Catégories
Chroniques d'albums

I Love You but I’ve Chosen Darkness – Dust

I Love You But I've Chosen Darkness
I Love You But I've Chosen Darkness
I Love You But I’ve Chosen Darkness

Après huit ans d’absence, les Texans d’I Love You but I’ve Chosen Darkness reviennent avec un nouvel album nommé Dust : les accros du morceau d’According To Plan viennent donc de faire un arrêt cardiaque.
Pour les survivants, il faudra se dépêcher car le label français Monopsone qui distribue ce disque dans nos contrées ne dispose pas d’une grande quantité de matériel.
Pour les Américains, c’est le label Secretly Canadian (The War on Drugs) qui se charge de distribuer la bonne parole.
Darkness & Secretly : le hasard et l’alliance des mots est en accord avec la situation du groupe. ILYBICD (pour les intimes) verse peu dans l’autopromotion et les masses versent leurs économies dans l’achat d’autres disques.
Avec Dust, les Texans risquent encore d’être l’un des secrets les mieux gardés de la planète. Tant mieux pour nous.

I Love You but I’ve Chosen Darkness

La sortie de Dust risque d’avoir des conséquences sismiques dans la discothèque de certaines personnes : certains iront mettre au feu l’intégralité des disques d’Interpol et d’autres remiseront au placard la compilation des Chameleons de Tonton. En effet, le calibre utilisé par ces Texans devrait faire beaucoup de dégâts collatéraux.

I Love You but I’ve Chosen Darkness – Faust

Mise en scène par Paul Barker de Ministry, la musique de Christian Goyer et de Jason McNeely a gardé toute son élégance.
Un tantinet moins sombre que Fear Is On Our Side, disque qui a traumatisé plus d’un fan de Robert Smith en 2006, la Blitzkrieg texane de Dust fonctionne à merveille.
Le premier extrait, Faust, mis en ligne il y a quelques semaines, a joué son rôle en faisant sauter les premières lignes de défense. Magnanimes et aimables, les I Love You but I’ve Chosen Darkness offrent un temps de repos avec les très beaux et calmes Stay Awake ou Safely. Faux temps mort puisque le tacticien en chef Goyer envoie les Panzers et l’artillerie lourde avec Come Undone, pièce maitresse de Dust avec ses 5 minutes 20 de basse martiale. Fichtre que c’est bon.
Exsangue dès la moitié du disque, l’auditeur devra subir un coup de grâce long d’une vingtaine de minutes.
The Suns Burns Out et WAYSD guillotinent à tout va. On se remet la tête sur les épaules et on en redemande.

I Love You but I've Chosen Darkness - Dust

Tracklist : I Love You but I've Chosen Darkness - Dust
  1. Faust
  2. Stay Awake
  3. Heat Hand Up
  4. Safely
  5. Come Undone
  6. Walk Out
  7. You Are Dead To Me
  8. 69th St. Bridge
  9. The Sun Burns Out
  10. WAYSD
I Love You but I’ve Chosen Darkness – Dust5.0
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
5 réponses sur « I Love You but I’ve Chosen Darkness – Dust »

Merci pour cette chronique. Cela nous très plaisir car cet album nous a demandé des années d’insistance et d’abnégation auprès du groupe… et le résultat est à la hauteur de nos espoirs. Le disque est donc disponible à travers le monde sur monopsone (Secretly Canadian ne fait « que » le distribution en Amérique du Nord).

Pour les intéressés: il n’y a pas de version CD de l’album et seul le MP3 (et le 33Tours) est proposé sur le site officiel. J’ai trouvé à la vente une version flac sur bleep.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.
Jason Molina - Eight Gates

Jason Molina – Eight Gates

Secretly Canadian publie à titre posthume les ultimes enregistrements de Jason Molina. Les chansons d’Eight Gates ont été enregistrées en 2013, quelques mois avant la mort de son auteur. Sur ces neuf pistes, Molina oublie les guitares de Magnolia Electric et se projette dans les nuits sombres de The Lioness.
Jason Molina © Steve Gullick

Le testament à l’anglaise de Jason Molina

Tragiquement disparu à l’âge de 39 ans en 2013, Jason Molina (Songs: Ohia et Magnolia Electric Co) a laisse derrière lui quelques secrets dont ce disque, Eight Gates, enregistré à Londres entre 2007 et 2008 que Secretly Canadian publiera cet été.

Tout va bien avec Every Bad !

Tout va bien donc avec Porridge Radio qui nous claque un uppercut avec ce nouveau disque, le tristement bien nommé Every Bad.
Stella Donnelly - Beware

Stella Donnelly – Beware of the Dogs

Est-ce que Stella Donnelly allait nous décevoir ? L’australienne, révélée par l’EP Trush Metal en 2017 passe par la case album et se doit de confirmer tout le bien que l’on pense d’elle.

Donnelly donne le la

Stella Donnelly nous avait ébloui avec Trush Metal en 2018. Elle devrait poursuivre sur la même lancée avec son premier album, Beware of the Dogs.
Jason Molina © Steve Gullick

[1999 – 2019] Come Back To Songs: Ohia

Prélude des sombres et sensibles The Lioness (récemment réédité) et Ghost Tropic, Axxess & Ace est le disque trop souvent oublié de Jason Molina. Avant d’enrichir son propos avec Magnolia Electric Co., Molina se soigne en chantant. Sur Axxess & Ace, il est question de manière brutale d’amour. Enregistrées par Michael Krassner (Califone, Simon Joyner,…

Plus dans Chroniques d'albums

The Bats - Foothills

The Bats – Foothills

Les Bats viennent de publier Foothills, leur dixième album. Comme pour les neuf premiers, le verdict sera le même : les Bats sont le meilleur groupe du monde.
J.E. Sunde - Love

J.E. Sunde – Love

Désormais hébergé chez Vietnam (Chevalrex, H-Burns), J.E. Sunde poursuit la quête qu’il a débutée une décennie plus tôt ; à savoir écrire la chanson folk parfaite. Avec ce nouvel album, Love, Sunde démontre qu’il va falloir compter sur lui en 2020. Et pour le reste de votre vie.
The Moons - Pocket Melodies

The Moons – Pocket Melodies

Très actifs au début des années 2010, The Moons s’était assagi en devenant silencieux depuis quelques années. Andy Crofts, l’homme qui se cache derrière ce groupe, avait été accaparé par son travail avec Paul Weller. 2020 nous réserve son lot de surprises tous les jours. The Moons est de retour avec un disque et s’est…
Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.
Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée de Jim James, Bill Frisell, Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.