On ne peut pas évoquer Françoiz Breut sans un petit pincement au cœur et un regard dans le rétroviseur musical. Vingt ans déjà, on dansait au Twenty Two bar à une heure de grande écoute à Nulle Part Ailleurs, Dom’ avait des cheveux, Françoiz, timide, les mains croisées sur sa jupe, nous ensorcelait.

Le temps a passé et Françoiz Breut, arrivée là « par hasard » grâce à son pygmalion Dominique A trace une route sinueuse et instinctive dans le paysage musical français. 20 ans de carrière donc et une très belle année 2016 avec la réédition d’Une saison Volée dans une superbe édition augmentée de reprises d’amis proches et ce sixième album, Zoo, bestiaire de chansons pop qui poursuit l’aventure de La chirurgie des sentiments paru il y a trois ans, déjà en collaboration avec son guitariste Stéphane Daubersy.

La conquête ouvre le disque et l’on est de suite conquis. Les tempos se font plus enlevés, la voix semble libérée, peut-être une part animale qui s’exprime, les sonorités synthétiques sont davantage présentes. On chaloupe sur la danse des ombres, on est hypnotisé par la langueur non monotone du Jardin d’Eden, propice à la rêverie qui évoque les peintures du Douanier Rousseau. Les langues se mêlent, français, anglais, allemand comme sur Morlocks und die streunerin à la frontière de l’expérimentation, inspiré de la vision enfant du film La machine à explorer le temps.

C’est Adrian Utley, guitariste de Portishead, dont elle avait beaucoup apprécié le travail pour Perfume Genius qui a dompté tous les animaux de ce Zoo, disque plein de fantaisie, d’images fortes, de collages originaux, une porte ouverte vers un monde fantasmagorique à la rencontre de « l’araignée dans la tête » de Françoiz Breut.

Françoiz Breut – La Danse des Ombres

Françoiz Breut - Zoo

Françoiz Breut sera en concert :

Françoiz Breut - Concerts

Françoiz Breut – Zoo4.0
8/10
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

dominique-a-papiers-froisses

Vidéo : Dominique A – Papiers froissés

Après deux très bons disques en 2018, Toute latitude et La Fragilité et une très belle éclaircie en hommage à Philippe Pascal, Dominique A est de retour avec un EP 4 titres, Le Silence ou tout comme disponible le 10 juillet en digital.
Izia & Dominique A - Esseulés

Vidéo : Izïa & Dominique A – Esseulés

Le deuxième extrait du nouvel album d’Izïa, Citadelle disponible le 11 octobre 2019 est un duo et quel duo ! Avec Dominique A et ses danses douces et épileptiques. Cela aurait pu être la rencontre de la carpe et du lapin, c’est au contraire une fable très contemporaine sur nos solitudes dans la multitude.
Dominique A

Le courage de Dominique A

A était à Amiens. Pour la treizième date de sa seconde tournée de 2018, Dominique A se présente seul sur scène. Et les artistes qui se présentent seul sur scène sont toujours les plus forts. Neil Young, Bill Callahan, Jason Molina… Dominique A n’est jamais aussi fort que seul sur scène.
Alain Bashung - Immortels

Alain et Dominique

Bashung immortel ? C’est une évidence. On peut être sceptique quant aux albums posthumes mais à l’écoute de ce titre ‘panthéonesque’ de Dominique A avec au commande de ce disque la formidable Edith Fambuena, les doutes s’évanouissent.
Dominique A - Le temps qui passe sans moi

Vidéo : Dominique A – Le temps qui passe sans moi

On n’arrête plus Dominique A. Après Toute lattitude, voilà que déboule un nouvel extrait de la Fragilité à paraître le 3 octobre. Le temps qui passe sans moi est mis en images par Gaëtan Chataigner avant un nouveau livre chez Flammarion.

Plus dans Chroniques d'albums

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.
Jason Molina - Eight Gates

Jason Molina – Eight Gates

Secretly Canadian publie à titre posthume les ultimes enregistrements de Jason Molina. Les chansons d’Eight Gates ont été enregistrées en 2013, quelques mois avant la mort de son auteur. Sur ces neuf pistes, Molina oublie les guitares de Magnolia Electric et se projette dans les nuits sombres de The Lioness.

The Bathers – Kelvingrove Baby

Tout le monde se pâme sur la réédition en vinyle des disques de Lloyd Cole & The Commotions (Lloyd Cole & The Commotions – Collected Recordings 1983-1989 chez Tapete Records)… Et tout le monde oublie la réédition en cd et vinyle de la trilogie des disques des Bathers chez Marina Records, l’autre label teuton qui…

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.