Catégories
Chroniques d'albums

Richard Ashcroft – These People

C’est ce bon Andrew Loog Oldham qui a le mieux résumé la carrière de Richard Ashcroft. Pour le manager des Rolling Stones, le leader de feu The Verve ne s’est jamais remis de la chanson Bittersweet Symphony. Depuis 1997, la grande asperge anglaise est hantée par ce sample des Stones et tente de rééditer l’exploit dès qu’il se met à écrire quelques rimes.

Le souci avec Richard Ashcroft, c’est qu’il y a deux problèmes. Le premier est son caractère de cochon anorexique. Pour se tirer une balle dans le pied, Ashcroft fait figure de modèle de démonstration dans tous les H.M.V anglais. Vous attendez la suite d’Urban Hymns en 1998 ? Vous aurez un disque solo d’un coté (Alone with Everybody pour Richard) et un album foiré pour Tong and Jones (The Shining).
Richard Ashcroft a écrit des chansons du niveau de Lucky Man et de Sonnet. Le seul problème est que personne ne s’en est rendu compte. Ses deux premiers albums solo n’ont pas bougé d’une note quinze après leur sortie. Mais tout le monde s’en fiche. Ashcroft avait raison dès son premier disque : Alone With Everybody.
En 1997, le monde était à ses pieds. Depuis il court après. Exception faite du Royaume-Uni qui adore cet enfant gâté.
Autre problème pour Mad Richard : son plus grand fan s’appelle Chris Martin. C’est comme pour Oasis avec Lars Ulrich.

Richard Ashcroft – Hold On

Et en 2016, que vaut la musique de Richard Ashcroft ? En 2016, Richard Ashcroft fait du vieux avec du vieux. Le fidèle Chris Potter est derrière la console et Wil Malone règle les cordes. Peter Salisbury a été remplacé à la batterie par Steve Sidelnyk (Madonna, Dido, R.E.M et Primal Scream) et Damon Minchella tient la basse après avoir claqué la porte d’Ocean Colour Scene. Et le résultat dans tout ça ? On a le droit à quelques belles sorties de piste. A côté son disque United Nations of Sound pourrait passer pour un chef d’œuvre.

Richard Ashcroft – This Is How It Feels

Il faut avoir les reins solides pour écouter ce disque en entier. Les fans les plus valeureux seront tout de même récompensés. Ain’t The Future So Bright (le neuvième titre) nous fera basculer dans les heures bénies du premier disque (avec les rides en plus) et These People montre que ce type peut encore écrire quelque chose de correct. Le reste est totalement anecdotique.

These People de Richard Ashcroft sera publié le 20 mai 2016 via Righteous Phonographic Association/Cooking Vinyl.

Richard Ashcroft - These People

Tracklist : Richard Ashcroft - These People
  1. Out Of My Body
  2. This Is How It Feels
  3. They Don’t Own Me
  4. Hold On
  5. These People
  6. Everybody Needs Somebody To Hurt
  7. Picture Of You
  8. Black Lines
  9. Ain’t The Future So Bright
  10. Songs Of Experience

Richard Ashcroft – These People3.0
6/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
3 réponses sur « Richard Ashcroft – These People »

Je suis plutôt du genre « public conquis par avance » concernant Ashcroft.
Mais là objectivement, j’ai pas pu aller au bout. Terrible.

Cet album est bon , pas génial mais bon.
La production est assez surprenante de sa part mais on s’y fait et les chansons sont plutots bonnes ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

The Verve - A Northern Soul

A Northern Soul de The Verve réédité

Tiens on réédite (uniquement en vinyle visiblement) le deuxième album des The Verve. L’heureuse nouvelle ! L’objet avait atteint des prix prohibitifs sur le marché de l’occasion. Il faut dire qu’en 1995, année de la sortie de ce disque, le pressage des vinyles était réduit à sa portion congrue. Les majors avaient décidé quelques années…
The Magnetic North

Cap sur le Magnetic North

Leçon de mathématiques : Erland & the Carnival = Erland Cooper + Simon Tong. The Magnetic North = Erland & the Carnival + Hannah Peel. Erland & the Carnival + The Magnetic North = 5 grands disques de pop anglaise.
Richard Ashcroft

This Is Richard Ashcroft

Richard Ashcroft (The Verve) reviendra aux affaires le 20 mai 2016. Après l’accident industriel causé par son album The United Nations of Sound (2010), Mad Richard revient dans une forme plus classique. Et en peu plus en forme que précédemment !

Ashcroft en roue libre

Richard Ashcroft Alors que des milliers de gens raisonnables se sont précipités au Zénith pour aller taper du pied sur les rythmes de Them Crooked Vultures, quelques personnes se sont cachées dans le Trabendo pour découvrir le nouveau projet de la grande brindille.

Plus dans Chroniques d'albums

Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée Jim James, de Bill Frisell, de Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.
The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.
Andy Bell

Andy Bell – The View From Halfway Down

Andy Bell s’offre son premier album solo pour ses 50 ans et nous fait un joli cadeau. The View From Halfway Down, enregistré avec Gem Archer (Oasis), est un disque aux allures modestes mais qui fait le travail comme les grands.
StrawberrySeas_LP_Cover

Strawberry Seas – Strawberry Seas

2020 est une l’année horrible par excellence. La Covid, les élections américaines, les inondations… Le meilleur moyen pour quitter la tête haute cette année infernale est le disque des Strawberry Seas.
idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.