Pearl Jam – Backspacer

Pearl Jam – Backspacer
ZiKomAgnes 18/09/2009

Pearl Jam - Backspacer, Chronique CD

Quand j’ai entendu le premier single de Backspacer à la radio, « The Fixer » ressortait par rapport à la grisaille de la programmation de septembre. J’ai même eu du mal à croire que c’était Pearl Jam tellement c’était péchu !

Pour ma part, j’avais l’impression que ça faisait une éternité qu’on les avait pas entendus… Pourtant leur huitième opus, Pearl Jam, est sorti au printemps 2006. Néanmoins, malgré le fait qu’on leur reconnaisse un statut de Groupe de Rock Culte – voire de « Greatest American rock band ever » d’après les lecteurs d’USA Today en 2005 : sur les ondes françaises, on les entend pas si fréquemment.

Pour en revenir à l’album, Pearl Jam sort Backspacer sur son propre label Monkeywrench aux States, mais à l’international, c’est Universal qui s’en occupe. Pour ce nouvel album ils se sont réconciliés avec le producteur Brendan O’Brien. Brendan, qui a collaboré avec le groupe de l’album Vs. en 1993 à Yield en 1998, revient après trois albums d’absence. Et cette fois-ci, après avoir constaté son travail avec Bruce Springsteen, le quintet de Seattle aurait décidé d’écouter ses conseils. Pas sûrs qu’il les suive, mais il les écoute. Le rendu: un album aux influences Pop et New Wave.

Pearl Jam
Pearl Jam

C’est sûr ça nous change des albums précédents. Déjà Backspacer est très court : 11 titres et 37 minutes. L’atmosphère est moins sombre aussi, moins torturée – limite enjouée. Les paroles, quant à elles, sont on ne peut plus positives. « Got some » parle d’un ami de Vedder qui a réussi à arrêter la drogue ; « Just Breathe » nous enjoint à prendre le temps apprécier les moments heureux de notre vie ; « Supersonic » déclame un amour pour la musique… apparemment c’est l’effet Obama qui les rend si optimistes.

Le début est très rapide, très énergique, avec « Gonna See My Friend », suivi de « Got Some » – le titre joué en avant première au Tonight Show – et le fameux single péchu « The Fixer ». Ensuite, après « Johnny Guitar », qui ressort complètement du contexte Punk ou Grunge, on est surpris de changer radicalement d’atmosphère : « Just Breathe » est une ballade, une ballade à la Kansas ! Sûrement le contrecoup d’Into The Wild, on ne se remet pas si facilement d’écrire la bande son d’un tel film.

Le titre suivant, « Amongst the Waves » a un petit côté « Alive » (du premier album Ten) qui rassure tellement dans cet album qui semble vouloir briser tous les stéréotypes liés au groupe. « Unthought known » retrouve aussi le côté écorché de Pearl Jam. Il est suivi par un autre titre énergique, « Supersonic », comme un rappel à l’introduction, qu’on comprenne qu’ils ont changé. Sur « Speed of Sound » la voix de Vedder se fait plus chaude, comme réconfortante. Puis « Force of Nature » nous apporte enfin de l’émotion, le corps de texte de Pearl Jam à mon goût. L’album se finit sur « The End », une chanson d’amour qui ne m’a pas convaincue.

Le live  « Get Some » au Tonight Show:

Au final, l’album ne m’a pas, vous l’aurez compris, bouleversée. J’ai été ravie d’avoir des titres plus dynamique, plus vibrant comme sur « Got Some », « The Fixer » et « Supersonic ». Mais j’apprécie de retrouver mes marques auprès de « Amongst The Waves » et de « Force of Nature », comme de partager une bière dans un pub avec des potes qu’on a pas vus depuis longtemps.

Pour la petite histoire, « Backspacer » est le nom de la tortue de mer de 375 kg championne de la Great Turtle Race, organisée par le National Geographic.

Réponses

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Liam Gallagher - Why Me Why Not

Liam Gallagher – Why Me ? Why Not

Après le succès (inattendu) de son premier disque solo (As You Were – 2017), Liam Gallagher remet le couvert, gonflé à bloc, avec Why Me ? Why Not.

Metronomy – Metronomy Forever

Joseph Mount a quitté Montmartre avec femme et enfants pour retourner s’installer en Angleterre, son pays natal, mais n’a pas changé de quête : écrire la chanson pop ultime.

L'épée -Diabolique

L’Épée – Diabolique

The Limiñanas font des disques formidables. Emmanuelle Seigner fait des disques formidables. Anton Newcombe fait des disques formidables. Diabolique de L’Épée est donc un disque formidable.

Blueboy – If Wishes Were Horses

Publié en 1992, If Wishes Were Horses des Blueboy était devenu un disque qui coûtait une blinde sur le marché de l’occasion. Il ressort aujourd’hui à un prix tout à fait abordable grâce au label australien A Colourful Storm.

The Slow Show - Lust and Learn

The Slow Show – Lust and Learn

Avec ce troisième album, les Mancuniens The Slow Show réalisent un joli coup voire un coup de maître. Lust and Learn est peut-être le meilleur disque de cette rentrée. Et ce n’était pas gagné…

LIFE - A Picture of Good Health

LIFE – A Picture Of Good Health

Passés inaperçus avec un premier album (Popular Music – 2017), LIFE remet le couvert cette année et devrait se faire une place au soleil avec leur nouveau bébé. A Picture Of Good Health gueule, braille et est tout sauf sage. Et on ne peut s’empêcher de l’aimer.

Ride - This Is Not A Safe Place

Ride – This Is Not A Safe Place

On reprend les mêmes et on recommence. Ride a décidé de refaire équipe avec Erol Alkan, le producteur de Weather Diaries (2017). On reprend les mêmes et surtout on recommence avec un très bon disque. This Is Not A Safe Place réussit là où son prédécesseur échouait et surtout nous fait diablement plaisir.

Clairo - Immunity

Clairo – Immunity

Âgée de 20 ans, Clairo s’apprête à sortir son premier album, Immunity. Et comme dans Koh-Lanta, elle devrait être intouchable avec ce totem de l’immunité.

Mark Mulcahy - The Gus

Mark Mulcahy – The Gus

Mark Mulcahy est de retour cet été avec The Gus son sixième album solo. Mulcahy quitte les paysages de l’Amérique des ombres qu’il côtoyait sur son précédent disque, The Possum in the Driveway et débarque dans une librairie pour écrire des chansons inspirées par George Saunders. Le résultat est flamboyant.

Silver Jews - Purple Mountains

Purple Mountains – Purple Mountains

Il y a des disques auxquels on ne croyait plus. Celui des Purple Mountains est de cette trempe. David Berman, qui avait tiré le rideau des Silver Jews en 2008 revient avec un nouveau nom, des nouveaux musiciens et toujours les mêmes états d’âme. Et c’est foutrement jouissif.

Nev Cottee - River's Edge

Nev Cottee – River’s Edge

Révélé au « grand public » et surtout à la critique en 2017 grâce à Broken Flowers, son deuxième album, Nev Cottee revient avec River’s Edge. Les dix chansons de ce nouvel album reprennent plus ou moins la même formule magique que son prédécesseur et nous envoie dans les confins de la discographie de Scott Walker.

Noel Gallagher's High Flying Birds - Black Star Dancing

Noel Gallagher’s High Flying Birds – Black Star Dancing EP

Dans la vie, il faut aimer autant son Papa que sa Maman. Dans la vie d’un fan d’Oasis, il en va de même avec les frères Gallagher : il faut aimer autant Liam que Noel. Depuis le divorce de 2009, les rôles ont été rapidement redéfinis : Liam sera le gardien du temple, quant à…

J.E. Sunde - J.E. Sunde

J.E. Sunde – J.E. Sunde

J.E. Sunde publie sur le label Vietnam un disque qui devrait faire pleurer de joie les fans de Sufjan Stevens et ravir les amoureux de Still Crazy After All These Years.

Ian Broudie – Tales Told

En 2004, Ian Broudie laisse The Lightning Seeds au repos et décide d’enregistrer un disque solo avec la jeune garde de Liverpool. L’idée fut évidemment géniale car Tales Told est son plus beau disque.

Primal Scream - Maximum RockNRoll

Primal Scream – Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles

Après avoir publié le passionnant Give Out But Don’t Give Up (The Original Memphis Recordings) en 2018, Primal Scream (ou plutôt Sony) sort un double best-of dénué de tout intérêt. Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles, maximale arnaque.

Sebadoh - Act Surprised

Sebadoh – Act Surprised

Fire Records (pour le continent européen) continue de faire rêver les amoureux des années 90 en publiant le neuvième disque des Sebadoh. Après les Lemonheads et The Chills, Lou Barlow et son groupe enchantent tout le monde avec un disque impeccable.

DYGL – Songs of Innocence & Experience

Les Japonais de DYGL nous avaient impressionné en 2017 avec un premier album très efficace, Say Goodbye to Memory Den et avait calmé la concurrence avec leur prestation scénique au TINALS 2018. Et en 2019 ? Ils décident de confirmer tout le bien que l’on pense d’eux avec Songs of Innocence & Experience, un deuxième…

Clinic - Wheeltappers and Shunters !

Clinic – Wheeltappers And Shunters

Après sept ans d’absence, les très cintrés Clinic reviennent avec un album dont le titre est une référence à l’émission The Wheeltappers and Shunters Social Club, diffusée sur la chaîne ITV dans les années 1970 et animée par l’excellent Bernard Manning. Ce dernier et son émission sont aussi présents dans le dernier clip de Noel…