ComingSoon_GTT

Le second opus des Coming Soon, Ghost Train Tragedy est une invitation au voyage mais pas une croisière de tout repos, plutôt un trip (bad ?) dans un monde fantasque, fantasmagorique, et fantastique.

On embarque promptement dans ce train fantôme et son univers décalé et oppressant (le titre vient d’une terrible méprise lors d’un incendie de fête foraine à Sydney dans les années 70 où les clients enflammés hurlaient au secours pendant que tout le monde pensait qu’ils s’amusaient), où chaque chanson fait naitre un wagon d’émotions.

Les six compagnons de Kidderminster ont tracé leur sillon et sont désormais sur les rails de la reconnaissance et pas seulement par la presse indé. Ils ont su s’affranchir des ombres protectrices, Cohen, Cave et Velvet pour mieux faire jaillir en plein lumière leur marque de fabrique : des titres écrits comme des nouvelles avec de multiples personnages, une ironie grinçante et parfois noire, ou encore un son vintage provenant d’une vieille console piquée au Rolling Stones par le chef de gare, Ceddy Gonod.

L’album s’élance directement sur les bons rails avec Walking qui donne le ton, changement d’aiguillage, la guitare est acérée, la basse vrombit, la voix est diablement sexy, les choeurs sont sensuels. Love is a cruel game, assurément. Back seat ensuite vous étreint à l’arrière des taxis avec son refrain entêtant. Manners & Education et sa flute qui volute séduit comme si c’était un traditional US, les voix se mêlent et vous enveloppent dans une incantation envoutante. Don’t sell me to the french et Howard Hughes reprend le lead, on rencontre alors une ménagerie de Freaks incroyable, un enfant de choeur, le fantome d’un pirate, ou encore des filles dont on arrache la peau. Puis, sur Steel Wire, c’est Alex Banjo qui s’y colle avec une chanson désabusée, crooner au début mais qui arrache le ballast après le « pont ». Vient alors Love in the afternoon, petite perle pop avec son rire de Méphistophélès et son balafon sautillant,Weather Changes et son spleen jazzy et claudiquant, School trip bus crash, rengaine imparable chantée par Leo Bear Creek où deux amoureux survivent à un accident de car dans le désert. Pillow Talk ralentit la locomotive avec son duo langoureux sur un rythme de human beat box mais les chevaux sont lâchés de nouveau avec Moonchild, le single disco rock imparable et son clip pictural, cabalistique et occulte. Le voyage se poursuit avec Minor Keys et son introspection bluesy, l’haletant Lower Lip, mini nouvelle sous temestat, WU, sorte d’hommage à David Carradine (!), Wild Catch, sommet d’émotion de l’album où le grand méchant Lou n’est pas loin. Et enfin pour clore en douceur ce périple, Sweetheart écrite par Dave Tattersall et qui figurera sur le prochain album des excellents Wave Pictures nous serre dans ses bras.

Avec Coming Soon, les voix se mêlent, s’emmêlent, chacun prend la parole et pourtant c’est bien un groupe qui nous parle, qui nous conte des histoires farfelues où l’auditeur bourlingue dans un univers halluciné. Le passage au second album est souvent difficile, la petite troupe de Kidderminster est indubitablement grimpée dans une voiture Pullman, on espère très vite quelques arrêts avec le très attendu nouvel album solo d’Howard Hughes et celui des deux frères amis Ben Lupus et Léo Bear Creek.

Les Coming Soon seront en concert les 7 et 8 octobre au Café de la Danse à Paris avec The Rodéo et Kid Bombardos.

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Coming Soon - See me through

Au travers des Coming Soon

« On vient de trouver notre batteur et on a du faire quelques balances » s’amuse Billy Jet Pilot et nous, on retrouve les Coming Soon avec bonheur avec ce See me through chanté par Ben Lupus, toujours extrait de leur manifeste pop, Sentimental Jukebox paru sur leur label Kidderminster.
Coming Soon

Vidéo : Coming Soon – In your company

Coming Soon, coming soon puisque c’est le 14 septembre que sortira Sentimental Jukebox le quatrième album du quintette parisiano-annécien sur leur label Kidderminster.
Adam Green - Aladdin

Adam Green génie ?

Aladdin Sane ? le farfadet Adam Green nous en fait voir de toutes les couleurs avec sa version sous psychotropes du conte d’Aladdin.

Plus dans Chroniques d'albums

Mansfield.TYA – Monument Ordinaire

Sans vraiment savoir pourquoi, dans Monument Ordinaire, on s’attendrait à voir des trucs. Et rien ne nous surprendrait. En écoutant, vaguement, comme ça, quelques minutes au hasard. Peut-être déjà parce que Mansfield. TYA ça ne respire pas toujours follement la joie, ça a même quelques fois une tête de sonnerie aux morts. Ou bien celle…
Mogwai - As The Love Continues

Mogwai – As The Love Continues

Sorte de bizarrerie électrique à ses débuts, Mogwai s’impose aujourd’hui comme un grand fournisseur de chansons et endosse le statut de meilleur groupe écossais.
Brisa Roché & Fred Fortuny - Freeze Where U R

Brisa Roché & Fred Fortuny – Freeze Where U R

A ma gauche, Brisa Roché, chanteuse américaine installée à Paris depuis quelques années. A ma droite, Fred Fortuny, musicien ayant travaillé avec une kyrielle d’artistes dont Da Silva. Au milieu, ce disque, Freeze Where U R, qui réchauffe les cœurs et qui a le parfum des notes de Carole King.
Kiwi Jr. - Cooler Returns

Kiwi Jr. – Cooler Returns

Pour les radins qui ont refusé de débourser une vingtaine d’euros pour Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983 – 1987 (Captured Tracks), les Kiwi Jr. représentent la solution de secours et l’ultime chance de se rattraper. Pour une dizaine d’euros, Cooler Returns, le nouveau disque de ces Canadiens promet beaucoup et donne……
Chevalrex - Providence

Chevalrex – Providence

Écrit en partie l’hiver dernier sur l’île de la Désirade (Guadeloupe), Providence prend élégamment la suite d’Anti Slogan et nous fait espérer des jours meilleurs avec des chansons puissantes et tenaces.
Strum & Thrum

Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983​-​1987

Attention. Grande compilation. Concoctée par Mike Spiner, le patron de Captured Tracks, Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983​-​1987 soulève le couvercle d’un passé riche mais totalement oublié. En effet, dans les années 80, le rock indépendant américain avait des têtes de pont formidables mais avec toute une tripotée de seconds couteaux tout…