Catégories
Chroniques d'albums

Dinosaur Jr. – Give a Glimpse of What Yer Not

Mais à quoi tourne J Mascis ? Le nouvel album de ses Dinosaur Jr., Give a Glimpse of What Yer Not, fait passer tous les petits jeunes pour des pantouflards armés de déambulateurs. Sur le circuit depuis 1984, Dinosaur Jr. ne tremble pas et tient toujours la boutique.

Comme l’écrit Josh Gray du site The Quietus, les reformations ne fonctionnent pas. Les Pixies ont pondu un étron et ne comptent pas en rester là et Kevin Shields ne s’est pas remis de son album. Les reformations ne fonctionnent jamais. Sauf une : celle de Dinosaur Jr.. Depuis que J Mascis a relancé la machine Dinosaur Jr en 2005, le trio enquille les très bons disques voire plus.

Mais que se cache-t-il sous la casquette du très placide J Mascis ? Selon des gens très bien informés, il paraîtrait que la faculté de médecine du Massachusetts étudie de très près le cas Mascis.

Et quant est-il de ce onzième album ?
Give a Glimpse of What Yer Not est moins bon que le précédent album du groupe, le fabuleux I Bet On Sky. Sur ce dernier, les Dinosaur Jr. ont touché le firmament avec des compositions totalement entêtantes à rendre priapique n’importe quel fan de pop et totalement renversantes à rendre priapique n’importe quel fan de Neil Young.

Dinosaur Jr. – Tiny

Écouter Give a Glimpse of What Yer Not est une véritable cure de jouvence. Des chansons comme I Told Everyone ou Lost All Day sont l’arme anti-rides ultime. Depuis Dinosaur (1985) et You’re Living All Over Me, la recette semble immuable. Murph cogne finement, Lou Barlow fait le boulot et J Mascis chante comme un eunuque sous un torrent de cordes. Mais à chaque fois, ces trois-là font mouche. Et surtout tout le monde semble être très vieux à coté d’eux.

Il faudra surtout se jeter sur Love is…, un des deux morceaux où Lou Barlow a eu le droit de s’assoir à la table des négociations. Dinosaur Jr. a rarement sonné aussi juste. Et pour ceux qui pensaient que Mascis avait un pied dans la tombe avec Knocked Around, il faudra se rendre à l’évidence avec Left/Right : il nous enterra tous.

Dinosaur Jr. - Give a Glimpse of What Yer Not

Give a Glimpse of What Yer Not de Dinosaur Jr. est publié via Jagjaguwar/PIAS. Les Dinosaur Jr. seront en concert le 31 octobre 2016 à l’Elysée Montmartre.

Dinosaur Jr. - Give a Glimpse of What Yer Not

Tracklist : Dinosaur Jr - Give a Glimpse of What Yer Not
  1. Goin Down
  2. Tiny
  3. Be A Part
  4. I Told Everyone
  5. Love Is...
  6. Good To Know
  7. I Walk For Miles
  8. Lost All Day
  9. Knocked Around
  10. Mirror
  11. Left/Right

Dinosaur Jr. – Give a Glimpse of What Yer Not4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Mike Johnson

Mike Johnson, les hauts d’un bassiste

Membre de Snakepit (dont il faut réécouter urgemment les morceaux de From Vegas To Memphis), bassiste des Dinosaur Jr, proche de Mark Lanegan, Mike Johnson n’a pas chômé au cours des années 90. Il faut donc profiter de notre retraite forcée pour redécouvrir les disques de cette plume fine et sombre de l’Amérique des 90’s.
Pointu Festival 2017

Chapeau ! Pointu Festival

Un cadre magnifique, une programmation à tomber à la renverse et une entrée gratuite… C’est le Pointu Festival qui remporte donc haut la main le titre du meilleur festival estival de l’année 2017. SK* a sélectionné pour vous les concerts immanquables de cette édition. Il y a des poids lourds (Dinosaur Jr, Kurt Vile, Ride)…
TINALS 2016

Love is in the air

Le festival This Is Not A Love Song est désormais l’un des festivals indispensables dans l’offre estivale, il se déroulera les 3, 4 et 5 juin dans l’antre Paloma à Nîmes que vous rallierez par tous les moyens, malgré les grèves et les inondations ! SK* a posé quelques questions à Fred Jumel, l’une des…

Plus dans Chroniques d'albums

The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.
Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…