Noel Gallagher - Chasing Yesterday

Noel Gallagher – Chasing Yesterday


Comme à chaque sortie d’un disque de Noel Gallagher, on a l’espoir de retrouver ce sentiment d’invincibilité qui nous a inondé quand la platine a fait crépiter les premiers accords de Rock’n’roll star en 1994 ou quand l’écran de la télévision a explosé à cause des pales du rotor de l’hélicoptère du clip de D’You Know What I Mean? en 1997.
Évidemment, comme à chaque sortie d’un disque de Noel Gallagher, on se fait plus ou moins avoir. Pour le sentiment d’invincibilité, on repassera et on ira voir ailleurs. Pour la nostalgie et une soirée au coin du feu, on a trouvé le bon magasin. Alors que le premier disque solo de l’animal s’appuyait sur un héritage très sixties et était relativement homogène, Chasing Yesterday nous fait basculer dans les années 70 pour un parcours de montagnes russes qui pourrait s’avérer usant.

Noel Gallagher’s High Flying Birds

Liam Gallagher et ses Beady Eye dissolus pour cause de ventes relativement catastrophiques, Noel Gallagher se retrouve donc seul à tenir le bar. Lors du divorce, Liam Gallagher était parti avec le contenu des bouteilles, Noel avait gardé les cadavres. C’est le problème de Chasing Yesterday. Si ça joue plus détendu du slip que sur le premier album, Noel Gallagher nous refourgue ni vu ni connu quelques étrons que Liam aurait refusé de chanter. On voit déjà la scène dans le studio d’enregistrement entre les deux frangins et on regrette ces instants bénis.
Que viennent faire Lock All The Doors et The Mexican sur le disque d’un type qui a écrit Sad Song et Supersonic ? On se le demande.
Liam, reviens, il est devenu tout mou.

Chasing Yesterday possède tout de même de belles chansons. Noel Gallagher a évidemment encore cousu à la main des mélodies imparables (The Dying of The Light) et balance à la pelle des grenades pop à faire pleurer la jeune garde (You Know We Can’t Go Back). Évidemment nous sommes dans le convenu alors qu’on nous promettait le 14 juillet 1789 à l’anglaise. While the Song Remains the Same et ses flashs psychédéliques sont une petite révolution pour Gallagher : c’est qu’au royaume de la pantoufle, Noel est roi.
Enregistré à Londres, produit par lui même et sans doute aidé par les fidèles Terry Kirkbride et Johnny Marr (Ballad Of The Mighty I), Chasing Yesterday fait moins collet monté que son prédécesseur et bénéficiera donc d’un capital sympathie bien plus grand.

Évidemment, comme à chaque sortie d’un disque de Noel Gallagher, on courra l’acheter le jour de sa sortie.

Noel Gallagher’s High Flying Birds – Ballad Of The Mighty I

Chasing Yesterday sera publié le 02 mars 2015 (Sour Mash/PIAS).
Noel Gallagher sera en concert au Zénith de Paris le 12 mars 2015.

Noel Gallagher's High Flying Birds - Chasing Yesterday
3.0Note finale
Avis des lecteurs 1 Avis