‐ Novembre 2014 : les garçons de Gengahr remplacent au pied levé Wolf Alice au Festival des Inrocks. La Boule Noire et la presse parisienne découvrent ce groupe londonien dont l’étonnante jeunesse contraste avec la maturité de ses compositions.

‐ Novembre 2015 : ces jeunes Londoniens sont de nouveau en Europe pour jouer leurs chansons au romantisme exacerbé et aux riffs décomplexés.
‐ 12 novembre 2015 : les Gengahr sont à La Lune des Pirates (Amiens) pour jouer les chansons de leur premier album et de Tired Eyes, leur EP « surprise ».

On découvre donc une formation qui joue serré et qui sait mettre en avant la voix si particulière Félix Bushe.
Et puis il y a le second guitariste, John Victor. Sa mèche et son déhanché annoncent d’heureuses choses pour le rock anglais.

Vite, la suite Messieurs.

Comment vous-êtes vous rencontrés ?

John Victor : On travaillait comme soigneur d’arbres, testeur de jeux vidéos, neuro-chirurgien et employé chez Mac Donald’s.
On a commencé à discuter musique et on s’est rendu compte qu’on avait tous les mêmes goûts en musique… et en alcool. On a donc décidé de fonder un groupe.

Quels sont les groupes qui font l’unanimité chez Gengahr ?

John Victor : Deerhunter, Unknown Mortal Orchestra, Ariel Pink.

Qui a décidé de publier cet EP? C’est vous? Votre label Transgressive Records ?

John Victor : C’est notre décision. Nous avions pas mal de titres en réserve après la sortie de l’album. On les aimait beaucoup, tout comme notre label Transgressive. Ils ne sont pas sur A Dream Outside car Transgressive pensait qu’ils ne collaient pas à son ambiance. Mais nous tenions à les jouer en live alors nous avons donc décidé de les publier avant de faire la tournée pour que les gens puissent les écouter.
Il s’agit des trois titres que je préfère jouer.

Gengahr - Tired Eyes

Pourquoi avez-vous choisi de travailler avec Nicholas Vernhes ?

John Victor : Il a travaillé sur Microcastle de Deerhunter, c’est une raison suffisante pour moi.

Vous aimez travailler avec un producteur ?

John Victor : Pour être clair, Nicholas Vernhes a juste mixé Tired Eyes, il ne l’a pas produit. J’aimerais bien travailler de nouveau avec lui.
Je pense qu’il arrivera à tirer le meilleur de nous-mêmes.
Les avis extérieurs sont toujours bons à prendre, même si on ne les partage pas…

Gengahr
Gengahr – photo © Louis T.

Comment écrivez-vous vos chansons? Gengahr est une démocratie

John Victor : Une grande démocratie. Felix écrit les paroles mais nous venons tous avec nos idées pour la musique. Idées que nous réarrangeons une fois tous ensemble dans une pièce.

Vous avez déclaré il y a quelques mois que votre succès était le fait « d’accidents heureux ». Gengahr est un groupe heureux ?

John Victor : Ouais, je pense que oui, faire de la musique me rend heureux. Je ne vais pas me plaindre.

Quelle est l’histoire de la chanson Fade To Black ?

John Victor : Désolé, pour ça il faut voir avec Félix.
Je pense que vu le titre, c’est sûrement un hommage à Black Flag.

Lisez-vous les chroniques de vos disques? C’est important pour vous ?

John Victor : Non, j’essaye de résister.
J’aime bien connaître les notes, qui sont en général bonnes, mais je ne veux pas connaitre le détail de la chronique.

Comment avez-vous trouvé votre son? On nage en plein croisement de Ride et de Mojave 3 avec votre disque ?

John Victor : Je n’ai jamais écouté Ride et Mojave 3. J’ai beaucoup de lacunes. Mais nous écoutons de tout. Nous écoutons tous des groupes très différents mais nous adorons tout ce qui est intéressant et mélodieux.

Que pensez-vous des reformations de Ride et Lush ?

John Victor : Pas trop excité… Surtout que je n’ai jamais entendu parlé d’eux. Je vais vraiment passer pour un ignorant sur ce coup là.
En général, je n’ai pas trop d’avis sur ce genre de reformation. D’habitude je m’en fiche. Je ne sais pas qui j’aimerais voir se reformer. Les groupes actuels devraient mieux jouer pour éviter ce genre de réunions qui sont au final très « business ».

Vous aimez bien joué en France ?

John Victor : Oui, nous aimons beaucoup. Notre concert préféré, à nous tous, fut celui donné à Paris avec Alt J.

TOP 10

1) Le meilleur disque de 2015 ?

John Victor : Ivy Tripp de Waxahatchee.

2) Le pire album de 2015 ?

John Victor : Chacun a sa définition de musique de merde. Je connais quelques personnes qui détestent Waxahatchee.
J’ai quelques aversions musicales mais je ne veux pas en parler.

3) Ta bande originale de film préférée ?

John Victor : Quand j’étais jeune et en colère:Tueurs Nés.
Peut-être celle de Blade Runner aujourd’hui.

4) La meilleure salle de concert pour voir un concert ?

John Victor : J’aime bien le Old Blue Last à Londres. C’est à l’étage. J’y ai vu de bons concerts et le son est bon.

5) La meilleure salle pour jouer un concert ?

John Victor : Oh! J’ai plein d’endroits favoris. Je suis toujours heureux quand on joue ensemble, que ce soit à l’O2 Arena ou devant la chambre de quelqu’un.

6) V Festival or Glastonbury ?

John Victor : Glastonbury.
Je suis allé une fois au V Festival et je n’y ai pas passé un bon moment. J’y suis allé pour voir Radiohead… Je ne vais pas trop me plaindre quand même.

7) Arsenal ou Chelsea ?

John Victor : LEYTON ORIENT!

8) The Bends ou Ok Computer ?

John Victor : The Bends suivi immédiatement d’OK Computer. Les deux sont excellents.

9) Ton groupe honteux ?

John Victor : Il y en a trop pour en faire une liste complète!
En voici quelques unes: TAYLOR SWIFT!!!
Et Carley Rae jepsen, Lisa Loeb, Katy Perry, Paramore, Vanessa Carlton et KELLY CLARKSON!! J’aime les filles américaines qui font de la pop. Et il y en a beaucoup.

10) On te donne l’opportunité de créer un festival. Quel nom lui donnes-tu? Quelles têtes d’affiche invites-tu ?

John Victor : J’invite tous mes groupes honteux et on fait la plus grosse fête.
Il s’appellerait « Les plaisirs coupables de John ». Et on aurait
On aurait aussi une scène avec plein de déguisements.

Gengahr – She’s a witch

A Dream Outside en version deluxe ou en version normale est disponible depuis via Transgressive Record/PIAS.
Les Gengahr joueront au festival des Indisciplinés (Lorient) le 14 novembre 2015.

Gengahr - A Dream Outside (Deluxe Version)

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Balthazar - Epicerie Moderne © David Heang

Balthazar, la myrrhe du son

On savait que Balthazar était né sous une bonne étoile, mais c’était sans compter les prodiges de Genghar.
Balthazar - Wait Any Longer EP

Balthazar n’attend pas !

Balthazar, les courtois de Courtrai viennent de sortir un EP 4 titres live, Wait Any Longer enregistré durant leur longue tournée qui se poursuit pour sept dates en France en ce mois de janvier.
Gengahr

Gengahr engendre un nouvel EP

Si vous êtes insensible à la reformation de Lush, vous pouvez vous jeter sur le nouvel EP des jeunots de Gengahr. Champion d’un rock échevelé et romantique, ce jeune groupe capitalise sur le succès (relatif) de son premier album.
Genghar - A Dream Outside

Gengahr – A Dream Outside

Après avoir écouté le dernier Muse, tout parait plus léger : une choucroute ou une tête de veau se transforment en mets fins et délicats, les chansons de Gengahr deviennent des petits bijoux scintillants. Ça tombe bien, les chansons de Gengahr sont des petits bijoux scintillants.
Genghar

Gengahr devrait faire rêver la France

Ils ont le physique des membres de Ride période Nowhere et ont réussi à supporter les Alt-J le temps de quelques premières parties. Mais, mais ces jeunes gens ont tout pour plaire nom d’un petit bonhomme !

Plus dans Interviews

Karine Daviet

Karine Daviet en toute indépendance

Karine Daviet est lyonnaise et vient de sortir un premier EP, L’indépendance, recueil de six titres en français à la fois doux et âpres avec des arrangements soignés mêlant guitare acoustique, théorbe, clavecin, viole de gambe, flûtes à bec et sons électroniques. Assez logique quand on écoute sa playlist commentée ci-dessous après un questionnaire façon…
Moli © Celeste Call

5 questions à … Moli

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Moli , jeune belge de 21 ans qui pourrait suivre la trace de Mademoiselle Van Laeken. Installée à Berlin où elle…
Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…