Bowie, une étoile est morte

David Bowie tire sa révérence
Guimauve - 11/01/2016

Voilà, ce coup-ci, c’est fait. Des années que la rumeur le disait moribond, que son absence scénique inquiétait. David Bowie est mort.

On le croyait immortel ou ressuscité ad vitam tel Lazare, on croyait en sa bonne ★, c’était son chant du cygne. Mais pas une vulgaire resucée du passé, pas un pensum pour faire plaisir à une maison de disque. Black Star est tout sauf un tombeau, c’est la pierre philosophale du 2001 de Kubrick, autre artiste en avance sur son temps c’est un legs plus qu’un testament qui n’appelle pas d’héritier. On n’écoutera plus son Lazarus de la même façon :

Look up here, I’m in heaven
I’ve got scars that can’t be seen
I’ve got drama, can’t be stolen
Everybody knows me now

Look up here, man, I’m in danger
I’ve got nothing left to lose
I’m so high, it makes my brain whirl
Dropped my cell phone down below
Ain’t that just like me ?

By the time I got to New York
I was living like a king
Then I used up all my money
I was looking for your ass

This way or no way
You know I’ll be free
Just like that bluebird
Now, ain’t that just like me ?

Oh, I’ll be free
Just like that bluebird
Oh, I’ll be free
Ain’t that just like me ?

David Bowie – Lazarus

On a tous un souvenir personnel avec Bowie, quel que soit notre âge tant il a marqué nos vies en faisant le pont entre le passé et l’avenir, touche à tout génial.
Je me souviens de ce concert du dimanche 28 juin 1987 au stade de Gerland, 5 jours avant ma majorité et juste avant la condamnation de Barbie dans un procès historique.
Je me souviens que le billet coûtait 150 francs !
Je me souviens de cette étrange araignée qui luisait sous le soleil radieux.
Je me souviens de l’excellent Kent avec Starshooter ouvrant la soirée, perdu sur cette immense scène.
Je me souviens de l’arrivée aérienne et écarlate du roi David la nuit tombée, pendu à un fil pour Glass Spider.
Je me souviens d’une setlist qui parcourait toute sa carrière, découverte avec Let’s dance, acheté ado en 45 tours en 1983, le même jour que Thriller.
Je me souviens de sa reprise d’I wanna be your dog durant le rappel.
Bien sûr ce n’était pas la meilleure tournée, mais assurément un souvenir indélébile, constitutif de mon ADN musical. Alors plutôt que de faire un choix impossible de chansons pour lui rendre hommage voici Never let me down de cet album de 1987 et de cette tournée, sans doute pas un grand titre mais David ne nous laissera jamais tomber. Et puis de faire comme hier, écouter ★, serein et confiant même si l’on pense à Macca, Bob, Neil, et bien sûr Iggy qui vient de déclarer « L’amitié de David était la lumière de ma vie ».

Le Roi David Bowie est mort, vive le roi.

David Bowie – Stade de Gerland (Lyon) 28/6/1987

https://www.youtube.com/watch?v=c4ZZMbpUFMY

David Bowie - ★ (Blackstar)
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Réponses
  1. Merci Guimauve, pour ce billet touchant . Oui, on a tous un souvenir personnel de David Bowie; Une icone internationale avant-gardiste de la musique au talent inégalé .
    Pour ma part , je me souviens de lui quand j’étais gamin avec le clip « Ashes to ashes » déguisé en Pierrot lunaire marchant le long d’un plage et puis , surtout de l’avoir vu dans le film « L’homme qui venait d’ailleurs » oui il m’avait fasciné et fait un peu peur aussi il faut avouer.

    Adolescent ce fut « Let’s dance » sa coupe de cheveux peroxydée et , même si je ne trouve pas que ce soit sa meilleure période , çà fait du bien quand même de l’entendre encore sur les ondes .

    Mon disque préféré de tout les temps est .. »Ziggy Stardust » ..Bowie , c’est au quotidien chez moi ! Tchao the Tin White Ducke !

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “News

The Rebels of Tijuana

[EXCLU] Immenses The Rebels of Tijuana

Immenses Rebels of Tijuana ? Assurément avec un nouvel EP, La Dominicaine ce Vendredi 13 décembre en vinyle et en digital avec Le Pop Club Records, Echo Orange et Urgence Disk accompagné d’un nouveau clip, C’est Immense.

Between the Moon & On the Other Side

Unis dans la séparation

Un peu de douceur dans notre monde de brute et de mensonges avec les voix caressantes de Laura Weinbach (Foxtails Brigade) et de Kramies pour un split single, Between the Moon & On the Other Side disponible depuis le 10 décembre.

Nada Surf

Looking For Nada Surf

Nada Surf confirme avec Looking For You tous les espoirs soulevés avec son premier single.

Resplendissante Nadia Reid

Nadia Reid a changé de paire de lunettes mais son écriture n’a pas bougé d’une seule note. Découverte en 2015 avec le magistral Listen to Formation, Look for the Signs, la Néo-Zélandaise sera de retour en 2020.

‘Tell All the People’, The Electric Soft Parade de retour sur les planches !

Il y a des retours qui font du bien, qui titillent les souvenirs comme celui d’un concert mémorable au Ninkasi en décembre 2003 en ouverture de Grandaddy ou encore au festival de Sédières en Corrèze en 2007 à boire des litres de bière dans un chalet perdu dans la forêt avec The Elderberries et Théo…

All The Best, Mark Kozelek

L’ex Red House Painters finit l’année en annonçant le programme de l’année prochaine.

Pierre Daven-Keller

Le Vent se Lève pour Pierre Daven-Keller

Proche de Philippe Katerine, Dominique A et Miossec, Pierre Daven-Keller a publié il y a quelques semaines Kino Music, un disque aussi singulier que beau. La vie de ce disque se poursuit avec le clip de Sirocco.

Greg (tombe) Dulli

On a connu Greg Dulli dans les The Afghan Whigs, The Gutter Twins, The Twilight Singers et comme invité du premier Foo Fighters. On le connaitra désormais en solo avec l’arrivée de Random Desire.

Mark Lanegan vient frapper à ta porte

Si la grève du 5 décembre 2019 vous empêche d’aller voir Mark Lanegan au Trianon (Paris), vous pourrez vous rattraper en découvrant ses mémoires le 30 avril 2020.

Gare à Gary Lee Conner !

Cherry Red avait eu l’excellente idée, il y a quelques mois, de rééditer Sweet Oblivion des Screaming Trees. Gary Lee Conner, brillant chef d’orchestre de ce groupe, vient d’avoir la bonne idée de ressortir en vinyle The Microdot Gnome, un de ses disques solos.

Savourer le retour de Saint Saviour

Après avoir travaillé avec Bill Ryder-Jones, Becky Jones aka Saint Saviour a le chic de ramener sur le devant de la scène Badly Drawn Boy.

Theo Hakola vous promet l’enfer !

Né à Spokane, dans l’État de Washington, Theo Hakola est à la fois romancier, acteur, producteur, journaliste et surtout musicien. Avant de se lancer en 1993 en solo, Hakola avait dynamité les années 80 avec Passion Folder et Orchestre Rouge. Trois ans après son dernier roman et son dernier album (I Fry Mine In Butter!),…

Noel Gallagher

Joyeux Noël avec Noel !

Pendant que Liam Gallagher gère l’héritage d’Oasis en remplissant des salles aussi facilement qu’il descend des bières, Noel Gallagher continue ses pérégrinations pop et multiplie les EP’s.

[EXCLU] Pictish Trail – Bad Algebra

Pictish Trail est le secret le mieux gardé du Royaume-Uni. Pas pour longtemps car cet Écossais multiplie les premières parties de luxe (Belle and Sebastian, Steve Mason) et enchaîne les bonnes chansons. La preuve avec Bad Algebra que SK* vous présente en exclusivité.

Le portrait de Tiersen

Yann Tiersen s’apprête à publier Portrait, une somme de 25 titres, nouvellement enregistrés (titres sortis dans sa carrière) ainsi que trois nouveaux morceaux dont Closer, enregistré avec Blonde Redhead et désormais disponible.

Islet

Islet n’a aucun Grief contre vous

Fire Records se prépare une année 2020 aux petits oignons. Avec les Black Lips, le phénoménal Pictish Trail et le nouvel Islet, le label anglais multiplie les jolies annonces.

Nada Surf @ Fabrice Buffart

Always Love pour Nada Surf

En 2017, Nada Surf a célébré le quinzième anniversaire de l’album Let Go, un disque capable de faire pleurer à chaudes larmes un régiment de légionnaires. En 2020, Nada Surf décide de nous donner de l’énergie avec Never Not Together, un disque qui les fait revenir à une power pop essentielle.