Bowie, une étoile est morte

David Bowie tire sa révérence
Guimauve - 11/01/2016

Voilà, ce coup-ci, c’est fait. Des années que la rumeur le disait moribond, que son absence scénique inquiétait. David Bowie est mort.

On le croyait immortel ou ressuscité ad vitam tel Lazare, on croyait en sa bonne ★, c’était son chant du cygne. Mais pas une vulgaire resucée du passé, pas un pensum pour faire plaisir à une maison de disque. Black Star est tout sauf un tombeau, c’est la pierre philosophale du 2001 de Kubrick, autre artiste en avance sur son temps c’est un legs plus qu’un testament qui n’appelle pas d’héritier. On n’écoutera plus son Lazarus de la même façon :

Look up here, I’m in heaven
I’ve got scars that can’t be seen
I’ve got drama, can’t be stolen
Everybody knows me now

Look up here, man, I’m in danger
I’ve got nothing left to lose
I’m so high, it makes my brain whirl
Dropped my cell phone down below
Ain’t that just like me ?

By the time I got to New York
I was living like a king
Then I used up all my money
I was looking for your ass

This way or no way
You know I’ll be free
Just like that bluebird
Now, ain’t that just like me ?

Oh, I’ll be free
Just like that bluebird
Oh, I’ll be free
Ain’t that just like me ?

David Bowie – Lazarus

On a tous un souvenir personnel avec Bowie, quel que soit notre âge tant il a marqué nos vies en faisant le pont entre le passé et l’avenir, touche à tout génial.
Je me souviens de ce concert du dimanche 28 juin 1987 au stade de Gerland, 5 jours avant ma majorité et juste avant la condamnation de Barbie dans un procès historique.
Je me souviens que le billet coûtait 150 francs !
Je me souviens de cette étrange araignée qui luisait sous le soleil radieux.
Je me souviens de l’excellent Kent avec Starshooter ouvrant la soirée, perdu sur cette immense scène.
Je me souviens de l’arrivée aérienne et écarlate du roi David la nuit tombée, pendu à un fil pour Glass Spider.
Je me souviens d’une setlist qui parcourait toute sa carrière, découverte avec Let’s dance, acheté ado en 45 tours en 1983, le même jour que Thriller.
Je me souviens de sa reprise d’I wanna be your dog durant le rappel.
Bien sûr ce n’était pas la meilleure tournée, mais assurément un souvenir indélébile, constitutif de mon ADN musical. Alors plutôt que de faire un choix impossible de chansons pour lui rendre hommage voici Never let me down de cet album de 1987 et de cette tournée, sans doute pas un grand titre mais David ne nous laissera jamais tomber. Et puis de faire comme hier, écouter ★, serein et confiant même si l’on pense à Macca, Bob, Neil, et bien sûr Iggy qui vient de déclarer « L’amitié de David était la lumière de ma vie ».

Le Roi David Bowie est mort, vive le roi.

David Bowie – Stade de Gerland (Lyon) 28/6/1987

https://www.youtube.com/watch?v=c4ZZMbpUFMY

David Bowie - ★ (Blackstar)
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Commentaires

    Merci Guimauve, pour ce billet touchant . Oui, on a tous un souvenir personnel de David Bowie; Une icone internationale avant-gardiste de la musique au talent inégalé .
    Pour ma part , je me souviens de lui quand j’étais gamin avec le clip « Ashes to ashes » déguisé en Pierrot lunaire marchant le long d’un plage et puis , surtout de l’avoir vu dans le film « L’homme qui venait d’ailleurs » oui il m’avait fasciné et fait un peu peur aussi il faut avouer.

    Adolescent ce fut « Let’s dance » sa coupe de cheveux peroxydée et , même si je ne trouve pas que ce soit sa meilleure période , çà fait du bien quand même de l’entendre encore sur les ondes .

    Mon disque préféré de tout les temps est .. »Ziggy Stardust » ..Bowie , c’est au quotidien chez moi ! Tchao the Tin White Ducke !

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “News

Le succès annoncé des Protomartyr

Le succès annoncé des Protomartyr

Originaires de Detroit comme les White Stripes, les Protomartyr font beaucoup de bruit depuis 2012 et la parution de leur premier album, le bien nommé No Passion All Technique. Ils seront de retour cet été avec Ultimate Success Today, un disque coup de poing (dans la gueule).

Bienvenue au Maghreb K7 Club !

Bienvenue au Maghreb K7 Club !

Pendant que Lyon était capitale du rock entre 1978 et 1983, la « new wave enragée d’Oran » déferlait sur la fosse aux ours et la place du pont. La Guillotière était l’épicentre de secousses musicales passionnantes que l’on retrouve dans cette Maghreb K7 Club (Synth Raï, Chaoui & Staifi 1985-1997) sorti sur l’excellent label Genevois Bongo…

Power to Liela Moss !

Power to Liela Moss !

C’est toujours le silence radio chez les Duke Spirit. Mais en contrepartie, Liela Moss revient avec le successeur de My Name Is Safe In Your Mouth. Et ça c’est une très bonne nouvelle.

Au feu !

Au feu !

Pendant que l’après ressemble furieusement à l’avant, en pire, Nerlov propose une solution avec Si On Brûlait Tout, nouvel extrait de son récent EP, Je vous aime tous.

Over the dream !

Over the dream !

Encore un bourre-pif en pleine guerre de la COVID. Jeff Rosenstock nous en colle une sévère avec une divine surprise, un nouvel album, NO DREAM à se procurer d’urgence.

Le testament à l’anglaise de Jason  Molina

Le testament à l’anglaise de Jason Molina

Tragiquement disparu à l’âge de 39 ans en 2013, Jason Molina (Songs: Ohia et Magnolia Electric Co) a laisse derrière lui quelques secrets dont ce disque, Eight Gates, enregistré à Londres entre 2007 et 2008 que Secretly Canadian publiera cet été.

En lévitation

En lévitation

Sommes-nous toujours des connards ? En tout cas sûrement ceux qui continuent d’ignorer Jeff Martin et Idaho. Heureusement Talitres réédite Levitate paru en 2001 avec 1000 exemplaires en vinyle le 17 Juillet 2020.

La diagonale du fou

La diagonale du fou

Encore un retour cette semaine avec un titre très personnel de Matt Berninger, Serpentine Prison sans The National.

Pris dans les phares

Pris dans les phares

Il y a des retours qui font du bien. Après Elvis Perkins, revoilà notre irlandais préféré James Vincent McMorrow sans nouvelles depuis deux ans avec un nouveau titre, Headlights.

Surfer Blood : ça va saigner

Surfer Blood : ça va saigner

De retour chez Kanine Records (le label qui les avait signés pour leurs débuts en 2010), les Surfer Blood s’apprêtent à faire partir une salve de tubes avec Carefree Theatre, leur nouvel album.

Pisser dans la colle !

Pisser dans la colle !

Sleaford Mods se moque du virus et des sorties de disques décalées. Car les Sleaford Mods sont le virus, le bacille vivace punk que l’on ne doit surtout pas éradiquer.

Woods can’t get outta my head

Woods can’t get outta my head

Jeremy Earl et ses Woods sont de retour avec Strange Explain, leur onzième album. Et bonne nouvelle, ce disque est meilleur que le dixième. Dixième album qui était meilleur que le neuvième. Neuvième album qui était meilleur que le huitième…

The Drums, sans tambour ni trompette

The Drums, sans tambour ni trompette

Miracle ! Le nouvel artwork du nouveau boulot de Jonny Pierce aka The Drums ne nous donne pas la nausée. Après les horribles pochettes (Brutalism & Abysmal Thoughts), Pierce se décide à enfin revenir à des choses plus jolies et plus méditatives.

Les Stroppies sont bien vivants !

Les Stroppies sont bien vivants !

Coincés entre les (sensationnels) RVG et les (ultra-productifs) Rolling Blackouts Coastal Fever, les Stroppies se voient obligés d’occuper le terrain et sont prêts pour publier Look Alive!, leur deuxième album.

Roxaane la lumineuse !

Roxaane la lumineuse !

Chronique d’un carton annoncé. On vous a déjà prévenu, Roxaane sera une très grande si elle ne va pas à contresens. Encore que.

Les transports de Fernõ

Les transports de Fernõ

Bon, d’accord il y a un peu plus de cent kilomètres d’Hollywood à Õsaka le nouveau titre de Fernõ, mais en amour, le concept d’espace temps est élastique.

Dancing King !

Dancing King !

Il y a des chansons ‘madeleine’ et sans doute Cosmic Dancer de T. Rex en fait partie. Mais quand c’est Nick Cave qui s’y colle surtout en ce moment cela revêt une autre dimension, from the womb to the tomb, d’autant que l’initiateur de ce projet d’hommage à Marc Bolan, le producteur Hal Willner est…

Alain Johannes a les pieds sur terre

Alain Johannes a les pieds sur terre

Comme un prélude à son nouveau disque, Alain Johannes (Eleven, Mark Lanegan Band), dé-confine quatre inédits sur Bandcamp.