British Sea Power – The Decline of British Sea Power

Quel étrange destin que celui des British Sea Power ! Ces gens très capables ont marqué les années 2000 (avec discrétion) en mêlant (avec talent) dans leurs chansons les Pixies, les Psychedelic Furs et Bowie. Ce mélange des genres eu son petit succès de 2001 à 2010.


Publié via Rough Trade en 2003, The Decline of British Sea Power se classa à la cinquante quatrième place des charts anglais. Les deux disques suivants firent mieux que le premier album et accrochèrent la treizième et la dixième place. Un boulevard était donc tracé pour prendre Londres et la tête du rock indépendant anglais. Il n’en fut rien.
Comme par magie, l’intérêt pour les British Sea Power disparut: leur quatrième disque (Valhalla Dancehall) ne fut pas un raz de marée commercial et noya le groupe. Il faut dire que BSP venait de publier leur premier mauvais disque. Pas de chance.

Pourtant, en 2015 le cadavre est encore chaud. Les BSP comme disent les intimes viennent de publier Sea Of Brass et rééditent via leur label Golden Chariot Records ce fantastique premier disque. Rough Trade n’a même pas daigné le faire, c’est dire l’intérêt pour ce groupe à l’heure actuelle!

The Decline of British Sea Power arriva sans prévenir au début de l’été 2003. Une autre époque: Myspace valait encore quelques millions de dollars et Rough Trade perdait sa mise de départ en publiant le superbe mais totalement ignoré Len Parrot’s Memorial Lift de Baxter Dury.
Les British Sea Power avaient réussi quant à eux le défi de se faire signer sur ce prestigieux label. Il faut dire que les choses n’étaient pas gagnées d’avance. Les premiers titres de ce groupe sont mal dégrossis (comme leur premier single Fear of Drowning) et leur jeu de scène était plus que singulier. On peut donc logiquement décerner une médaille au directeur artistique de Rough Trade qui a eu l’audace de signer ces types qui se prenaient pour des scouts (avec les déguisements de rigueur) et qui hurlaient sur scène avec des branches et des feuillages coincés sur leurs instruments de musique.

Ce groupe était donc d’une honnêteté confondante. Ces types n’avaient honte de rien pour les vêtements… Il en fut de même pour les chansons. The Decline of British Sea Power possède quelques ratés monumentaux.
Œuvre de jeunesse, elle voit Jan et Neil Wilkinson chanter sur tout et n’importe quoi comme si leur vie en dépendait. On sera donc très tolérant pour quelques chansons. Cette œuvre de jeunesse a ses défauts.
Par contre, on se précipitera sur le superbe Carrion et le délicat Lately. Carrion conserve toutes ses saveurs après douze ans d’écoute acharnée:

CARRION – ‘The Decline Of’ Reissue footage (British Sea Power)

Cette réédition est l’occasion de s’apercevoir que ces types en avaient sous la pédale en 2003. Les faces B rassemblées et remastérisées laissent entrevoir les capacités prometteuses des prochains disques. The Smallest Church In Sussex et Salty Walter valent franchement le détour.

En 2015, on s’aperçoit aussi que ces types ne sont pas des grippe-sous. Le prix de l’objet et son contenu en font le disque ayant le meilleur rapport qualité prix sur le marché. Évidemment connaître les démos de certains morceaux n’ont aucun intérêt… Mais on se doit de souligner la générosité exemplaire de ce groupe.

British Sea Power - The Decline of British Sea Power

The Decline of British Sea Power des British Sea Power est disponible depuis le 11 septembre 2015.

British Sea Power – The Decline of British Sea Power
8.5/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

British Sea Power @ Nouveau Casino, Paris, 27-05-2017. photo © Louis Teyssedou

L’armada British Sea Power

Dans un Paris déserté par ses habitants, un mini-bus roule et s’arrête devant le Nouveau Casino, rue Oberkampf. La portes s’ouvrent. Les membres des British Sea Power descendent et entrent dans la salle de concert parisienne. Depuis combien de temps cela ne leur est pas arrivé ? Cinq ans ? Récit d’un gâchis monumental et […]
British Sea Power - Let the Dancers Inherit the Party

British Sea Power – Let the Dancers Inherit the Party

C’est sans conteste le grand retour de l’année ! On avait plus ou moins perdu de vue les British Sea Power après leurs trois premiers albums. Let the Dancers Inherit the Party, sixième album de ce groupe de Brighton remet les compteurs à zéro et fait oublier les précédents égarements.
British Sea Power

The Renaissance of British Sea Power

Attention, les British Sea Power ont mangé du lion. La réédition de leur premier album en 2015, The Decline Of British Sea Power semble avoir ouvert un nouveau cycle chez le groupe de Brighton. Leur nouvel album, Let The Dancers Inherit The Party pourrait remettre le groupe sur le devant de la scène.

Plus dans Chroniques d'albums

Guilhemvalay-aubrac

Guilhem Valayé – Aubrac

Le français est une belle langue. C’est une évidence. Mais il faut l’écrire, la manier, la chanter avec honnêteté, simplicité et pureté. Guilhem Valayé livre à l’ancienne le plus bel EP de cette année avec son voyage en Aubrac et ses terres rêches comme nos cœurs.
Nickwheeldon-gift

Nick Wheeldon – Gift

Nick Wheeldon nous a fait cette année un beau cadeau avec Gift, un classique instantané dès la première écoute pour les Fragile Minds dont on fait partie.
Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?