Ils sont là ! Après de longs mois d’attente, Islands a sorti courant mai deux albums qui n’ont rien à voir l’un avec l’autre, mais qui vont parfaitement bien ensemble.

Enregistrés simultanément dans des styles très différents, Should I Remain Here At Sea ? et Taste symbolisent le goût de la tête-pensante Nick Thorburn pour les contours flous, le mélange des genres, le brouillage des pistes.

Taste est le prolongement logique des penchants synth-pop de Nick Thorburn aperçus avec Islands (l’album Vapours), ou en solo (les albums I Am An Attic et City Of Quartz publiés sous l’alias Nick Diamonds). Malgré des tempos à ressorts imprimés par des boîtes à rythme et la prédominance de synthés vintage, les structures, les harmonies et les choeurs viennent rappeler au bon soldat pop qu’il est en terrain connu. L’ensemble est hyper riche (mais très digeste), très enluminé (mais pas ampoulé), et plusieurs écoutes aident à apprécier le goût (LOL) de ce mille-feuille chelou. Dans ce sens, il est le complément parfait de son jumeau, Should I Remain Here At Sea ?, dont l’immédiateté est une des grandes qualités.

Islands - Taste

Pendant les morceaux enlevés (Charm Offensive, Snowflake, The Joke), impossible de ne pas taper du pied, hocher la tête, ou carrément se mettre à danser sur la table avec un verre de rhum-ananas. Cet album est PHYSIQUE : on est pris par les basses rebondissantes et les effets de révèrb dès la première écoute. C’est une habitude avec Islands, mais les chansons en apparence les plus guillerettes cachent dans leurs textes une certaine ironie, un relatif désenchantement, et aussi beaucoup d’humour noir (No Milk, No Sugar). Quand l’ambiance se fait plus calme, on navigue entre du Brian Eno qui n’oublierait pas de greffer une mélodie sur ses structures sonores délicates (Pumpkin, Outspoken Dirtbiker, Whisper), et des titres frisant avec du abstract hip-pop (Cool Intentions, Umbrellas). Dans tous les cas, on évite avec brio l’écueil cheesy pour toujours rester digne et propre sur soi.

Taste est surtout atypique dans la discographie d’Islands du fait de sa production très 70s particulièrement riche. Là où Should I Remain Here At Sea ? est très brut, Taste est beaucoup plus arrangé et se laisse déguster avec raffinement (re LOL).

Tracklist : Islands - Taste
  1. Charm Offensive
  2. Pumpkin
  3. It's Heaven
  4. Carried Away
  5. No Milk
  6. No Sugar
  7. Outspoken Dirtbiker
  8. Snowflake
  9. Cool Intentions
  10. The Joke
  11. Umbrellas
  12. The Weekend
  13. Whsiper

Sortie le 13 mai 2016 chez Manqué Music / PledgeMusic.

Islands – Taste4.3
8.5/10
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Islands - Should I Remain Here At Sea

Islands – Should I Remain Here At Sea ?

Ils sont là ! Après de longs mois d’attente, Islands a sorti courant mai deux albums qui n’ont rien à voir l’un avec l’autre, mais qui vont parfaitement bien ensemble. Enregistrés simultanément dans des styles très différents, Should I Remain Here At Sea ? et Taste symbolisent le goût de la tête-pensante Nick Thorburn pour…
Nick Diamonds - City of Quartz

Nick Diamonds – City Of Quartz

Nos petits cœurs fragiles encore tout secoués par l’arrivée prochaine de deux nouveaux Islands, l’idée saugrenue de réécouter un des albums passés les plus inaperçus de 2015 nous a semblé être la meilleure de la journée. Et elle le fût.

Islands s’offre un doublé

Islands a annoncé la sortie de deux albums, et présenté chacun des deux premiers singles. Back Into It s’échappe de Should I Remain Here, At Sea ? et Charm Offensive est un avant-goût de Taste.
Fred Woods - Tournée 2014

Promenons-nous dans les bois

Fred Woods vient de la belle province du Québec qui nous abreuve ces dernières années d’artistes de qualité. Son premier album Documenta est sorti en octobre en France, il sera en concert au Divan du Monde le 24 octobre, il répond à quelques questions lors de son passage remarqué au MaMa 2014. Fred Woods ©…
The Unicorns - Who Will Cut Our Hair When We're Gone ?

Le repos de la licorne

The Unicorns – Who Will Cut Our Hair When We’re Gone ? Who Will Cut Our Hair When We’re Gone ? des géniaux The Unicorns ressort le 26 août en CD et le 9 octobre dans une édition vinyle limitée.
clip : Islands – Hallways

clip : Islands – Hallways

Quatrième album pour le canadien Nick Thorburn exilé sur son Islands après avoir égayé The Unicorns. A Sleep & A Forgetting a été enregistré en peu de temps, en majorité au piano sans ses jouets habituels et dans ce Hallways, il convoque une bande de squelettes dans un boogie pop endiablé à réveiller les morts.

Plus dans Chroniques d'albums

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.