Catégories
Chroniques d'albums

Arno – Human Incognito

Arno - Human Incognito

Comment ne pas se répéter après 11 disques solo et plus de 35 ans de carrière ?

Arno a passé quelques nuits blanches pour résoudre cette équation musicale, « à chaque fois je me dis que je ne dois pas faire la même chose que sur mon disque précédent et c’est de plus en plus difficile ». Pourtant Human Incognito s’éloigne de Future Vintage (2012) même si l’on retrouve la patte de l’immense John Parish à la production sur les titres les plus rock.

Discographie

Bien sûr la voix sévèrement burinée du feu follet flamand fait une fois de plus frissonner. Comme souvent, Arnold Charles Ernest Hintjens parle de lui dans une introspection salvatrice quasi thérapeutique. Car la vieillesse est loin d’être un naufrage I’m just an old motherfucker, Arno se régénère en s’abreuvant du soma d’une fontaine de jouvence électro dès le deuxième titre où il intime un programmatique et personnel Please exist qui s’adresse somme toute à nous tous.

Bien sûr Arno n’a rien perdu de son bagou Rock and Roll sans conservateur sur Une chanson absurde ou Never Trouble Trouble qui risquent d’enflammer la scène. De même, la basse envoutante et la guitare plaintive de Dance like a goose feront assurément onduler les corps et les cœurs.

Pas d’explicit lyrics sur le disque mais plutôt ‘émotions garanties’. Car là où le roi des belges règne en maître c’est dans les ballades bouleversantes à la Tom Waits, « J’ai perdu ma jeunesse mais j’aime encore Elvis, les jolies chansons ne tuent pas la réalité, maintenant je paie mes conneries du passé » sur Quand je pense à toi, blues du bayou Ostendais. Ce que l’on aime chez Arno c’est sa capacité à raconter sa vie qui est au final un peu la nôtre et l’album se clôt sur une poignante ode à la santé des cocus. Lucide Arno.

Arno – I’m Just an Old Motherfucker

Arno - Human Incognito

Arno – Human Incognito
8/10
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

Arno & Sofiane Pamart4

Vidéo : Arno & Sofiane Pamart

Arno veux vivre et nous aussi on veut qu’il vive pour continuer à nous assommer d’émotions avec sa gouaille et ses chansons revisitées au piano avec Sofiane Pamart.
Arno - Santeboutique

Vidéo : Arno – Santeboutique

La Santeboutique d’Arno est ouverte et c’est un peu « l’tourbillon de la vie ». On s’aime, on vieillit, on s’aime encore, un peu, plus comme au début et l’on rêve des étreintes passées, de ascenseur émotionnel.

Vidéo : Arno – Court-circuit dans mon esprit

Un clip simple, un titre simple. Arno nous met une claque une fois de plus avec sa voix, sa gouaille, son humanité. Il balance son spleen qui percute le notre. Cela devrait faire mal et cela fait un bien fou.
Arno - Human Incognito

Le futur d’Arno

Arno voudrait « vivre dans un monde où les cons ne font pas de bruit », pas facile en ce weekend électoral.

Plus dans Chroniques d'albums

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur. Vestale évanescente au milieu des villes mélancoliques, de territoires sauvages, fauves même… Et puis des ombres, des […]
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.
The Killers - Pressure Machine

The Killers – Pressure Machine

Entouré par Springsteen et par John Steinbeck, Brandon Flowers poursuit sa quête de la chanson parfaite et nous emmène dans les terres de son enfance.
Vikken

Vikken – Joie

Vikken et sa Joie ont tous deux le sens de la débâcle. Un côté Charlie Chaplin de la folle déprime, face à une grosse machinerie bête et informe, qui fixe, qui normalise, qui nécessairement finit par s’emballer, et qui ne s’arrête plus, et qui envoie valser en l’air à grands coups de beats électro tout […]
Francis Lung - Miracle

Francis Lung – Miracle

L’ex-membre de WU LYF a bien fait de nommer son nouveau disque Miracle. Les 13 (tiens tiens, ce nombre..) chansons font de nouveau croire en lui.