H-Burns commence sévèrement à entrer dans le paysage musical hexagonal et à construire ce qui ressemble à une œuvre avec ce septième disque en dix ans. Avec Kid we own the summer (plus beau titre d’album de l’année ?), Renaud Brustlein prolonge le sillon tracé par le déjà formidable Night Moves en 2015.

Une aventure collective. Le valentinois a su s’entourer : Bertrand Belin aux cordes, Alma Forrer aux chœurs, l’antre boisée du studio ‘Wooden D’ de Denis Clavaizolle (Bashung, Darc, Murat) et l’on obtient une merveille d’équilibre, d’apaisement et de sérénité musicale. Renaud a maquetté ses chansons en solitaire et a conservé par moment le son un peu synthétique de ses jouets électroniques comme sur I wasn’t trying to be your man et sa sincérité élégante ou sur Minor days et ses réminiscences mélancoliques. Il évoque comme source d’inspiration le Tunnel of love de Springsteen mais aussi les teen movies à la John Hughes qu’il a revus pour tenter de capturer l’innocence du dernier été avant la fin de la jeunesse, ce rayon vert fugace qui fait basculer peut être vers les contraintes et les responsabilités.

Flamboyance

Avec Kid we own the summer H-Burns prouve qu’il possède un sens aigu de la mélodie pour un disque qui ne se laisse pas immédiatement apprivoiser. Mais on est emporté par le désarmant White Tornado ou par l’apparente simplicité des vers de Naked : « but I wanna be in your arms when the earth is turning black / I gotta stand here and laugh about it / I gotta carry your ghost while the lights are burning bright ». C’est bien de lumière qu’il s’agit dans ce disque, celle du crépuscule dans la steppe russe de la magnifique pochette, celle d’une âme rassurante et inspiratrice d’une paix intérieure.

H-Burns sera en concert à l’Épicerie Moderne le 28 mars avec Woods et à la Belle Electrique le 6 avril avec Bertrand Belin.

H - Burns - Kid We Own The Summer

H-Burns – Kid We Own The Summer5.0
10/10
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

H-Burns

M. H-Burns

« Les mecs seuls sur scène sont les plus forts. » La preuve en a été faite avec Jason Molina à l’époque de Songs: Ohia. Et cette maxime est toujours vraie aujourd’hui grâce à Bill Callahan et Renaud Brustlein aka H-Burns. Auteur d’un des disques de l’année (Midlife), H-Burns est venu jouer ses belles chansons, accompagné de…
H-Burns feat. Kate Stables - Sister

This is the hit : H-Burns & Kate Stables

Il y a des duos de pure convenance pour faire joli sur les disques d’artistes en mal d’inspiration. E il y a des duos de pure connivence où deux artistes vous saisissent d’émotion. C’est évidemment le cas pour ce Sister d’H-Burns et Kate Stables.

Power to H-Burns !

Du 3 au 13 juillet 2019 se tiendra la dixième édition du festival Days Off avec une belle programmation. On pourra aller voir Kraftwerk 3D, Thom Yorke, Charlotte Gainsbourg, Cat Power, Jónsi (Sigur Rós) et bien d’autres. Et on ne cache pas notre impatience pour le concert Cat Power le 4 juillet 2019. La première…
h-burns_midlife

H-Burns out !

« La tigresse qui voit enlever sa portée, Est moins à redouter qu’une femme irritée » écrivit Tristan L’Hermite dans sa pièce Mariamne. Et quand en plus cette tigresse est au volant, c’est la mort au tournant assurée.
HOG HOG 2017

Hog Hog 2017 : Haut les cœurs !

On ne vous fera pas le coup du festival pas comme les autres et pourtant. Le festival Heart Of Glass Heart Of Gold, Hog Hog pour les intimes est un moment hors norme dans le paysage festivalier de l’été.

Plus dans Chroniques d'albums

The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.
Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…