shit_robot

Shit Robot

DFA Records, après avoir été le plus hype des labels au début des années 2000, poursuit son bonhomme de chemin dans l’exploration de la « dance music » dans ce qu’elle a de plus noble. Le dernier maxi de Shit Robot alias Marcus Lambkin , dublinois, exilé quelque temps à New-York et ayant posé ses valises dans la campagne allemande près de Stuttgart est tout à fait représentatif de ce qui se fait de mieux pour le label de James Murphy (« Mr Losing My Edge »…). Le son est un peu cheap et rugueux façon premiers disques du label Trax Records ou D.J. International Records.

Shit Robot revendique de multiples influences qui font le grand écart entre minimalisme teuton et disco new-yorkais en passant par l’axe Detroit-Chicago. Le « Main Mix » débordant de pianos et de vieux synthés analogiques est un formidable hommage à toute cette house du début des 90’S. La version de Todd Terje elle est plus tournée vers le baléaric tel qu’il se pratique à l’heure actuelle comme chez Lindstrom par exemple, tout en longueur et soutenu par de petits accords de TB 303. Le Serge Santiago Mix quant à lui poursuit encore une fois, c’est une habitude chez ce monsieur, la veine d’une italo-disco sombre et joyeuse à la fois.

Discographie

Shit Robot – Simple Things Work It Out

2 réponses sur « The House Anthem »

Très bon ce titre, la première partie moins disco pourrait presque faire aussi penser à du Green Velvet. Bonne découverte.

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

LCD Soundsystem @ Rock En Seine 2010

DFA a 10 ans !

L’excellentissime label DFA Records fête ses 10 ans. A cette occasion une soirée « We love DFA » est organisée le 19 novembre au 104 (Paris) avec The Rapture, Shit Robot (DJ Set), Planningtorock, Yacht, The Juan MacLean (DJ Set).

Shit Robot : From The Cradle To The Rave

Certains musiciens ont une véritable obsession pour le dancefloor et chacun des disques qu’ils sortent transpirent dans chaque sillon cette passion viscérale. Shit Robot, à mon grand bonheur, fait partie de ces gens simples dont la vie doit être illuminée chaque jour d’éclats de stroboscopes et de boules disco et son album « From The […]
Shit Robot - I got a feeling

Shit Robot – I got a feeling

Pour ceux qui pensent que la house a déserté les rives des Etats-Unis depuis longtemps, un petit conseil : jetez deux oreilles plus qu’attentives au dernier maxi de Shit Robot chez DFA Records qui reste quoi qu’on en dise un label sûr et capable de sortir des disques excitants qui font le grand écart entre […]

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn – Optimism

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.