Emily Jane White – They Moved in Shadow All Together

L'été 2016 s'annonce infiniment glacial. En effet, Emily Jane White et Morticia Addams aka Marissa Nadler sont de retour. C'est le label girondin Talitres qui a dégainé le premier avec la publication du cinquième album de Jane White.


On savait que cette Américaine expatriée à Bordeaux savait écrire des chansons. Depuis Dark Undercoat (2007), son premier album, Jane White enquille en toute discrétion des petits chefs d’œuvres de folk mâtiné de sadcore.
Avec They Moved in Shadow All Together, Emily Jane White possède enfin son grand chef d’œuvre.

Emily Jane White doit être une artiste assez pratique pour un patron de label. Avec une économie de moyens assez impressionnante (à savoir deux touches de piano et son filet de voix), elle peut vous retourner une salle de concert ou une caserne de légionnaires. Avec Wild Tigers I Have Known (Dark Undercoat – 2007) ou The Cliff (Ode to Sentience – 2010), elle fait autant de ramdam qu’un groupe de rock et plus d’effet qu’une chorale cantique.

Emily Jane White – Frozen Garden

Discographie

Et bien avec son nouveau disque, They Moved in Shadow All Together, c’est encore mieux. Les effets de la musique d’Emily Jane White sont multipliés par mille. Le chant hypnotique de la sirène californienne fonctionne comme des éclairs. Il lui suffit de deux morceaux (le terrible Frozen Garden et le séduisant Pallid Eyes) pour emballer l’affaire et nous faire abandonner tout ce que nous faisions pour écouter l’intégralité de son disque.

Intitulé d’après la phrase inaugurale du second roman de Cormac Mc Carthy “Outer Dark” (“L’Obscurité du dehors”, 1968), ce disque est un O.V.N.I dans la discographie d’Emily Jane White. Elle atteint ici un niveau rarement atteint. Avec des chansons comme Nightmares on Repeat elle fait passer Alela Diane pour un vulgaire bûcheron du Dakota du Nord. Là où Emily Jane White est encore plus pratique pour un patron de label, c’est dans le potentiel commercial de sa musique. Si on fait abstraction des textes, They Moved in Shadow All Together est un voyage dans un océan de sérénité et de béatitude. Tous les clubs de yoga ont ici leur bande son idéale… En revanche, l’étude des textes exclue d’office tous les dépressifs de ce bas monde. Les onze morceaux de They Moved in Shadow All Together évoquent les symptômes de différents traumatismes. On retiendra notamment Womankind qui évoque les violences faites aux femmes. Et de 2016, on retiendra They Moved in Shadow All Together comme un des albums de l’année.

They Moved in Shadow All Together d’Emily Jane White a été publié le 29 avril 2016 via le label Talitres.
Emily Jane White sera en concert au Le Klub (Paris) le 18 mai 2016, le 21 mai 2016 à Bruxelles (Les Nuits Botanique) et le 22 mai à La Péniche (Lille).

Emily Jane White – They Moved in Shadow All Together

Tracklist : Emily Jane White - They Moved in Shadow All Together
  1. Frozen Garden
  2. Pallid Eyes
  3. Hands
  4. Nigthmare on Repeat
  5. Rupturing
  6. Moulding
  7. The Ledge
  8. The Black Dove
  9. Antechamber
  10. Womankind
  11. Behind the Glass

Emily Jane White – They Moved in Shadow All Together
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Emily Jane White

2X2 places pour Emily Jane White & Troy Von Balthazar à l’ECFM de Canteleu (76)

Emily Jane White déclare sa guerre avec un nouvel album, Alluvion à paraitre chez Talitres le 25 mars. Vous pourrez l’entendre en avant première le 17 mars à l’ECFM de Canteleu près de Rouen en compagnie de l’encourageant Troy Von Balthazar malgré le ténébreux Black Black extrait de son récent Courage, mon amour ! disponible […]
Emily Jane White – Show Me the War

Vidéo : Emily Jane White – Show Me the War

God is a concept by which we measure our pain chantait Lennon. Emily Jane White évoque son combat intime avec Show Me the War, premier extrait de son septième album Alluvion à paraître le 25 mars chez Talitres.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn – Optimism

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.