H-Burns commence sévèrement à entrer dans le paysage musical hexagonal et à construire ce qui ressemble à une œuvre avec ce septième disque en dix ans. Avec Kid we own the summer (plus beau titre d’album de l’année ?), Renaud Brustlein prolonge le sillon tracé par le déjà formidable Night Moves en 2015.

Une aventure collective. Le valentinois a su s’entourer : Bertrand Belin aux cordes, Alma Forrer aux chœurs, l’antre boisée du studio ‘Wooden D’ de Denis Clavaizolle (Bashung, Darc, Murat) et l’on obtient une merveille d’équilibre, d’apaisement et de sérénité musicale. Renaud a maquetté ses chansons en solitaire et a conservé par moment le son un peu synthétique de ses jouets électroniques comme sur I wasn’t trying to be your man et sa sincérité élégante ou sur Minor days et ses réminiscences mélancoliques. Il évoque comme source d’inspiration le Tunnel of love de Springsteen mais aussi les teen movies à la John Hughes qu’il a revus pour tenter de capturer l’innocence du dernier été avant la fin de la jeunesse, ce rayon vert fugace qui fait basculer peut être vers les contraintes et les responsabilités.

Flamboyance

Avec Kid we own the summer H-Burns prouve qu’il possède un sens aigu de la mélodie pour un disque qui ne se laisse pas immédiatement apprivoiser. Mais on est emporté par le désarmant White Tornado ou par l’apparente simplicité des vers de Naked : « but I wanna be in your arms when the earth is turning black / I gotta stand here and laugh about it / I gotta carry your ghost while the lights are burning bright ». C’est bien de lumière qu’il s’agit dans ce disque, celle du crépuscule dans la steppe russe de la magnifique pochette, celle d’une âme rassurante et inspiratrice d’une paix intérieure.

H-Burns sera en concert à l’Épicerie Moderne le 28 mars avec Woods et à la Belle Electrique le 6 avril avec Bertrand Belin.

H - Burns - Kid We Own The Summer

H-Burns – Kid We Own The Summer5.0
10/10
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

H-Burns

M. H-Burns

« Les mecs seuls sur scène sont les plus forts. » La preuve en a été faite avec Jason Molina à l’époque de Songs: Ohia. Et cette maxime est toujours vraie aujourd’hui grâce à Bill Callahan et Renaud Brustlein aka H-Burns. Auteur d’un des disques de l’année (Midlife), H-Burns est venu jouer ses belles chansons, accompagné de…
H-Burns feat. Kate Stables - Sister

This is the hit : H-Burns & Kate Stables

Il y a des duos de pure convenance pour faire joli sur les disques d’artistes en mal d’inspiration. E il y a des duos de pure connivence où deux artistes vous saisissent d’émotion. C’est évidemment le cas pour ce Sister d’H-Burns et Kate Stables.

Power to H-Burns !

Du 3 au 13 juillet 2019 se tiendra la dixième édition du festival Days Off avec une belle programmation. On pourra aller voir Kraftwerk 3D, Thom Yorke, Charlotte Gainsbourg, Cat Power, Jónsi (Sigur Rós) et bien d’autres. Et on ne cache pas notre impatience pour le concert Cat Power le 4 juillet 2019. La première…
h-burns_midlife

H-Burns out !

« La tigresse qui voit enlever sa portée, Est moins à redouter qu’une femme irritée » écrivit Tristan L’Hermite dans sa pièce Mariamne. Et quand en plus cette tigresse est au volant, c’est la mort au tournant assurée.
HOG HOG 2017

Hog Hog 2017 : Haut les cœurs !

On ne vous fera pas le coup du festival pas comme les autres et pourtant. Le festival Heart Of Glass Heart Of Gold, Hog Hog pour les intimes est un moment hors norme dans le paysage festivalier de l’été.

Plus dans Chroniques d'albums

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.