Catégories
Chroniques d'albums

Emily Jane White – They Moved in Shadow All Together

L’été 2016 s’annonce infiniment glacial. En effet, Emily Jane White et Morticia Addams aka Marissa Nadler sont de retour.
C’est le label girondin Talitres qui a dégainé le premier avec la publication du cinquième album de Jane White.

On savait que cette Américaine expatriée à Bordeaux savait écrire des chansons. Depuis Dark Undercoat (2007), son premier album, Jane White enquille en toute discrétion des petits chefs d’œuvres de folk mâtiné de sadcore.
Avec They Moved in Shadow All Together, Emily Jane White possède enfin son grand chef d’œuvre.

Emily Jane White doit être une artiste assez pratique pour un patron de label. Avec une économie de moyens assez impressionnante (à savoir deux touches de piano et son filet de voix), elle peut vous retourner une salle de concert ou une caserne de légionnaires. Avec Wild Tigers I Have Known (Dark Undercoat – 2007) ou The Cliff (Ode to Sentience – 2010), elle fait autant de ramdam qu’un groupe de rock et plus d’effet qu’une chorale cantique.

Emily Jane White – Frozen Garden

Et bien avec son nouveau disque, They Moved in Shadow All Together, c’est encore mieux. Les effets de la musique d’Emily Jane White sont multipliés par mille. Le chant hypnotique de la sirène californienne fonctionne comme des éclairs. Il lui suffit de deux morceaux (le terrible Frozen Garden et le séduisant Pallid Eyes) pour emballer l’affaire et nous faire abandonner tout ce que nous faisions pour écouter l’intégralité de son disque.

Intitulé d’après la phrase inaugurale du second roman de Cormac Mc Carthy “Outer Dark” (“L’Obscurité du dehors”, 1968), ce disque est un O.V.N.I dans la discographie d’Emily Jane White. Elle atteint ici un niveau rarement atteint. Avec des chansons comme Nightmares on Repeat elle fait passer Alela Diane pour un vulgaire bûcheron du Dakota du Nord. Là où Emily Jane White est encore plus pratique pour un patron de label, c’est dans le potentiel commercial de sa musique. Si on fait abstraction des textes, They Moved in Shadow All Together est un voyage dans un océan de sérénité et de béatitude. Tous les clubs de yoga ont ici leur bande son idéale… En revanche, l’étude des textes exclue d’office tous les dépressifs de ce bas monde. Les onze morceaux de They Moved in Shadow All Together évoquent les symptômes de différents traumatismes. On retiendra notamment Womankind qui évoque les violences faites aux femmes. Et de 2016, on retiendra They Moved in Shadow All Together comme un des albums de l’année.

They Moved in Shadow All Together d’Emily Jane White a été publié le 29 avril 2016 via le label Talitres.
Emily Jane White sera en concert au Le Klub (Paris) le 18 mai 2016, le 21 mai 2016 à Bruxelles (Les Nuits Botanique) et le 22 mai à La Péniche (Lille).

Emily Jane White – They Moved in Shadow All Together

Tracklist : Emily Jane White - They Moved in Shadow All Together
  1. Frozen Garden
  2. Pallid Eyes
  3. Hands
  4. Nigthmare on Repeat
  5. Rupturing
  6. Moulding
  7. The Ledge
  8. The Black Dove
  9. Antechamber
  10. Womankind
  11. Behind the Glass
Emily Jane White – They Moved in Shadow All Together4.5
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Emily Jane White

Emily Jane White : le royaume de feu

Emily Jane White repousse les limites de la beauté et a de quoi faire passer les Slowdive pour un groupe de death metal hongrois avec Immanent Fire, son nouvel album.
Talitres

Cuvée Anniversaire chez Château Talitres

Nous vous avions parlé il y a quelques semaines de la soirée d’anniversaire du label Talitres à Paris (La Maroquinerie). Le label bordelais double la mise et offre deux soirées au public girondin.
photos concert : Motorama @ le Café de la Danse, Paris, 26/10/2015

Bon anniversaire Talitres !

Le label Talitres va bientôt avoir quinze ans. Pour fêter dignement ce bel âge, la maison bordelaise a réservé La Maroquinerie deux soirs de suite pour y faire jouer le fleuron de son label.

Plus dans Chroniques d'albums

Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.
Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…
Régina Demina - Hystérie

Régina Demina – Hystérie

On voudrait voir la dame blanche, en short serré, talons aiguilles et joli décolleté, on se trouverait probablement au bon endroit. On souhaiterait voir la Belle et la Bête monter une barre de pole dance, ou Atchoum se maquiller en princesse, on le serait probablement encore aussi. Car Régina Demina est un enchevêtrement de peut-être,…