shit_robot

Shit Robot

DFA Records, après avoir été le plus hype des labels au début des années 2000, poursuit son bonhomme de chemin dans l’exploration de la « dance music » dans ce qu’elle a de plus noble. Le dernier maxi de Shit Robot alias Marcus Lambkin , dublinois, exilé quelque temps à New-York et ayant posé ses valises dans la campagne allemande près de Stuttgart est tout à fait représentatif de ce qui se fait de mieux pour le label de James Murphy (« Mr Losing My Edge »…). Le son est un peu cheap et rugueux façon premiers disques du label Trax Records ou D.J. International Records.

Shit Robot revendique de multiples influences qui font le grand écart entre minimalisme teuton et disco new-yorkais en passant par l’axe Detroit-Chicago. Le « Main Mix » débordant de pianos et de vieux synthés analogiques est un formidable hommage à toute cette house du début des 90’S. La version de Todd Terje elle est plus tournée vers le baléaric tel qu’il se pratique à l’heure actuelle comme chez Lindstrom par exemple, tout en longueur et soutenu par de petits accords de TB 303. Le Serge Santiago Mix quant à lui poursuit encore une fois, c’est une habitude chez ce monsieur, la veine d’une italo-disco sombre et joyeuse à la fois.

Shit Robot – Simple Things Work It Out

Partager cet article
2 réponses sur « The House Anthem »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

LCD Soundsystem @ Rock En Seine 2010

DFA a 10 ans !

LCD Soundsystem @ Rock En Seine 2010 (© photo : Alain G.) L’excellentissime label DFA Records fête ses 10 ans. A cette occasion une soirée « We love DFA » est organisée le 19 novembre au 104 (Paris) avec The Rapture, Shit Robot (DJ Set), Planningtorock, Yacht, The Juan MacLean (DJ Set).

Shit Robot : From The Cradle To The Rave

Certains musiciens ont une véritable obsession pour le dancefloor et chacun des disques qu’ils sortent transpirent dans chaque sillon cette passion viscérale. Shit Robot, à mon grand bonheur, fait partie de ces gens simples dont la vie doit être illuminée chaque jour d’éclats de stroboscopes et de boules disco et son album « From The…
Shit Robot

Shit Robot : I got a feeling

Shit Robot Pour ceux qui pensent que la house a déserté les rives des Etats-Unis depuis longtemps, un petit conseil : jetez deux oreilles plus qu’attentives au dernier maxi de Shit Robot chez DFA Records qui reste quoi qu’on en dise un label sûr et capable de sortir des disques excitants qui font le grand…

Plus dans Chroniques d'albums

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…