Catégories
Chroniques d'albums

Emily Jane White – They Moved in Shadow All Together

L’été 2016 s’annonce infiniment glacial. En effet, Emily Jane White et Morticia Addams aka Marissa Nadler sont de retour.
C’est le label girondin Talitres qui a dégainé le premier avec la publication du cinquième album de Jane White.

On savait que cette Américaine expatriée à Bordeaux savait écrire des chansons. Depuis Dark Undercoat (2007), son premier album, Jane White enquille en toute discrétion des petits chefs d’œuvres de folk mâtiné de sadcore.
Avec They Moved in Shadow All Together, Emily Jane White possède enfin son grand chef d’œuvre.

Emily Jane White doit être une artiste assez pratique pour un patron de label. Avec une économie de moyens assez impressionnante (à savoir deux touches de piano et son filet de voix), elle peut vous retourner une salle de concert ou une caserne de légionnaires. Avec Wild Tigers I Have Known (Dark Undercoat – 2007) ou The Cliff (Ode to Sentience – 2010), elle fait autant de ramdam qu’un groupe de rock et plus d’effet qu’une chorale cantique.

Emily Jane White – Frozen Garden

Et bien avec son nouveau disque, They Moved in Shadow All Together, c’est encore mieux. Les effets de la musique d’Emily Jane White sont multipliés par mille. Le chant hypnotique de la sirène californienne fonctionne comme des éclairs. Il lui suffit de deux morceaux (le terrible Frozen Garden et le séduisant Pallid Eyes) pour emballer l’affaire et nous faire abandonner tout ce que nous faisions pour écouter l’intégralité de son disque.

Intitulé d’après la phrase inaugurale du second roman de Cormac Mc Carthy “Outer Dark” (“L’Obscurité du dehors”, 1968), ce disque est un O.V.N.I dans la discographie d’Emily Jane White. Elle atteint ici un niveau rarement atteint. Avec des chansons comme Nightmares on Repeat elle fait passer Alela Diane pour un vulgaire bûcheron du Dakota du Nord. Là où Emily Jane White est encore plus pratique pour un patron de label, c’est dans le potentiel commercial de sa musique. Si on fait abstraction des textes, They Moved in Shadow All Together est un voyage dans un océan de sérénité et de béatitude. Tous les clubs de yoga ont ici leur bande son idéale… En revanche, l’étude des textes exclue d’office tous les dépressifs de ce bas monde. Les onze morceaux de They Moved in Shadow All Together évoquent les symptômes de différents traumatismes. On retiendra notamment Womankind qui évoque les violences faites aux femmes. Et de 2016, on retiendra They Moved in Shadow All Together comme un des albums de l’année.

They Moved in Shadow All Together d’Emily Jane White a été publié le 29 avril 2016 via le label Talitres.
Emily Jane White sera en concert au Le Klub (Paris) le 18 mai 2016, le 21 mai 2016 à Bruxelles (Les Nuits Botanique) et le 22 mai à La Péniche (Lille).

Emily Jane White – They Moved in Shadow All Together

Tracklist : Emily Jane White - They Moved in Shadow All Together
  1. Frozen Garden
  2. Pallid Eyes
  3. Hands
  4. Nigthmare on Repeat
  5. Rupturing
  6. Moulding
  7. The Ledge
  8. The Black Dove
  9. Antechamber
  10. Womankind
  11. Behind the Glass
Emily Jane White – They Moved in Shadow All Together4.5
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Emily Jane White

Emily Jane White : le royaume de feu

Emily Jane White repousse les limites de la beauté et a de quoi faire passer les Slowdive pour un groupe de death metal hongrois avec Immanent Fire, son nouvel album.
Talitres

Cuvée Anniversaire chez Château Talitres

Nous vous avions parlé il y a quelques semaines de la soirée d’anniversaire du label Talitres à Paris (La Maroquinerie). Le label bordelais double la mise et offre deux soirées au public girondin.
photos concert : Motorama @ le Café de la Danse, Paris, 26/10/2015

Bon anniversaire Talitres !

Le label Talitres va bientôt avoir quinze ans. Pour fêter dignement ce bel âge, la maison bordelaise a réservé La Maroquinerie deux soirs de suite pour y faire jouer le fleuron de son label.

Plus dans Chroniques d'albums

Mansfield.TYA – Monument Ordinaire

Sans vraiment savoir pourquoi, dans Monument Ordinaire, on s’attendrait à voir des trucs. Et rien ne nous surprendrait. En écoutant, vaguement, comme ça, quelques minutes au hasard. Peut-être déjà parce que Mansfield. TYA ça ne respire pas toujours follement la joie, ça a même quelques fois une tête de sonnerie aux morts. Ou bien celle…
Mogwai - As The Love Continues

Mogwai – As The Love Continues

Sorte de bizarrerie électrique à ses débuts, Mogwai s’impose aujourd’hui comme un grand fournisseur de chansons et endosse le statut de meilleur groupe écossais.
Brisa Roché & Fred Fortuny - Freeze Where U R

Brisa Roché & Fred Fortuny – Freeze Where U R

A ma gauche, Brisa Roché, chanteuse américaine installée à Paris depuis quelques années. A ma droite, Fred Fortuny, musicien ayant travaillé avec une kyrielle d’artistes dont Da Silva. Au milieu, ce disque, Freeze Where U R, qui réchauffe les cœurs et qui a le parfum des notes de Carole King.
Kiwi Jr. - Cooler Returns

Kiwi Jr. – Cooler Returns

Pour les radins qui ont refusé de débourser une vingtaine d’euros pour Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983 – 1987 (Captured Tracks), les Kiwi Jr. représentent la solution de secours et l’ultime chance de se rattraper. Pour une dizaine d’euros, Cooler Returns, le nouveau disque de ces Canadiens promet beaucoup et donne……
Chevalrex - Providence

Chevalrex – Providence

Écrit en partie l’hiver dernier sur l’île de la Désirade (Guadeloupe), Providence prend élégamment la suite d’Anti Slogan et nous fait espérer des jours meilleurs avec des chansons puissantes et tenaces.
Strum & Thrum

Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983​-​1987

Attention. Grande compilation. Concoctée par Mike Spiner, le patron de Captured Tracks, Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983​-​1987 soulève le couvercle d’un passé riche mais totalement oublié. En effet, dans les années 80, le rock indépendant américain avait des têtes de pont formidables mais avec toute une tripotée de seconds couteaux tout…