sais pas faire de démonstration sur du vide, comme tu l’écris (le cri) si bien, il ne fallait pas nous pondre le papier le moins inspiré de toute la presse musicale.
Sur ce, bonsoir Messieurs les censeurs.

Qui perd son calme ici si ce n’est toi en parlant de censure alors que tous les commentaires ont été postés. Peut être revoir la définition du mot censure en plus de revoir sa grammaire ;-) ;-) ;-) ;-) je multiplie les ;-) on ne sait jamais !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Foo Fighters - Sonic Highways

The Foo Fighters : The Famine Fighters ?

Foo Fighters – Sonic Highways Et dans la série « Les Mystères de l’Ouest », les Foo Fighters. Comment ce groupe a t-il fait pour devenir si énorme ? Non parce qu’à part un premier disque correct et quelques singles sympathiques, pas de quoi remplir des stades. Bah si. Perdu. Le huitième album débarque le 10 novembre…
Programmation Rock En Seine 2011

Programmation Rock En Seine 2011

Alors que la programmation était dévoilée au compte goutte jusqu’ici, voici enfin le programme complet, scène par scène et heure par heure de cette édition 2011 de Rock En Scène, toujours situé dans le cadre très agréable du Domaine National de Saint-Cloud. Ce seront les anglais d’Archive qui clôtureront le dimanche 28 août le festival…

Plus dans Chroniques d'albums

The Bats - Foothills

The Bats – Foothills

Les Bats viennent de publier Foothills, leur dixième album. Comme pour les neuf premiers, le verdict sera le même : les Bats sont le meilleur groupe du monde.
J.E. Sunde - Love

J.E. Sunde – Love

Désormais hébergé chez Vietnam (Chevalrex, H-Burns), J.E. Sunde poursuit la quête qu’il a débutée une décennie plus tôt ; à savoir écrire la chanson folk parfaite. Avec ce nouvel album, Love, Sunde démontre qu’il va falloir compter sur lui en 2020. Et pour le reste de votre vie.
The Moons - Pocket Melodies

The Moons – Pocket Melodies

Très actifs au début des années 2010, The Moons s’était assagi en devenant silencieux depuis quelques années. Andy Crofts, l’homme qui se cache derrière ce groupe, avait été accaparé par son travail avec Paul Weller. 2020 nous réserve son lot de surprises tous les jours. The Moons est de retour avec un disque et s’est…
Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.
Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée de Jim James, Bill Frisell, Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.