Catégories
Chroniques d'albums

dEUS – Selected Songs 1994–2014

dEUS - Selected Songs 1994–2014

dEUS -  Selected Songs 1994–2014
dEUS – Selected Songs 1994–2014

La nouvelle compilation des belges de dEUS possède un titre un peu moins définitif que la précédente. En effet en novembre 2001, Tom Barman et les siens publiaient une compilation intitulée « No More Loud Music ». En 2014, une séparation et quatre albums plus tard, voilà Selected Songs 1994–2014, une compilation qui résume parfaitement la carrière du groupe d’Anvers. Selected Songs 1994–2014 remet les choses à l’endroit…

dEUS

Objet séduisant (les photographies du livret tiré du livre « dEUS » sont superbes), Selected Songs 1994–2014 et son enchevêtrement de chansons mérite beaucoup de compliments. Et un seul reproche.

dEUS – Instant Street

L’ordre des morceaux permet de naviguer à vue dans une discographie riche. Vingt ans que Tom Barman et Klaas Janzoons sont occupés à placer Anvers sur une carte de l’Europe du rock, ça laisse le temps de composer quelques chansons sensationnelles. Et de se dire quand son temps (c’est à dire les années 90), dEUS était sacrément sous-estimé. Selected Songs 1994–2014 permettra de se replonger dans un début de discographie qui ne laisse que des miettes aux groupes anglais (on n’a pas dit Radiohead…). Qui peut mieux faire que The Ideal Crash ? Personne. Mètre étalon du groupe, Barman tente de le dépasser depuis sa parution. La chose est complètement loupée avec le très lourdingue Pocket Evolution présent ici notamment avec The Real Sugar. Et comme il ne faut jamais dire jamais, on se dit qu’avec ses deux derniers albums en date, dEUS pourrait donner une suite époustouflante à ces fichues années 90. Quatre mains et les titres tirés des albums Keep You Close et Following Sea sont essentiels à la bonne tenue de cette compilation.

dEUS – Quatre Mains

Un seul défaut pourtant. Tom Barman a un défaut en commun avec Noel Gallagher : celui de refiler une compilation sans aucun inédit. Noel Gallagher a fait le coup deux fois. A qui s’adresse donc cet objet ? Aux fans. Remerciez-les d’exister en refilant des bonbons secrets.

Tracklist : dEUS - Selected Songs 1994–2014
  1. Instant Street
  2. The Architect
  3. Little Arithmetics
  4. Constant Now
  5. Hotellounge (Be The Death Of Me)
  6. Slow
  7. Roses
  8. Via
  9. Quatre Mains
  10. Fell Off The Floor Man
  11. Sun Ra
  12. Suds & Soda
  13. Theme from Turnpike
  14. Ghost
  15. Bad Timing
  16. The Real
  17. Sugar
  18. Nothing Really Ends
  19. Serpentine
  20. Magic Hour
  21. Eternal Woman
  22. Right As Rain
  23. Include Me Out
  24. 7 Days 7 Weeks
  25. Nothings
  26. Wake Me Up Before I Sleep
  27. Smokers Reflect
  28. Secret Hell
  29. Magdalena
  30. Disappointed in the Sun
  31. Twice (We survive)
dEUS – Selected Songs 1994–20144.5
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
1 réponse sur « dEUS – Selected Songs 1994–2014 »

Pas d’accord avec le « très lourdingue » Pocket Revolution qui est d’une très bonne facture à côté de Vantage Point (peut être que le chroniqueur a confondu?) et qui a son lot de titres particulièrement réussis: Bad Timing, Sun Ra, The real sugar, Start/stop nature, Include meout,If You Don’t Get What You Want, Pocket Revolution… Chansons qui, contrairement à ce qui est écrit dans la chronique, font (presque) tous parti de la playlist. PR est un album de survi qui pêche peut être par une production légèrement en deçà de The Ideal Crash (l’album a été produit par dEUS) mais qui n’a pas à rougir de son prédécesseur. Album de survi car celui ci n’a faillit pas sortir du tout. Le groupe a d’ailleurs faillit splitter suite à une énième et ultime engueulade avec le guitariste Craig Ward qui quitta le navire brutalement au début de l’enregistrement de l’album…
Cela dit, je suis d’accord avec le fait que le groupe aurait pu au moins glisser un ou deux inédits dans cet inventaire plutôt bien foutu quand même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Balthazar - Epicerie Moderne © David Heang

Balthazar, la myrrhe du son

On savait que Balthazar était né sous une bonne étoile, mais c’était sans compter les prodiges de Genghar.
dEUS – Following Sea

dEUS – Following Sea

Keep You Close, le dernier album de dEUS, groupe belge de référence, paraissait en 2011. Un recueil de chansons pop, biens sous tous rapports, mais qui avait laissé les fans du groupe de rock sur leur faim. Et aujourd’hui, comme par magie, moins d’un an après la sortie de leur dernier album, le groupe sort…
Musiques En Stock 2012 - Cleet Boris

Musiques en Stock 2012

Musiques En Stock 2012 – Cleet Boris Le plus bédéphile des festivals musicaux, Musiques en Stock (à Cluses en Haute-Savoie) vient de livrer sa fabuleuse programmation 2012.

dEUS & Balthazar @ Le Trianon

dEUS @ Musilac 2011 Moyenne d’age, trente ans dans la salle du Trianon qui accueille dEUS venu défendre Keep You Close sur scène. C’est Balthazar qui ouvre le bal.
dEUS – Keep You Close

dEUS – Keep You Close

Sans qu’il y ait à vraiment débattre, on peut dire que dEUS est LE groupe de rock belge, on peut même ajouter que le groupe met la pâté à 98% des groupes de pop rock européens. Après Vantage Point en 2008 le groupe revient avec Keep You Close.
Salle : L'Epicerie Moderne

Dans la cage à Lyon

L’Epicerie Moderne (Feyzin) C’est aussi la rentrée des classes pour les salles de concerts lyonnaises qui ont affûté leur programmation afin de proposer des soirées de qualité. Première étape avec le Transbordeur et L’Epicerie Moderne.
Eels @ Musilac 2011

Musilac a fêté ses 10 ans

Musilac fêtait ses 10 ans avec pour parrain cette année, Luc Barruet, fondateur de l’association Solidarité Sida et du Solidays.

Plus dans Chroniques d'albums

The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.
Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…