La Femme – Mystère

La Femme - Mystère
Noémie - 07/09/2016

Cette chronique, je ne l’ai pas appréhendée comme d’habitude. Je n’ai pas écouté l’album d’une traite, j’ai mis plusieurs jours à l’apprivoiser.

Je l’ai passé et re-passé dans mon casque, en marchant dans Paris, donnant une autre tournure à mes trajets habituels, au métro, aux rues, à la chaleur ou à la grisaille parisienne de ce début du mois de septembre. Il m’a transportée dans une autre dimension, dans un univers parallèle, en dehors de ma réalité quotidienne. Pourtant, à son écoute, chacun de mes pas était bien plus ancré que d’habitude dans la profondeur abyssale du bitume parisien. Oui, malgré toute la dérision déjantée que peuvent porter ces visionnaires de La Femme, cet album n’a quasiment rien de léger ou d’insouciant : il est tout en lourdeur, en puissance et en noirceur. Une chose est sure, il est incroyablement réussi.

Mystère s’ouvre sur l’oppressant Sphynx, que l’on connaissait déjà puisque c’est le premier extrait qu’ils en ont sorti. Mais mis dans le contexte, je le comprends mieux. Il donne parfaitement le ton à un album électrisant et psychédélique, tout en tension, qui nous essouffle presque dès la première chanson.

Le second titre, Le vide est ton nouveau prénom confirme ce côté tranchant, mais ici plus désabusé, emprunt d’une lascivité grinçante sur un sujet qui parle à tout-un-chacun, la rupture, la douleur, l’oubli. Ils posent les mots de manière claire et détachée sur une balade efficace, pleine de spleen, d’arpèges et de chœurs aux notes presque ecclésiales, qui ne peut laisser indifférent.

On retrouve également cette ambiance un peu plus loin dans l’album, notamment avec Elle ne t’aime pas, où les notes d’un synthé tourbillonnant portent aussi clairement le message : la fatalité de la fin. Au premier abord, pas l’ombre d’un d’espoir, et pourtant ils nous incitent à poursuivre une route nouvelle, différente.
C’est le cas dans la plupart des titres d’ailleurs où ils font état de situations douloureuses, dérangeantes, de constats oppressants, de sujets qui picotent, avec une froideur glaciale. Mais finalement, non sans alternative, car celles du rêve et de la folie sont toujours bien marquées par leur univers dystopique, amplifiées à merveille par les sonorités électrisantes et chaotiques de leur musique.

Mycose en est un bon exemple. Cette métaphore lubrique et inattendue leur va finalement si bien, parfaitement menée entre guitare surf, nappes de synthé rétro et périple intergalactique. Elle en deviendrait presque absolument poétique. Ils s’amusent à nous perdre dans une dichotomie entre l’évidence simpliste, parfois même enfantine des images, et la sous-jacence toute en noirceur de leurs messages, bien plus profonds qu’ils n’y paraissent.

La Femme – Sphynx

Le tueur de fleurs, mon coup de cœur de l’album, démarre sur une psychose métallique et oppressante, sonorités qui rappellent d’ailleurs Psycho Tropical Berlin, un ton au-dessus sur l’échelle du ‘dark’. Entre les riffs grinçants de la guitare principale, les beats réguliers mais crescendo de la batterie en fond, les arrangements électroniques électrisants et les vocals doucereux, ce titre est pour moi l’un des plus vénéneux, et des plus addictifs de l’album.
Je retrouve beaucoup cette dynamique dans Exorciseur, titre hypnotisant aux allures d’incantations vaudoues à la sauce La Femme : diction mitraillée et hachée aux accents slams sur fond de bruitages, murmures et ricanements transperçants.

Le trip psyché monte encore en intensité avec des titres comme Psyzook ou Le chemin, qui oscillent entre notes mutines et délires crispants, pour finalement atteindre son paroxysme avec l’incroyable Vagues, une pérambulation évolutive de plus de 13 minutes, à écouter attentivement si l’on veut pouvoir en saisir toutes les subtilités.
Entre cette dernière, Sphynx, >Always in the Sun, ou encore les notes de fond de Psyzook, La Femme file un champ lexical et musical tout à fait orientalisant, mené de front par l’incantatoire Al Warda, où Clémence s’essaie même à l’arabe. Voilà qui donne une dimension inflammable, presque caniculaire à leur univers pourtant glacial et impénétrable.

Surfs à souhait, les entrainants S.S.D. et Tatiana, ingénieusement entrecoupés de Conversations nocturnes, nous téléportent au cœur des nuits parisiennes. Rockabilly et seventie’s bien comme ils faut, cette tendance Yéyé accentue le paradoxe avec des titres totalement galactiques comme Sphynx, et met un point d’honneur à souligner l’in(ter)temporalité de cet album. Rétrofuturiste, les influences de Mystère sont éclectiques, et ici, La Femme prouve à quel point on peut être le groupe de demain en étant profondément marqué par le passé, et le revendiquer.

Je finirai cette chronique en présentant finalement cet album comme un voyage dans le temps. Si certains titres sont des périples interstellaires à eux seuls pendant que d’autres se consomment en roller et en pattes d’eph’ au fond d’une piste de danse, quelques uns semblent aussi très profondément ancrés dans l’actualité.
C’est le cas d’Où va le monde qui soulève de grandes questions existentielles, relationnelles et sociétales, ou même de Septembre, qui sous ses allures insouciantes de comptine de rentrée évoque aussi les questionnements très actuels d’une génération Y parfois en perdition face à la société.
« Toi l’élève qui a peur de te lever/Les études c’est juste un rail pour te guider/Et même si la chance ne tourne pas de ton coté/D’autres routes s’offrent à toi/Tu n’as plus qu’à les imaginer/Allez réveille-toi/Montre-leur que personne ne choisira/La place que tu occuperas dans cette société »

Si tout au long de cet album, les nouveaux sorciers du rock français nous laissent avancer les yeux bandés sur une route sinueuse et semée d’embuches à travers les époques et les espaces-temps, les péripéties qu’ils nous proposent se suivent mais ne se ressemblent pas : comme un poison qui se répand entre les tracks, la dimension virale d’un trip acide et d’une psychose nocturne ne semble s’évanouir qu’à la toute fin, avec Always in the sun, où l’on se réveille aux lueurs rouges d’un soleil levant, échoués sur une plage, dans la torpeur encore empoisonnée de la nuit qu’on vient de traverser.

Cet album est pour moi une révélation encore plus nette du potentiel de ce groupe à se placer en leader d’un nouveau genre, à la croisée de multiples sensations. Tout y est savamment étudié, du moindre chœur au plus discret des grincements métalliques, et on comprend mieux pourquoi ils ont eu besoin de 6 mois de plus que prévu pour le travailler.
Une belle claque, dans la lignée de Psycho Tropical Berlin, mais en plus mature, plus abouti, et encore plus affirmé. Celui-là s’écoutera moins en soirée, mais ce n’est pas si mal, un Mystère qui ouvre de très belles perspectives pour la suite de La Femme.

Lafemme2myst

Tracklist : La Femme - Mystère
  1. Sphynx
  2. Le vide est ton nouveau prénom
  3. Où va le monde
  4. Septembre
  5. Tatiana
  6. Conversations nocturnes
  7. S.s.d
  8. Exorciseur
  9. Elle ne t'aime pas
  10. Always in the sun
  11. Mycose
  12. Tueur de fleurs
  13. Al warda
  14. Psyzook
  15. Le chemin
  16. Vagues
La Femme – Mystère
4.5
Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

The Warlocks - The Chain

The Warlocks – The Chain

En 2020, les Warlocks font toujours du Warlocks. Rien ne change à ce détail près que The Chain est sûrement le meilleur disque du groupe depuis… The Mirror Explodes paru en 2009.

Terry Hall - Home

Terry Hall – Home

Le Disquaire Day est reporté au 20 juin 2020 pour les raisons que nous connaissons tous. Heavenly Recordings, le label de Jeff Barrett, devait publier la première édition vinyle de Home de Terry Hall. Publié uniquement en CD en 1994 chez Anxious Records, le label de Dave Stewart d’Eurythmics, Home est un grand disque de…

Pearl Jam - Gigaton

Pearl Jam – Gigaton

Au début des années 1990, Pearl Jam faisait la passe de trois avec ses trois premiers albums (Ten, Vs. et Vitalogy). Trois albums, trois grands disques de rock américain. Depuis l’arrivée des années 2000, Pearl Jam a réussi l’exploit de sortir des disques plus que corrects mais enrubannés dans des pochettes giga laides. Le dernier…

Baxter Dury - The Night Chancers

Baxter Dury – The Night Chancers

La carrière de Baxter Dury a débuté en 2001 avec Oscar Brown, un single magistral et claustrophobe. Elle aurait dû connaitre son acmé avec trois concerts parisiens trois soirs d’avril qui devaient accompagner la sortie de The Night Chancers. Le sacre du fils prodigue est reporté.

Cornershop - Engaland is a Garden

Cornershop – England is a Garden

Révélés au grand public en 1997 par le très dansant Brimful Of Asha (deuxième morceau de l’impeccable When I Was Born For The 7th Time), les Cornershop ont depuis enchaîné des phases de silence prolongé entrecoupées par des sorties de disques brillants. Cornershop n’est pas un groupe qui tourne beaucoup. Par contre, leurs disques tournent…

Bleu – Sweet Coldness

Sweet Coldness est un instant entre deux. C’est la musique d’une chambre d’hôtel. D’un regard. D’une fenêtre. Confiné là, c’est la couleur du dehors. Entre gris, entre bleu. Ça oscille. Et de nouveau, il pleut. C’est une attente. Lascive. À compter le temps qu’il reste. À imaginer un peu tout, la suite en mieux.

Honey Harper - Starmaker

Honey Harper – Starmaker

Rien ne va dans le monde mais tout va bien en Georgie qui est en passe de devenir l’État le plus important des États-Unis. Après le Super Tuesday, après la reformation des Black Crowes, le quatrième état américain fêtera la sortie de Starmaker, le premier album d’Honey Harper.

The Orielles - Disco Volador

The Orielles – Disco Volador

Le label Heavenly Recordings (Saint Etienne, Mark Lanegan) fête dignement ses trente ans avec la sortie de Disco Volador, le deuxième disque des Orielles qui, on le souhaite, ne sera pas leur second.

Greg Dulli - Random Desire

Greg Dulli – Random Desire

Greg Dulli n’a jamais déçu. Que ce soit avec les Afghan Whigs ou The Twilight Singers ou encore avec Mark Lanegan le temps de The Gutter Twins. Ce n’est pas avec son premier album solo que la déception va pointer le bout de son nez.

Pictish Trail – Thumb World

L’Écossais Johnny Lynch aka Pictish Trail est tellement fou qu’il ferait passer son compatriote Steve Mason (The Beta Band) pour quelqu’un de totalement ennuyeux. La preuve avec Thumb World, son nouvel album.

The Lost Brothers - After The Fire After The Rain

The Lost Brothers – After The Fire After The Rain

Encensés par Richard Hawley, produits par Brendan Benson (The Raconteurs) et amis de M. Ward, les Lost Brothers ont tout pour réussir. Si c’est le cas au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis (où ils vont assurer la première partie de M. Ward lors de sa prochaine tournée), fort est de constater que la greffe ne prend…

Humanist – Humanist

Il y a Rob Marshall et les autres. Pour son premier disque solo, l’ex Exit Calm réussit l’exploit de réunir une douzaine de chansons belles à tomber à la renverse avec un casting qui donne le tournis. Humanist est un coup de foudre. Et comme pour Lucien Leuwen de Stendhal, Humanist est un coup de…

Destroyer - Have We Met

Destroyer – Have We Met

Il y a neuf ans, l’ex The New Pornographers Dan Bejar publiait Kaputt un disque somptueux qui avait le mérite d’unir les fans irréconciliables de New Order et de Prefab Sprout. Au lieu de capitaliser sur ce succès, Bejar nous a plongé dans une pop magnifique mais dépressive pendant deux albums. Have We Met sonne…

Andy Shauf - Neon Sklyline

Andy Shauf – The Neon Skyline

En mai 2016, Andy Shauf avait tué toute la concurrence en publiant The Party. Il recommence en janvier 2020 avec The Neon Skyline.

Isobel Campbell- There Is No Other

Isobel Campbell – There Is No Other

Pour un retour inespéré, c’est un retour inespéré. L’ex Belle and Sebastian n’avait pas donné de nouvelles depuis dix ans. Elle est de retour avec There Is No Other, un disque impeccable.

East Village - Hotrod Hotel (2)

East Village – Hotrod Hotel

Michael Schulman, le patron de Slumberland Records (Tony Molina, Pete Astor, Veronica Falls pour ne citer qu’eux) se fait plaisir en rééditant Hotrod Hotel.

Bill Fay - Countless Branches

Bill Fay ‎– Countless Branches

Adulé par les membres de Wilco et de War On Drugs, vénéré par Jim O’Rourke et Ed Harcourt, Bill Fay est définitivement sorti de sa retraite à l’âge de 76 ans avec la sortie de Countless Branches.

Alma Forrer - L'année du loup

Alma Forrer – L’année du loup

« J’ai envie de toi » chante Alma Forrer dans N’être que l’hiver qui ouvre son premier album L’année du loup et à son écoute nous avons aussi terriblement envie d’elle, de ses chansons entre folk américain et variété française au sens le plus noble.

Field Music - Making A New World

Field Music – Making A New World

Si Oasis et Radiohead n’avaient pas existé…. Si les Foals et les Coral n’avaient pas existé… Les Field Music seraient sûrement le groupe anglais le plus influent et le plus médiatisé de ces quinze dernières années.