On ne peut pas évoquer Françoiz Breut sans un petit pincement au cœur et un regard dans le rétroviseur musical. Vingt ans déjà, on dansait au Twenty Two bar à une heure de grande écoute à Nulle Part Ailleurs, Dom’ avait des cheveux, Françoiz, timide, les mains croisées sur sa jupe, nous ensorcelait.

Le temps a passé et Françoiz Breut, arrivée là « par hasard » grâce à son pygmalion Dominique A trace une route sinueuse et instinctive dans le paysage musical français. 20 ans de carrière donc et une très belle année 2016 avec la réédition d’Une saison Volée dans une superbe édition augmentée de reprises d’amis proches et ce sixième album, Zoo, bestiaire de chansons pop qui poursuit l’aventure de La chirurgie des sentiments paru il y a trois ans, déjà en collaboration avec son guitariste Stéphane Daubersy.

La conquête ouvre le disque et l’on est de suite conquis. Les tempos se font plus enlevés, la voix semble libérée, peut-être une part animale qui s’exprime, les sonorités synthétiques sont davantage présentes. On chaloupe sur la danse des ombres, on est hypnotisé par la langueur non monotone du Jardin d’Eden, propice à la rêverie qui évoque les peintures du Douanier Rousseau. Les langues se mêlent, français, anglais, allemand comme sur Morlocks und die streunerin à la frontière de l’expérimentation, inspiré de la vision enfant du film La machine à explorer le temps.

C’est Adrian Utley, guitariste de Portishead, dont elle avait beaucoup apprécié le travail pour Perfume Genius qui a dompté tous les animaux de ce Zoo, disque plein de fantaisie, d’images fortes, de collages originaux, une porte ouverte vers un monde fantasmagorique à la rencontre de « l’araignée dans la tête » de Françoiz Breut.

Françoiz Breut – La Danse des Ombres

Françoiz Breut - Zoo

Françoiz Breut sera en concert :

Françoiz Breut - Concerts

Françoiz Breut – Zoo4.0
8/10
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Dominique A - Les éveillés

Vidéo : Dominique A – Les éveillés

Il n’est pas question que l’amour vienne à manquer si tu restes éveillée. Et l’on a bien du mal à rester éveillé avec ce noir qui nous envahit, nous étreint, nous asphyxie.
Dominique A

Les contes d’automne de Dominique A

Dominique A sort le 6 novembre Vie étrange chez Cinq7 pour rendre la notre un peu plus supportable. Quatre morceaux figuraient sur l’EP sorti cet été, six autres qui nous font entrevoir peut être la lumière.

Dominique & Philippe

Dominique Ané aka Dominique A rend hommage à feu Philippe Pascal (Marquis de Sade) avec Fleurs Plantées par Philippe, un livre au discours de vérité et aux sentiments intenses.
Dominique A

La vie étrange de Dominique

Après 2 très bons albums en 2018, un formidable EP aux accents Bevilacquesques, Le silence ou tout comme, un Solide livre d’entretiens avec Grégoire Laville et avant un hommage à Philippe Pascal (Marquis de Sade), Dominique A s’apprête à sortir à l’ancienne le 6 Novembre, Vie étrange, un disque que vous pouvez précommander.
dominique-a-papiers-froisses

Vidéo : Dominique A – Papiers froissés

Après deux très bons disques en 2018, Toute latitude et La Fragilité et une très belle éclaircie en hommage à Philippe Pascal, Dominique A est de retour avec un EP 4 titres, Le Silence ou tout comme disponible le 10 juillet en digital.
Izia & Dominique A - Esseulés

Vidéo : Izïa & Dominique A – Esseulés

Le deuxième extrait du nouvel album d’Izïa, Citadelle disponible le 11 octobre 2019 est un duo et quel duo ! Avec Dominique A et ses danses douces et épileptiques. Cela aurait pu être la rencontre de la carpe et du lapin, c’est au contraire une fable très contemporaine sur nos solitudes dans la multitude.

Plus dans Chroniques d'albums

The Bats - Foothills

The Bats – Foothills

Les Bats viennent de publier Foothills, leur dixième album. Comme pour les neuf premiers, le verdict sera le même : les Bats sont le meilleur groupe du monde.
J.E. Sunde - Love

J.E. Sunde – Love

Désormais hébergé chez Vietnam (Chevalrex, H-Burns), J.E. Sunde poursuit la quête qu’il a débutée une décennie plus tôt ; à savoir écrire la chanson folk parfaite. Avec ce nouvel album, Love, Sunde démontre qu’il va falloir compter sur lui en 2020. Et pour le reste de votre vie.
The Moons - Pocket Melodies

The Moons – Pocket Melodies

Très actifs au début des années 2010, The Moons s’était assagi en devenant silencieux depuis quelques années. Andy Crofts, l’homme qui se cache derrière ce groupe, avait été accaparé par son travail avec Paul Weller. 2020 nous réserve son lot de surprises tous les jours. The Moons est de retour avec un disque et s’est…
Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.
Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée de Jim James, Bill Frisell, Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.